vendredi 13 janvier 2017

ETXEKO ANDEREA LA MAITRESSE DE MAISON DANS LA SOCIETE BASQUE EN 1900


ETXEKO ANDEREA, LA MAITRESSE DE MAISON.


Personne incontournable de la société Basque en 1900, "l'Etxeko Anderea" est souvent représentée dans les cartes postales anciennes.


On la voit ainsi dans sa vie de tous les jours.


Egale en droit à l'homme et non destinée à le servir, souvent plus instruite, participant aux 

tâches de la maison et de ses extérieurs, elle conserve son autorité absolue dans la gestion de sa 

demeure et de ses biens, comme dans l'éducation de ses enfants.


La grand-mère est son associée bénévole : elle aide, remplace au besoin et conseille.


Tandis que le père se garde bien d'intervenir dans l'ordre domestique, lui qui prendra 

toujours, pour les problèmes d'intérêt, l'avis de l'Etxeko Andere.


Jamais enlacée, jamais embrassée, jamais tutoyée, celle-ci se satisfait d'être respectée comme elle respecte.

Elle est le ressort secret de l'organisation du domaine.

Personne ne la contredira. 


Elle est irréprochable.


Cesserait-elle de l'être qu'elle risquerait de  voir, un matin, le chemin allant de sa maison à 

celle de son amant jonché de feuillage.

Ou d'être promenée en effigie à travers le village, assise à contremarche sur un âne.


Elle est la mère habituée  à voir sa progéniture s'en aller - au séminaire, en Amérique (Nord ou 

Sud), en place (chez des bourgeois) -, la fille ou la bru déférente.


Celle qui donne à manger debout et mange ensuite, non par servilité mais par commodité.


Première levée, coiffée d'un grand mouchoir bleu ou blanc noué en arrière sur le sommet de la 

tête ou du simple cache-chignon qui tend à s'y substituer, elle allume sa chandelle à un tison 

enfoui la veille sous la cendre.


Puis elle rallume le feu, le nourrit d'un fagot de chêne.


La cuisine est le coeur de la maison, la cheminée au large bandeau souvent sculpté, surmonté

de bougeoirs et d'images pieuses, son âme.





pays basque 1900
CUISINE
PAYS BASQUE AUTREFOIS









Au logis, la propreté règne partout. 

Les meubles -en chêne et châtaignier encore mais le bois fruitier s'impose de plus en plus - sont 

astiqués avec amour : à côté de l'âtre, le zuzulu, grand banc-coffre dont s'abaisse, pour servir 

de tablette, la partie médiane du haut dossier et où le maître prend ses repas.


euskal herria lehen
ZUZULU
PAYS BASQUE AUTREFOIS


Le vaisselier où est exposée la plus jolie vaisselle (simple étagère chez les moins riches) et qui a 

rarement moins de trois portes, parfois davantage.


pays basque d antan
VAISSELIER
PAYS BASQUE AUTREFOIS

La table massive, parfois table-huche dotée d'un tiroir faisant office de garde-manger, flanquée 

de bancs.


Un bloc de pierre creusé dans le mur tient lieu d'évier : l'eau s'écoule par un trou percé à 

l'arrière.


Austères, les chambres sont sommairement meublées : le lit, une armoire, une ou deux chaises.



pays basque d antan
CHAMBRE
PAYS BASQUE AUTREFOIS

Orgueil de l'etxeko andere, la manka, haut bahut à deux portes, dont le haut, fermé par un 

entablement à charnière, forme coiffe et le kutxa, coffre plus ou moins richement ornementé de 

décors sculptés.


euskal herria lehen
BAHUT
 PAYS BASQUE AUTREFOIS


La femme se rend à la fontaine ferreta (cruche de bois, plus tard de métal, ceinturée de trois 

bandes de cuivre) ou pegara (lourde cruche en terre) sur la tête.



pays basque 1900
FEMME AVEC PEGARA
PAYS BASQUE AUTREFOIS






euskal herria lehen
FEMME AVEC FERRATA
PAYS BASQUE AUTREFOIS


Rangements, cuisine, la matinée passe vite.


Les repas sont frugaux : soupe, toujours, un morceau de salaison ou de jambon, un laitage ou 

des fruits; du fromage pressé à la maison; du mouton, parfois (les boudins faits avec son sang 

sont fort appréciés), si l'on a tué une bête. Du cidre coupé d'eau, peu de café, du vin dans les 

grandes occasions seulement. 

On soupe de lait, de méture, de châtaignes.


Entre ces deux repas, l'etxeko andere rejoint souvent les hommes; elle sarcle la rave, le maïs, la 

vigne.

Elle fane. Elle aide à la fougère.

Elle ne tue pas le porc mais l'agneau, règne sur le potager et le poulailler.


euskal herria lehen
VIEILLE BASQUAISE DANS SON JARDIN EN 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN


A la Saint-Jean, avec ses filles, elle accroche avant l'aube à la porte d'entrée un bouquet.


Filer, quenouille à la ceinture, ravauder, nouer en belles cordes rouges les piments frais cueillis 

qui seront suspendus à la cuisine la reposent -sous le porche grand ouvert ou sur la banquette 

de pierre courant le long de la façade.


pays basque 1900
VIEILLE BASQUAISE FILANT LA QUENOUILLE EN 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN

Elle confectionne le pain et le cuit dans le four.


Le jour de la lessive, levée bien avant l'aube, elle barre le courant du ruisseau avec de grosses 

pierres et bat,savonne, rince le linge, échange les échos du bourg avec les autres lavandières.


pays basque 1900
LESSIVE DANS LE RUISSEAU
 PAYS BASQUE AUTREFOIS




pays basque 1900
LESSIVE
PAYS BASQUE AUTREFOIS

Des lavoirs commencent à faire leur apparition.


Le travail est légèrement plus facile mais les bavardages restent les mêmes.


Sinon, pour se rendre à l'église, pour quelques visites dans le voisinage et, de temps en temps, le 

marché au chef-lieu de canton, elle ne sort guère et ne s'en plaint pas.



Néanmoins, quelle dure vie que celle de nos ancêtres en 1900....



(Source :la vie d'autrefois en Pays Basque de Marie FRANCE CHAUVIREY aux éditions SUD OUEST).


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille cent autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à la page Facebook et à la chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire