vendredi 3 mars 2017

PECHE A LA BALEINE AU PAYS BASQUE AUTREFOIS


LA CHASSE A LA BALEINE AU PAYS BASQUE.


La baleine : une pêche ou une chasse?


La terminologie est sans importance, l'homme à ses débuts vivait de chasse et de pêche. Il n'a 

pas changé pour survivre.



La baleine, un animal monstrueux, par sa taille, 25 mètres de long, pesant  150 000 

kilogrammes (le nouveau-né en accuse déjà 6000)., mais possédant un œsophage si étroit qu'il 

ne pourrait admettre un hareng!



De quoi mettre en doute la véracité du récit de Jonas dans le ventre d'un cétacé.


Depuis le VIème siècle, nous avons des informations de ces prises sur nos côtes.




Il s'agissait d'un animal plus modeste, la baleine dite Sarde qui ne mesurait que 20 mètres. Ses 

80 000 kilos permettaient de tirer 34 000 kilos de graisse, 27 000 kilos d'huile et 1500 kilos de 

fanons.

Une aubaine : de la viande à satiété, des matières grasses indispensables, de l'huile pour 

l'éclairage, c'était aussi prisé que le pétrole aujourd'hui.

Quant aux fanons, ils servaient à la décoration des casques des guerriers et à la coquetterie de 

ces dames!

Nos Bonnes Sœurs n'en étaient pas exclues de ce pêché par les Evêques de Bayonne; lesquels, 

pour leur gourmandise, se réservaient le morceau de choix : la langue de baleine.

De plus, même le sperme de la baleine était utilisé : il s'agissait en réalité d'une sorte d'huile 

contenue dans l'énorme  tête du cétacé et qui servait à confectionner le spermaceti à St Jean De 

Luz et à Bayonne pour approvisionner les fabriquants de cosmétiques et de remèdes divers 

dans le Royaume de France et à l'étranger.

Par ailleurs, on récoltait sur toute la côte aquitaine l'ambre gris qui est une concrétion 

fabriquée dans l'intestin des cétacés et qu'ils rejetaient en s'échouant sur les plages.

Quant on sait enfin que les vertèbres servaient de sièges ou de tables et que les côtes 

contribuaient à l'édification des maisons, il est aisé d'imaginer quelle Providence tombait du 

ciel.


Pas étonnant que les trainières fussent toujours prêtes sur la grève, et qu'il y avait en 

permanence des guetteurs sur les hauteurs (les atalayes), dans des tours (les guetarrios) 

échelonnées depuis la côte du Nervion à l'Adour.


BIARRITZ TOUR ATALAYE



pays basque autrefois
GUETHARY TOUR 

Dès que s'élevait la fumée annonciatrice, de toutes les plages s'élançaient les embarcations, les 

uns souquant ferme sur leurs avirons, les autres préparant leurs harpons, dont chacun portait 

une marque distinctive, indispensable lors du partage des proies.


pays basque autrefois
TRAINIERE PAYS BASQUE 1900

Arrivés à portée, à l'instant décisif, les harponneurs lançaient leur armée meurtrière avec une 

précision quasi mathématique.

La bête blessée cherchait son salut dans la fuite, plongeait, dévidant derrière elle le filin la 

reliant à la barque, l'entraînant à travers vague et écume, faisant surface pour replonger, 

donnant de terribles coups de queue pour se débarrasser de ces intrus.

Il fallait faire preuve d'un courage peu ordinaire pour ne pas lâcher prise; à la mort de 

l'animal, le calme revenu, pour ceux qui en réchappaient, quelle baleine!



pays basque autrefois
CHASSE A LA BALEINE PAYS BASQUE



Mais quel travail pour l'échouer sur le sable!

Après quoi, chacun ayant droit à sa part, il fallait la dépecer, en grimpant sur son dos avec des 

souliers ferrés : la curée scientifiquement organisée.

Chacun touchait sa part et faisait fondre son lard dans son four, au point que la cité était 

remplie d'une odeur nauséabonde caractéristique.


Peu importe, les provisions étaient là, à en croire le montant des dîmes exigées par les Rois de 

France ou d'Angleterre, les prébendes qu'en tiraient les Communautés, à commencer par celle 

des Chanoines de Bayonne, tout laisse à penser que cette pêche était rentable.


La chasse s'intensifiant, les baleines se raréfièrent, force fut de les suivre, de plus en plus loin, 

avec des bateaux de plus en plus importants.




pays basque autrefois
RETOUR DE PECHE GUETHARY 1900




Le Spitzberg, puis la baie du Saint Laurent furent les nouveaux thêatres d'exploits, mais la 

rose avait des épines, sous la forme de marins anglais et hollandais, pour qui le cétacé était 

aussi une panacée.

Les différends se vidaient à l'épée ou au mousquet; ces drames, comme toutes les épopées, 

furent générateurs de solutions ingénieuses.

Martin Sopite, en 1635, inventa le four à fondre le blanc de baleine à bord : tout en arrosant le 

pont pour lui éviter de se consumer, ce fut le premier navire-usine.


Toutes les pêches ont le même destin : la lassitude devant la raréfaction du produit.

Les Basques n'étaient plus les seuls ni les premiers en Europe.


La dernière, capturée lors de la signature du Traité des Pyrénées en 1659, fut surnommée 

"baleine de la paix" en cette circonstance.


En 1863, une isolée, perdue dans le Golfe de Gascogne, vint s'échouer.

Napoléon III, alors en séjour a Biarritz, vint l'admirer en voisin.

C'était hier, en face de la rue qui, en souvenir, prit nom,de "la baleine", un animal fabuleux, 

passé à l'actif de nos contes et légendes.



pays basque autrefois
BALEINE EN 1863


Pour se souvenir de ce passé "baleinier" 3 communes du Pays Basque Nord ont une baleine 

dans leur blason :

  • BIARRITZ :
PAYS BASQUE AUTREFOIS
ARMOIRIES DE BIARRITZ


  • GUETHARY :


pays basque autrefois
ARMOIRIES DE GUETHARY



  • HENDAYE :


pays basque autrefois
ARMOIRIES DE HENDAYE

(Source : libre parcours dans la mythologie basque de Claude Labat)




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de mille neuf cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire