jeudi 11 mai 2017

L'EVASION DE LA PRISON D'EZKABA EN NAVARRE AU PAYS BASQUE EN 1938

LE 22 MAI 1938, 795 PRISONNIERS S EVADENT DE LA PRISON D EZKABA EN NAVARRE.


Le titre de cet article  ressemble à un roman d'Harry Potter, mais ce n'en est malheureusement pas un.

C'est seulement un des épisodes tristes et douloureux de la Guerre Civile Espagnole.


Le 22 mai 1938, c'est une des plus grandes évasions de l'Histoire qui a eu lieu en Navarre, au 

fort San Cristobal ou d'Ezkaba (les deux dénominations coexistent), avec aussi le nom officiel 

de fort d'Alphonse XII.


Ce jour là, 795 prisonniers s'évadèrent  mais seulement 3 évadés accédèrent à la liberté en 

passant la frontière et en se réfugiant en France. 


Les trois qui parvinrent en France étaient :

  • Jovino Fernandez Gonzalez

  • Valentin Lorenzo Bajo (mort à Bordeaux en juillet 1986, à 86 ans)

  • José Marinero Sanz (mort en 1963, à 47 ans) 

Les recherches historiques font même apparaître aujourd'hui la possibilité d'un quatrième 

évadé avec succès.

206 prisonniers évadés trouvèrent la mort dans les montagnes, dont Leopoldo Pico Perez, 586 

prisonniers furent repris.

Parmi eux, 14 furent fusillés en août 1938, comme leaders de l'évasion et 40 moururent par la 

suite dans le fort, de maladie et de mauvais traitements, avant 1944.

Quel bilan chiffré affreux et abominable!!!

pays basque avant
PRISON D EZKABA EN NAVARRE

La presse locale et internationale s'en est fait largement l'écho, puisque des articles concernant 

cette évasion ont été publiés dans (liste non exhaustive) :


"Diario de Navarra, Pensamiento Navarro, Solidaridad Obrera, Mundo Obrero, El Socialista-Barna, La Fragua SocialEl Diluvio, Eusko Deya, La Vanguardia, La Dépêche, Sud-Ouest, Le Midi Socialiste, The Times, The Guardian, New York Times , Ce Soir, Le Matin et Le Petit Comtois."

pays basque autrefois
ARTICLE EUSKO DEYA SUR L EVASION D EZKABA NAVARRE 1938


pays basque avant
ARTICLE SUD OUEST SUR L EVASION D EZKABA NAVARRE 1938

Dans ce fort de San Cristobal ou d'Ezkaba  , deux ans après le début de la Guerre Civile 

Espagnole, à moins de 50 kilomètres de la frontière Française, la tentation est grande pour les 

emprisonnés de chercher à s'échapper pour trouver une liberté proche, et à l'époque sans 

guerre.

Ce fort, dès son inauguration en 1919, n'a eu aucune vocation militaire, mais a servi seulement 

de lieu d'enfermement pour opposants politiques.


En 1938, il détient donc des centaines de prisonniers Républicains.

L'enquête menée après l'évasion a conclu que les principaux fautifs étaient le Directeur 

Alfonso Rojas Rueda, l'Administrateur Manuel Carlos Munoz et le chef du détachement 

militaire Manuel Cabezas Espino.


En effet, le juge instructeur le colonel Manuel Suarez, après avoir interrogé de nombreuses 

personnes de la garnison, a mis en évidence que les causes principales de l'évasion étaient : les 

mauvais traitements et la famine auxquels étaient soumis les reclus.

De plus, causes aggravantes : l'extrême avarice de l'administrateur, détournant des fonds pour 

la nourriture et les médicaments, prix abusifs de l'économat, et autres sources de lucre, avec 

une utilisation  de prisonniers ébénistes pour faire des meubles et ensuite les revendre pour son 

propre compte.  Tout cela, avec la complicité du directeur Rojas, avec lequel il se partageait un 

butin mensuel de 4000 pesetas tous les mois.


pays basque autrefois
PLANS DE LA PRISON D EZKABA EN NAVARRE

Le chef du détachement militaire, le lieutenant  Manuel Cabezas avait pris son commandement 

un mois seulement avant l'évasion et il lui fut reproché ses absences répétées pour se rendre à 

Pampelune  (Irunea en Basque).

Ayant été fait prisonnier par les mutins, il réussit néanmoins à s'échapper.

Il fut condamné pour négligence à vingt mois de prison, et ne fut libéré que le 9 février 1940.


La garnison du fort était composée jusqu'en avril 1938 de "requetes" et de phalangistes,  qui  

furent remplacés ensuite par des hommes du bataillon 331 des frontières (des miliciens), qu'on 

suspecta de complicités avec les insurgés, la plupart d'entre eux ayant été incorporés de force 

dans ces troupes franquistes.

Au total , il y a avait 83 soldats, 5 caporaux, 3 sergents et un officier pour garder tous ces 

prisonniers.

Deux soldats en profitèrent pour s'enfuir lors de la confusion générale.


pays basque autrefois
PRISONNIERS A ESKABA EN NAVARRE

Une croyance longuement répandue et entretenue a existé, indiquant qu'on avait ouvert les 

portes aux prisonniers pour qu'ils s'échappent et ensuite pouvoir les fusiller.

Ceci est historiquement faux car  :

  • les sources judiciaires indiquent que les militaires étaient en plein désarroi

  • il y a eu des procédures engagées contre les responsables 

  • les recherches menées pour les retrouver ont été très actives, en raison de la crainte d'une "cinquième colonne" de 2500 prisonniers

  • si les franquistes avaient voulu les libérer pour les liquider ensuite, ils leur était plus facile de le faire dans la prison, surtout en pleine Guerre Civile.

pays basque avant
ITINERAIRE DES FUGITIFS DE LA PRISON D EZKABA EN NAVARRE

Pour faire la chasse aux fugitifs, les franquistes employèrent les grands moyens :

  • le bataillon 331 de la garnison de Pampelune

  • les milices de requetes et de phalangistes

  • la Garde Civile

  • Les Carabiniers

  • à Burguete le bataillon 332

  • à Elizondo le bataillon 334

  • à Vera de Bidassoa le bataillon 327

  • à Isaba le bataillon 330

  • Le Régiment ArapIles, à Estella fut mis en alerte la nuit du 22 mai 1938


Ce sont donc des milliers d'hommes, et pour beaucoup aguerris,  qui furent mobilisés pour 

retrouver les fugitifs, pendant des jours et des semaines.

pays basque avant
INTERIEUR FORT EZKABA NAVARRE

pays basque autrefois
INTERIEUR FORT EZKABA NAVARRE

Les évadés avaient préparé leur évasion, avec soin, en se dispersant dans plusieurs directions.

Les déclarations des 586 prisonniers "récupérés" permirent d'éclaircir de nombreux points de 

cette grande "fugue", en particulier qui étaient les chefs et les consignes données à chacun.



Cette histoire est tellement passionnante que plusieurs livres ont été écrits à son sujet.

Je vous conseille : 

pays basque avant
LIVRE LOS FUGADOS DEL FUERTE DE EZKABA


(Source :http://www.losfugadosdeezkaba1938.com/)




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de trois cent soixante  autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire