Libellés

vendredi 12 août 2022

PROVERBE BASQUE DU JOUR ET FÊTE DU 12 AOÛT 2022 SAINTE CLARISSE ET SAINTE JEANNE-FRANÇOISE - GOIATZ


PROVERBE DU 12 AOÛT 2022 (SAINTE CLARISSE) (SAINTE JEANNE-FRANÇOISE) (GOIATZ).


CLARISSE Clarisse de Remiremont a emprunté son nom à l'Ordre qui l'a recueillie après avoir été sermonnée par son confesseur en raison de son caractère indiscipliné.



religion catholique saint sainte clarisse
12 AOÛT SAINTE CLARISSE DE REMIREMONT

Née au 7ème siècle, Clarisse s'appelait en réalité Sigeberge.

Clarisse est considérée comme l'une des premières abbesses de l'abbaye de Saint-Mont, au-dessus de la ville de Remiremont, dans les Vosges.

Selon la tradition, Clarisse perdit la vue à force de verser des larmes sur la Passion du Christ et on l'appela alors Cécile (du latin caecilia, "aveugle").

Elle est fêtée le 12 août et est invoquée sous les noms de sainte Cécile, sainte Claire ou sainte Clarisse.





JEANNE-FRANÇOISE : Fille d'un notable de Dijon, Jeanne-Françoise Frémyot naît le 23 janvier 1572 à Dijon (Côte-d'Or).



religion catholique saint sainte jeanne-françoise
12 DECEMBRE SAINTE JEANNE DE CHANTAL



Elle épouse le baron de Chantal.


Devenue veuve, elle développe à Annecy, avec François de Sales, la congrégation de la Visitation Sainte-Marie, au service des pauvres et des malades.


Elle meurt le 13 décembre 1641, à Moulins (Allier), non sans avoir rencontré Vincent de Paul, un autre saint de ce siècle mystique.


Son corps repose à Annecy à côté de celui de François de Sales.


Elle est canonisée par le pape Clément XIII le 16 juillet 1767.






GOIATZ : Bidegoian, Goiatzeko jaiak. Ama birjina Albatzisketan.



guipuscoa goiatz bidania
GOIATZ BIDANIA GUIPUSCOA


Gipuzkoako herria eta Andre Mariaren adbokazioa.





Un décès du 12 août : William Blake.



peintre ecrivain britannique
WILLIAM BLAKE PAR THOMAS PHILIPS

Né le 28 novembre 1757 à Londres (Angleterre) - Mort le 12 août 1827 à Londres (Angleterre).

C'est un artiste peintre, graveur et poète pré-romantique britannique.

Dès l'enfance, le petit William montre de grandes dispositions pour le dessin et la poésie.

En 1782, il épouse Catherine Boucher.

Bien que considéré comme peintre - il a peint quelques tableaux à l'huile, préférant l'aquarelle et le dessin, voire la gravure et la lithographie -, il s'est surtout consacré à la poésie.



peintre britannique
PEINTRE WILLIAM BLAKE

Dès 1789, il publie Songs of Innocence, qui a du succès.

En 1793, il publie aussi Le Mariage du Ciel et de l'Enfer, avec à l'intérieur ses proverbes de l'Enfer, une oeuvre inspirée de visions bibliques à caractère prophétique.

Son style halluciné est moderne et le distingue de ses pairs, bien que ses thèmes soient classiques.

William Blake meurt le 12 août 1827 à Londres et est enterré avec sa femme, au cimetière de Bunhill Fields.


peintre ecrivain britannique
WILLIAM BLAKE


Voici le proverbe du vendredi 12 août 2022 :


GU ILIK ERE FANEN TUK BAI ZAKUAK ERROTARA.

Même quand nous serons morts, les sacs iront au moulin.



pais vasco antes molino fuenterrabia
SUR LE CHEMIN DU MOULIN FONTARRABIE GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



(Source : https://www.herodote.net/ et WIKIPEDIA et https://www.euskaltzaindia.eus/)




Merci ami(e) lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.

Plus de 4 300 autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.com/

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

UN GUIDE POUR LE VOYAGEUR EN GUIPUSCOA AU PAYS BASQUE EN 1877 (quatorzième partie)

 

UN GUIDE DE VOYAGE EN 1877.


Vers la fin du 19ème siècle, apparaissent des guides de voyage pour les voyageurs désirant se rendre en Hego-Alde, dans les  provinces Basques du Sud.





QUAI ZUMAYA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN





Voici ce que rapporta à ce sujet, M. L. Capistou, en 1877 :



"Province du Guipuzcoa.



... Itinéraire.



Lasarte. — Usurbil. — Orio. — Zaraus. — Aya. — Guetaria.— Cestona. — Azpeitia. — Zumaya. — Deva. — Motrico.



Zumaya.



Laissant à gauche la route d'Azpeitia, en venant de Zaraus, on traverse l'Urola à Oiquina, pour se rendre à Zumaya. Le trajet de quelques kilomètres que l'on doit faire est des plus agréables à cause de la variété des sites et de l'étrange beauté du paysage.


VUE DU PORT ZUMAYA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Zumaya est une localité de 1 500 habitants, située presque à l'embouchure de l'Urola, sur une presqu'île désignée sous le nom de Santa-Clara. C'est une antique cité romaine, qui fit partie de la république des Morosgi. Dans son district se trouvent les villages de Artadi, Aizarnazabal et Oiquina.



L'église de Zumaya est d'une belle construction. Sa fondation doit remonter au XIIIe siècle, mais elle fut restaurée au XVIe ainsi que vers la fin du XVIIIe. Elle fut pendant longtemps la propriété des moines de Roncesvalles, mais un bref du pape Innocent X la remit au pouvoir de la ville.



EGLISE ZUMAYA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



Les habitants de Zumaya se livrent généralement à la culture des champs et à la pêche.  L'Urola est très poissonneuse et l'on y trouve en abondance des saumons, des truites, des loubines et des soles.



Les personnages les plus notables originaires de cette localité sont : José Ibanez de Sasiola, qui fut ambassadeur d'Espagne à Londres, et Juan de Olazabal, conseiller intime de Philippe IV et trésorier-général de la Sainte-Inquisition.



Une route passant à Iciar, village dont l'antiquité est reconnue et dont l'église est remarquable à tous les points de vue, conduit de Zumaya à Deva.


VUE GENERALE ICIAR GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Deva.



Ville maritime de 3 000 habitants, connue autrefois sous la dénomination de Monréal de Deva, assise au pied des montagnes de Anduz, sur la rive droite de la Deva, petite rivière qui descend de la sierra de Arlaban, située aux confins du Guipuzcoa, de l'Alava et de la Navarre.



Le port de Deva est accessible seulement aux navires de faible tonnage, à cause des ensablements qui obstruent son embouchure et que l'on n'a pu jusqu'à ce jour empêcher.



VUE GENERALE DEVA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



La ville est bien construite, percée de sept ou huit rues et de diverses places. Son église paroissiale, qui date du XIVe siècle, est fort belle. Elle possède un hôpital, une douane de 3e classe et des écoles d'enseignement primaire et secondaire.



Deva était autrefois un centre commercial de certaine importance, car c'est dans sa rivière que se chargeaient les produits de la Navarre et de la Vieille-Castille, qui n'avaient pas encore de débouché par Bilbao et Saint-Sébastien. En ce moment, le commerce de Deva est presque insignifiant et se réduit à l'exportation du poisson de mer. Sa plage est très fréquentée par les baigneurs.



Dans les montagnes des environs on exploite de riches carrières de marbre et des mines de charbon de terre. C'est dans le territoire de Deva, sur le flanc de la peña de Yciar et en face du village de Mendaro, que se trouve la célèbre source de Quilimon, qui a tant occupé le monde scientifique. Cette source est intermittente.



Elle débite habituellement de grandes quantités d'eau ; mais elle s'arrête parfois d'une manière subite et suspend son travail pendant des heures entières, sans que rien puisse expliquer la cause d'un semblable phénomène. Un chemin vicinal longeant la côte conduit de Deva à Motrico.



ROUTE DE MOTRICO PLAGE DEVA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



Motrico.



Petit port très fréquenté par les caboteurs et situé au fond d'une baie que les hauteurs de l'atalaya de San Nicolas préservent des vents d'Ouest.



Motrico est peuplé d'environ 3 000 habitants. On croit que le nom de cette ville est composé des mots monte et trico ou tricua, désignation d'une montagne voisine. D'autres prétendent que c'est l'antique Tricium Tuboricum dont parlent Ptolémée et Pomponius Mêla.



MOTRICO GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



Quoiqu'il en soit, le roi de Castille Alphonse VIII ordonna la construction ou reconstruction de la ville et du port, par un acte signé à Saint-Sébastien le 1er septembre 1209.



Motrico fut détruite par un violent incendie, le 18 septembre 1553, puis rebâtie vers la fin du XVIe siècle.



Parmi ses monuments, les plus remarquables sont : le palais de Montalivet, orné de peintures de grand mérite ; la tour de Barrencale ; le palais de Idiaquez ; celui du général Gastañeta, où l'on voit le portrait du célèbre marin D. Cosme de Churruca et une épée qui lui fut offerte par Napoléon Bonaparte.




PORTRAIT DE DON COSME DAMIAN DE CHURRUCA Y ELORZA
By Unknown artist - Own picture of the original portrait (2013-04-30), Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=60726815
 



L'église paroissiale est de construction moderne. Elle a été édifiée dans la première moitié de ce siècle sur les plans de l'architecte Silvestre Perez.



C'est D. Cosme Churruca qui en posa la première pierre. Dans la sacristie de ce temple se trouve une magnifique peinture de Murillo, représentant l'agonie du Christ.



Il existe deux autres églises dans le district de Motrico : celles de San Andres de Astigarribia et de N.-D. de Azpilcueta, dans la vallée de Mendaro.



SAN ANDRES DE GASTIRRIBIA GUIPUSCOA



Des montagnes qui dominent Motrico, la plus élevée est le mont Arno, dont l'altitude est de 2 245 mètres. On tire de cette montagne des marbres de couleur et du jaspe.



On cite parmi les notabilités qui ont vu le jour dans cette ville, le général de Gamboa, l'amiral Vidazabal et D. Cosme de Churruca, qui mourut à la bataille de Trafalgar, en 1805.



La population de Motrico vit presque exclusivement du produit de la pêche. Il y a dans ses environs quelques fabriques de conserves de poisson qui occupent un certain nombre d'ouvriers.




TABLEAU MOTRICO
PAR H OÑATIVIA



Itinéraire : Azcoitia. — Elgoibar. — Eibar. — Placencia. — Vergara. — Zumarraga. — Beasain. — Villafranca, etc.



Azcoitia.



En suivant la route qui conduit d'Azpeitia au monastère de Loyola, en remontant le cours de l'Urola, on arrive à Azcoitia, ville de 4 500 habitants, assise au pied de la haute montagne de Itzarriz. C'est une des plus anciennes cités du pays basque, et certains auteurs croient même que c'est l'antique Segontia des Vardules (Donoso Cortès).



Au moyen-âge on la nommait Miranda de Iraurgui, mais le roi Alphonse XI lui ayant concédé le titre de ville, elle devint San Martin de Iraurgui, puis finalement Azcoitia.



L'église paroissiale de cette ville fut construite par les Templiers et demeura leur propriété jusqu'en 1314, époque de l'extinction de l'ordre. Elle passa ensuite au domaine de la couronne et prit le nom de Santa Maria la Real.



Cet édifice religieux fut reconstruit en 1578, .sur les plans des architectes Juan de Lizaranzu et Martin de Armendia. L'orgue fut exécuté seulement en 1648 et le maître-autel en 1660. La tour du clocher fut réédifiée en 1742, ayant été détruite par la foudre l'année précédente.



C'est une construction somptueuse dans son ensemble, ornée de riches autels et belles sculptures. Lorsque l'on procéda à son inauguration et à la translation du Saint Sacrement et des reliques qui reposaient dans l'antique chapelle de Balda, située extrà-muros, un héritier de ce nom, qui portait pour devise sur son blason : Balda antes que Azcoitia, crut ses prérogatives méconnues et voulut s'opposer par la force à la violation de ce qu'il appelait ses droits. Embusqué derrière le portail de sa demeure, il tira un coup d'arquebuse sur le prêtre officiant et le tua ; il eut le temps de fuir à l'aide d'un vigoureux cheval et de gagner la frontière avant que ceux mis à sa poursuite aient pu l'atteindre.



CASA SOLARIEGA DE BALDA AZCOITIA GUIPUSCOA
PAYS BASQUE D'ANTAN



Mais l'indignation populaire fut si grande dans Azcoitia que la casa solar de Balda fut rasée de fond en comble, les matériaux en furent brûlés et dispersés, puis l'on répandit du sel sur l'emplacement qu'elle avait occupé.



Azcoitia est la patrie des Idiaquez, personnages qui remplirent de hautes fonctions en Espagne ; du comte de Penaflorida, qui fonda en 1729 la célèbre Société Royale Vascongade.



Non loin de la ville, dans le vallon de Larramendi, se trouve la fontaine d'eau sulfureuse de San Juan de Dios, près de laquelle on a construit un confortable établissement de bains.



Une route accidentée, tortueuse et très pittoresque, conduit de Azcoitia à Elgoibar, en traversant le col de Azcarete, qui divise les versants de l'Urola et de la Deva."



A suivre...




Merci ami(e) lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.

Plus de 4 300 autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.com/


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à la page Facebook et à la chaîne Youtube, c'est gratuit !!!