mercredi 1 mars 2017

LA TEMPETE DE DECEMBRE 1951 A ST JEAN DE LUZ EN LABOURD AU PAYS BASQUE


ENORME TEMPÊTE A ST JEAN DE LUZ EN DECEMBRE 1951.


De tous temps, le Pays Basque a subi les assauts des tempêtes.


Tout au long des siècles précédents, la ville de St Jean de Luz a été périodiquement détruite 

sans qu'aucune mesure n'ait été véritablement prise pour protéger la ville des effets 

dévastateurs de la houle.


Ce n'est qu'en 1783 que Louis XVI met en oeuvre une véritable tentative de sauvegarde par la 

mer, en autorisant les travaux de fermeture de la rade par l'allocation d'importants crédits.


Ce projet, semblable à celui envisagé par le maréchal de Vauban, ingénieur des fortifications 

de Louis XVI, prévoit la construction de deux digues partant respectivement de Socoa et de 

Sainte Barbe, séparées par un goulet permettant le passage des navires.


Ainsi, en 1788, deux digues de 175 mètres de long et de 9 mètres de hauteur sont dressées pour 

assurer la protection de la baie.


Pourtant ces digues, dont l'entretien et la réparation ne seront plus bientôt assurées du fait des 

événements de la Révolution, vont être continuellement détruites et reconstruites 

alternativement jusqu'en 1852, où une tempête détruit un quart de la ville.


Ce n'est ainsi qu'en 1854 que Napoléon III, en séjour à Biarritz, s'intéresse au sort de la ville et 

arrête les grandes lignes d'un programme qui prévoit la construction de trois 

digues : une à Socoa, une à Sainte Barbe et une dernière sur les fonds de l'Artha.


Deux chenaux de navigation pour les navires sont ainsi ménagés.


Pourtant la digue de Socoa, du fait de la guerre ne s'est terminée qu'en 1876, tandis que la 

construction de celle de Sainte Barbe ne s'achève qu'en 1888.

La construction de la digue de l'Artha est quant à elle, du fait de sa position en plein milieu de 

la baie, beaucoup plus périlleuse, et nécessite d'être réalisée que dans des conditions de mer 

extraordinairement calme.

Elle est pourtant achevée en 1895, séparée de la digue de Socoa de 250 mètres et de la digue de 

Sainte Barbe de 390 mètres.

La fermeture de la rade a donc duré 30 ans et a demandé un travail gigantesque, environ 7400 

blocs et 32000 mètres cubes de maçonnerie.

Malgré la protection de ces digues, St Jean de Luz a connu de nombreuses tempêtes.

Ce fut le cas les 27 28 et 29 décembre 1951.


Les  photos ci-dessous donnent un aperçu des dégâts causés en cette occasion au seuil de 

garantie et au Quai de l'Infante.


De nombreux Luziens ayant vécu ces heures difficiles, se remémoreront.


D'autres, plus jeunes, s'étonneront, peut-être.




pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN




pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
 un bloc de 40 tonnes  projeté sur la digue
PAYS BASQUE D'ANTAN





pays basque autrefois
TEMPETE 1951 ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN




(SOURCE : http://hmf.enseeiht.fr/travaux/)





Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de mille sept cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire