mardi 14 février 2017

LES AGENTS D'EMIGRATION AU PAYS BASQUE EN 1900


"USO MARTXANTA" (MARCHAND DE PALOMBES) en 1900 au PAYS BASQUE.



Au PAYS BASQUE, l'émigration du 19ème siècle est organisée et favorisée par les agents d'émigration.



Ils emploient des sous-agents qui parcourent les villages et les marchés en vantant les charmes 

et avantages de l'Eldorado, de l'autre côté de l'Atlantique.



pays basque 1900
AGENTS EMIGRATION BASQUE



Ils sont surnommés "Uso martxantak" ("les marchands de palombes"), cet oiseau migrateur 

faisant référence au paysan basque s'apprêtant à quitter sa terre natale. 


Embaucheurs intéressés, simples intermédiaires?


Les agents d'émigration ont dans les 2 cas un rôle double : à la fois recruter mais aussi faciliter 

le départ des émigrants.


Parmi les deux ayant laissé le plus d'archives, on peut citer :



  • Jean VIGNE de TARDETS-SORHOLUS

AGENT D EMIGRATION JEAN VIGNE DE TARDETS SORHOLUS


Je parlerai de Jean VIGNE dans un article ultérieur.


  • Guillaume APHECA : il fut agent d'émigration pour l'Agence Colson de BORDEAUX, 
de 1856 à 1913.

AGENT D EMIGRATIONS GUILLAUME APHECA


Associé à son frère Jean, demeurant à BUENOS AIRES (ARGENTINE), il organisa le voyage

de près de 15 000 émigrants basques.

Maire de Béhasque-Lapiste (Basse Navarre) de 1896 à 1912, on découvrit ses registres après sa 

mort dans les années 1990.

L'agent d'émigration est, en général, une personne connue sur la place publique, avec un 

réseau relationnel puissant.



Souvent, il exerce une activité professionnelle : commerçant, propriétaire rentier

Pour devenir agent d'émigration, il fallait obtenir l'autorisation du Ministère de l'Agriculture, 

du Commerce et des Travaux Publics, et verser une caution élevée, démarche longue et

coûteuse (lois et décrets de 1855 et 1860).

Guillaume APHECA dut attendre cinq ans avant que sa demande aboutisse.

M APHECA a travaillé tout d'abord, de 1856 à 1879, comme sous-agent de l'agence Colson.

Puis, de 1880 à 1894, il a exercé en tant qu'agent d'émigration, tout en continuant à être 

également sous-agent.

Enfin, de 1895 à 1913, il continuera à travailler comme sous-agent pour l'agence Colson.


Ses registres sont aujourd'hui de véritables mines d'or pour les historiens (et les bloggeurs).





Les années 1865-1870 vont voir le phénomène de l'émigration augmenter, en particulier en 

raison de la loi sur l'émigration datant du 18 juillet 1860, et de quelques lois ultérieures qui 

vont marquer la volonté du Gouvernement Français de contrôler l'émigration, l'activité des 

agents d'émigration et les conditions de transport des émigrants.



le pays basque d antan
EMBARQUEMENT BORDEAUX 1900


Une enquête administrative est ordonnée en 1900 dans l'arrondissement de MAULEON 

(provinces de SOULE et de BASSE-NAVARRE) du département des Basses-Pyrénées principal 

fournisseur d'émigrants.



L'objectif est de mieux connaître ce phénomène migratoire qui suscite de vives inquiétudes tant 

du côté de la République (la saignée démographique des campagnes françaises, l'insoumission 

au service militaire) que du clergé qui redoute le relâchement des moeurs en ARGENTINE et 

l'influence pernicieuse des «Américains» de retour au bercail.


le pays basque d antan
EMBARQUEMENT A BORD DU PAQUEBOT CHILI BORDEAUX 1900





Le 7 janvier 1902, le Préfet des Basses-Pyrénées écrit au Sous-Préfet de MAULEON : "Il 

résulte des informations qui m'ont été transmises que des agents d'émigration font trop souvent 

un usage abusif de leur autorisation administrative. Ces agents sont au plus haut degré 

préjudiciables aux intérêts du Recrutement et il convient d'y mettre un terme."

L'Eglise voit également ces départs d'un mauvais oeil jusqu'à ce qu'aumôniers et missionnaires 

traversent eux aussi l'Atlantique pour "reprendre en main" l'âme des émigrés.

En 1857, quatre missionnaires de BETHARRAM débarquent en ARGENTINE.

En 1905, c'est au tour des Servantes de Marie d'embarquer pour BUENOS AIRES où elles 

sont accueillies par des membres de l'Euskal-Echea (la Maison Basque)

Qui part?

Lors d'une séance du Congrès en 1892 à PARIS, le député Etcheverry dresse un bilan officiel 

de l'émigration dans son département des Basses-Pyrénées de 1832 à 1892.


le pays basque d antan
EMBARQUEMENT A BORD DU NAVIRE L ATLANTIQUE BORDEAUX 1900


Les chiffres qu'il donne ne reflètent que partiellement le phénomène migratoire car ils ne 

prennent pas en compte l'émigration clandestine (via notamment le port de Pasaia-Pasajes en 

GUIPUZCOA ) ou non contrôlée (certaines compagnies sont affranchies de la surveillance de 

l'Etat).


  • Deux émigrants sur trois, pour les 79 000 départs constatés officiellement durant cette 
période, sont Basques.

  • Jusqu'en 1856, 72% des départs se font vers les rives de la Plata : MONTEVIDEO
 (URUGUAY) est le port d'arrivée exclusif jusqu'en 1849 où l'on commence à débarquer à

BUENOS-AIRES (ARGENTINE).


  • Les femmes figurent en petit nombre les premières années (16% de 1832 à 1840), pour 
atteindre 38% de 1856 à 1864 et redescendre à 30% en 1875.


  • La catégorie des jeunes est particulièrement bien représentée : de 1865 à 1877, les 10-20
 ans fournissent 40% des émigrants.



L'enquête administrative de 1900 confirme que les cantons les plus montagneux sont les 

principaux pourvoyeurs d'émigrants.



Cette année-là, plus de la moitié des partants sont originaires des seuls cantons de ST JEAN 

PIED DE PORT et de ST ETIENNE DE BAIGORRY.



L'enquête confirme également la prépondérance des jeunes gens de sexe masculin.




(Source : www.eke.eus)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille cent autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à la page Facebook et à la chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire