samedi 25 février 2017

UN BOMBARDIER AMERICAIN S'ECRASE EN NAVARRE AUPAYS BASQUE LE 25 JUIN 1944

UN BOMBARDIER S'ECRASE LE 25 JUIN 1944 EN NAVARRE.



Dans la grande Histoire, il y a souvent des petites histoires et c'est l'addition des petites qui fait la Grande.


Dans cet article, je vais vous raconter l'histoire d'un bombardier parmi des milliers qui ont 

participé à la libération de la France.

Ce bombardier était le B-17G Powerful Katrinka, une énorme plate forme volante, chargé de 8 

tonnes de bombes et armé de 13 mitrailleuses Browning de 12,7 mm.

Long de 22,80 m, envergure 31,80 m, poids à vide presque 15 tonnes, d'un rayon d'action de 

2980 km, et ayant une vitesse maximale de 472 km/h, il avait un équipage de 9 ou 10 hommes.


Durant la seconde guerre mondiale, les B17 ont largué des milliers de tonnes de bombes, en 

Allemagne et en France entre autre.



pais vasco 1944
BOMBARDIER B17G

Le bombardier dont il est question avait 45 missions à son actif entre le 13 avril et le 25 juin 

1944.

Il ne revint pas de la 46ème mission.

Le destin de cet engin de guerre s'acheva dans le beau village de Meskiritz, en Navarre, près de 

Roncevaux (Orreaga en basque).

Ce dimanche 25 juin 1944, les habitants qui étaient à la messe, entendirent une énorme 

explosion.

Tous sortirent en courant et virent une énorme boule de feu ardent au milieu du bois.

Le Powerful Katrinka était un Boeing B-17-G-35-DL nommé "forteresse volante" avec le 

numéro de série 42-107068, appartenant à l'unité 379a BG/524a BS et fabriqué par la 

compagnie Douglas Aircraft à Long Beach en Californie.

A chacune de ses missions, le dessin d'une bombe était dessinée à côté de la cabine du pilote, en 

souvenir.

pais vasco 1944
PILOTE ET COPILOTE B17 POWERFUL KATRINKA

Le 12 février 1944 il entrait en service pour l'US Army.

Cette 46ème du 25 juin 1944 était "l'opération Francazal" avec comme objectif de détruire une 

des plus importantes bases  aériennes, à côté de Toulouse, l'aérodrome de Francazal.


Le 6 juin 1944, les troupes alliées avaient débarqué en Normandie : trois semaines après , dans 

le Sud-Est de l'Angleterre, plusieurs bombardiers Nord-Américains attendaient leur mission, 

avec comme objectif le Sud de la France.


L'attaque serait féroce, un total de 270 bombardiers B-17 participant à l'action.


104 avions attaquèrent l'aérodrome de Francazal, 72 celui de Blagnac et 64 détruisirent les 

dépôts de carburant situés à Montbartier, au Sud de Montauban.



L'opération fut dure, avec plus de 10 heures de vol, et une fois en vue de l'objectif, 7 vagues 

d'attaque eurent lieu.

En chemin ils subirent différentes attaques des positions allemandes situées en Normandie, de 

la part des batteries antiaériennes Flak (abréviation de Flugabwehrkanine) qui 

endommagèrent quantité d'avions.


pais vasco 1944
FLAK

A Tours, la défense terrestre fut très virulente; sans doute, une fois ce point passé le vol se 

passa presque normalement.

Mais, d'autres ennemis étaient aussi présents : la fatigue et le froid.


C'est ce que ressentirent les hommes du Powerful Katrinka, qui eurent aussi d'autres 

problèmes : les pannes mécaniques et la désorientation.

Un moteur commença à flancher et , quand le pilote Thomas D Burcher voulut se remettre sur 

les rails (si je puis dire), ils se rendirent compte qu'ils étaient complètement seuls et perdus.


Avec trois moteurs sur quatre, il pouvait piloter mais c'était difficile de forcer l'appareil pour 

revenir en formation avec les autres bombardiers.

Pendant que le pilote Butcher essayait de rejoindre ses compatriotes, un second moteur tomba 

en panne.


La situation commençait à être alarmante, la vitesse diminuant considérablement, ils durent 

prendre une décision en urgence.



9 hommes étaient en danger. Mais qui composait donc cet équipage ?



  • Pilote : Thomas D  Butcher Jr âgé de 23 ans

  • Copilote : Joseph L Wells, âgé de 24 ans

  • Navigateur : Franklin R Vita, âgé de 21 ans

  • Bombardier : Richard Daniels, âgé de 20 ans

  • Opérateur radio : Rollin L Bonham, âgé de 19 ans

  • Mitrailleurs : Robert M Reid 20 ans, Bennie G Burseth 23 ans, Rudolph F Supper 22 ans et le sergent Ralph F Crawford 23 ans



PAIS VASCO 1944
EQUIPAGE DU POWERFUL KATRINKA


Ils étaient avec deux moteurs en panne, à 9 heures du matin, et un chargement de 10 bombes 

de 230 kilos chacune.

Ils décidèrent d'alléger l'avion en larguant mitrailleuses, munitions, gilets anti balles etc...


En condition normale, l'avion pouvait voler à 472 km/h et grimper à 25 000 pieds (7620 m) en 

41 minutes mais pas dans ces conditions et ils perdaient de l'altitude peu à peu.

L'équipage était conscient de sa situation géographique, au Sud de la France et près de la 

frontière espagnole.


Ils essayèrent d'atteindre la frontière en volant au niveau des montagnes mais le crash 

paraissait imminent.

Au dernier moment, ils virent un champ et décidèrent de larguer des bombes pour alléger 

l'avion et tenter d'atteindre ainsi l'Espagne.


Un peu allégés, ils prirent alors de l'altitude mais furent attaqués par deux Junkers Stuka, 

rapides avions de combat allemands qui les mitraillèrent.

 Des balles les atteignirent  et les alarmes se déclenchant, ils durent sauter en catastrophe en 

parachutes.


Au hasard de leurs chutes, ils atterrirent dans plusieurs localités différentes.


Le sergent Crawford, artilleur de queue, se rompit  un genou dans une mauvaise chute  et il 

rencontra Robert Reid qui l'aida à se cacher dans un bois. Ils étaient seuls et désorientés.


Supper, Vita et le pilote Butcher tombèrent à Meskiritz (Navarre)  sans savoir qu'ils avaient 

passé la frontière. 

Craignant pour leur vie, ils se cachèrent dans une maison vide, pistolets à la main et surveillant 

les alentours.

Plusieurs habitants les ayant vu, leur vinrent rapidement en aide.

Un des soldats, écoutant les villageois leur parler, comprit qu'ils n'étaient pas en France et 

s'exclama : "Spain, Spain" ("Espagne, Espagne").


La réponse ne se fit pas attendre et un des habitants parlant anglais, car il était berger en 

Californie, s'approcha et s'exclama :"Yes, this is Navarre!" (Oui, c'est la Navarre).


Souriants, les trois soldats sortirent de la maison et on leur offrit à manger.


La garde civile les évacua sur l'hôpital de Pamplona (Navarre).


Tous furent localisés et se portaient bien.


Le genou de Crawford fut soigné à l'hôpital de Navarre.


Les autres furent amenés à la base de Alhama en Aragon, sous la protection de l'armée 

espagnole et d'un membre de l'ambassade Nord-Américaine.

Il faut se rappeler que l'Espagne, durant le conflit de 1939-1945, était un pays déclaré "non-

belligérant".


Ils furent logés dans l'hôtel balnéaire (thalasso) Termas Pallares, à Alhama de ARAGON,entre 

le 27 juin et le 20 juillet.

Cet hôtel fut vers la fin de la seconde Guerre Mondiale un lieu de repos pour de nombreux 

aviateurs alliés, qui avaient réussi à passer la frontière.

En effet, dans les premières années de la guerre et avant que le vent de l'Histoire ne tourne, les 

pilotes alliés abattus et tombés sur le sol espagnol étaient envoyés vers le sinistre camp de 

prisonniers de Miranda, où là ce ne fut pas des vacances pour tous...


Pour l'équipage du Powerful Katrinka, en tout cas, ce furent presque des vacances.


Ensuite, ils furent envoyés à Gibraltar pour rejoindre l'Angleterre.


Finalement, ils furent rapatriés aux USA, le sergent Crawford un peu après les autres.



(SOURCE :http://www.historiadeiberiavieja.com)


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de quatre cent soixante  autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire