vendredi 24 février 2017

LE CURE SANTA CRUZ GUERILLERO CARLISTE AU PAYS BASQUE AUTREFOIS


LE CURE SANTA CRUZ HEROS POPULAIRE OU BANDIT EN SOUTANE.


En effet, c'est un sacré personnage dont je vais vous raconter l'histoire aujourd'hui.


Le curé Santa Cruz (Sainte Croix, pour un curé, cela ne s'invente pas!), guerillero carliste, était 

une personne hors du commun, considéré en Navarre comme un héros populaire, alors que ces 

adversaires le surnommait "le curé cabecilla" (le curé meneur ou leader), bandit en soutane ou 

encore "saint cabecilla" ou "saint homme qui s'approprie charitablement le produit de ses 

rapines".





pays basque autrefois
CURE SANTA CRUZ





Une pastorale, due au Révérend Père Jules Casenave-Harigile : Santa Cruz, a été représentée à 

Sainte Engrâce (en basque Urdatx ou Santa Grazi), en Soule, en juillet-août 1992, mettant en 

relief le caractère exceptionnel de ce personnage.



Manuel Ignacio SANTA CRUZ y LOIDI était né à Elduayen (Elduain en basque), en 

Guipuzcoa, près de Tolosa, le 25 mars 1842 dans une famille humblr.



Orphelin très jeune, il fut élevé par son oncle, prêtre, qui l'envoya au séminaire d'où il sortit 

prêtre en 1866.



Il devint curé d'Hernialde, village proche de Tolosa.

Il est dénoncé en 1870, lors de la première tentative carliste pour avoir surveillé un dépôt de 

fusils et il doit s'enfuir, et il erre dans les montagnes et en France, entre 1870 et 1872.

Il demeura quelque temps à Urrugne et fut même interné à Nantes.



Suite à son appel, en 1872, trente mille hommes rejoignirent Don Carlos aux cris de "Vive le 

Roi".

Lorsque le général carliste Don Eustaquio Diaz y Rada arriva à Ascain (Labourd) en avril 

1872, Santa Cruz se joignit à lui et passa de l'autre côté de la frontière par le col de Lizuniaga 

(Sare).


D'un caractère humble et modeste, il sut se concilier l'affection de ses amis; austère dans sa 

morale rigide, inébranlable dans ses convictions, il crut en Dieu, puis en la patrie.



Participant à toutes les embuscades, le curé carliste, chef de bande, se repliait au Pays Basque 

Nord après chaque coup de main; il se cachait habituellement à Saint Jean de Luz-Ascain, soit 

chez son ami Isidro Ortiz Urruela, à Serres, soit, avec sa cavalerie, dans le bois de la propriété 

Haranedera, à Ascain.



Les désastres militaires s'enchaînèrent pour les carlistes et la convention d'Amorovieta fut 

signée entre les deux parties, entraînant la dispersion de l'armée dans tout le territoire.

Santa Cruz rentra en France, où il ne resta qu'une semaine.

D'aucuns diraient aujourd'hui qu'il avait la bougeotte.

Lui, voulait continuer le combat et il revint offrir ses services d'aumônier aux "catholiques".


Lors d'un combat, il fut fait prisonnier, condamné à mort  et on voulait le fusiller. 

Par quel miracle, on ne le sait pas , il réussit à s'évader par une fenêtre.



En fuite, il se cacha douze heures dans un marécage et il rentra en France.

Pour lui, "mugarik ez", pas de frontière...





le pays basque d antan
CURE SANTA CRUZ 1872


Le premier  décembre 1872, avec trente hommes déterminés, il repassa la frontière et il réalisa 

de nombreux raids sanglants qui entraînèrent massacres et représailles.


6 jours après, il arrêtait le train-poste à quelques kilomètres de St Sébastien (Donostia) et on 

apprenait à Madrid avec stupeur que la guerre carliste reprenait.


Le coup hardi de Santa Cruz déclencha une explosion de rage chez les libéraux et d'ardeur 

patriotique chez les catholiques.


Santa Cruz parcourut les villages pour recruter des hommes, peu ou point armés.

Très vite, ils eurent d'excellents fusils Remington et une abondante provision de cartouches.

Vêtus pour la plupart de haillons, Santa Cruz les fit habiller et porter vareuses et pantalons 

de France, avec ses ressources et celles qu'il s'était appropriées.

Les hommes recrutés devinrent des soldats organisés et armés.

Il lui manquait de l'artillerie et il se procura deux canons, puis trois autres ensuite rapidement.


La légion de Santa Cruz portait le nom de légion noire.

Elle était composée de jeunes gens vigoureux, qui adoraient leur chef et sont pleins de 

confiance en lui.

Santa Cruz était  un marcheur infatigable, qui faisait bouger sa troupe au gré des événements.

Tous les soirs, la prière était récitée pour le Roi Carlos-le-Désiré.


A quoi ressemblait le curé Santa Cruz :

"autrefois, maigre et frêle, il a pris de l'embonpoint depuis le commencement de la guerre; son 

oeil qui brille étrangement nous fait deviner l'énergie de l'homme. Il est revêtu d'un veston 

noir et porte autour de la taille, comme écharpe, la ceinture de laine du Basque. De plus, il 

porte une culotte navarraise."



Au mois de janvier suivant, il se retrouva opposé aux troupes de Primo de Rivera et fit appel 

au général carliste Lizarraga, commandant en chef des troupes du prétendant Charles VII 

dans la région.



Devant l'échec de celui-ci, et la capture de 500 de ses partisans, Santa Cruz s'en prit avec 

véhémence aux généraux de Don Carlos.




Le général Lizarraga était décrit par le journal Bayonnais L'Avenir (républicain, hostile aux 

carlistes) comme un "petit homme fort laid, au nez retroussé, aux pommettes saillantes, rasé 

comme un séminariste" (30 juillet 1874), "clérical de la plus belle eau", "bigot fanatique, 

mystique" (4 février 1875), "type le plus parfait de fanatique hypocrite qui associe 

constamment les actes de violence à la prière" (9 septembre 1875).



le pays basque autrefois
ARTICLE LA PRESSE ILLUSTREE SUR SANTA CRUZ


La tête de Santa Cruz fut mise à prix 10 000 pesetas.



Il restait néanmoins populaire des deux côtés de la frontière.



Je vous ai parlé dans un article précédent des photos faites à l'occasion de ces incursions en 

Navarre par le photographe luzien Konarzewski.



pays basque autrefois
CURE SANTA CRUZ ET SES GUERILLEROS




pays basque d antan
CURE SANTA CRUZ ET SES GUERILLEROS

Bien que recherché, cela n'empêcha pas Santa Cruz d'entrer à Deba  (Guipuzcoa), et de 

soumettre la garnison de Mutriku puis de Berasategui.



En juin 1875, une opération contre le fort d'Enderlatsa (Guipuzcoa) ternit cependant 

gravement sa réputation.



Lors de l'attaque de ce fortin tenu par les gouvernementaux, ceux-ci hissèrent le drapeau 

blanc; mais au moment de la reddition, une fusillade éclata, faisant plusieurs victimes chez les 

guerilleros : tous les carabiniers du fortin furent exécutés .



L'affaire des "martyrs d' Enderlaza" contribua à  isoler le curé partisan.



Lors d'une réunion à Bera (Navarre), Santa Cruz se trouva opposé aux soldats carlistes de 

Valdespina et préféra abandonner la lutte.



Il repassa la frontière, se réfugia à Ciboure chez une amie, Mme Dupont-Delpart, et s'exila à 

Londres, après avoir été interné à Lille.



Après la défaite carliste en 1876, et une dernière entrevue avec Don Carlos, il s'embarqua pour 

la Jamaïque et reprit son  apostolat missionnaire, entrant à la Compagnie de Jésus.




Il décéda en Colombie, sous le nom de Père Loidi, en 1926.



(Source : Saint Jean De Luz en 1900 de H Lamant-Duhart aux éditions LM)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille deux cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire