mercredi 19 avril 2017

LES PALOMBIERES DE SARE EN LABOURD AU PAYS BASQUE AUTREFOIS


LES PALOMBIERES DE SARE AU PAYS BASQUE.

Le village de Sare peut s'enorgueillir depuis une époque immémorable de posséder une des plus belles, sinon la plus fameuse chasse aux pantières (filets verticaux) des cols Pyrénéens.


Les Romains qui firent un long séjour dans les Pyrénées s'adonnaient déjà à cette chasse et se 

servaient de filets pour capturer le gibier, mais ce mode de chasse fut vraisemblablement 

pratiqué par les peuplades les plus primitives.


Les palombières de Sare (Labourd) et d'Etxalar (Navarre) sont situées dans une échancrure 

qui sépare le bassin de Sare de la vallée d'Etxalar, véritable entonnoir pour ce gibier migrateur 

qu'est la palombe.


La première palombière, dite d'en-bas, se trouve sur le mont Narbalatz à l'Ouest-Nord-Ouest 

du pic Saiberri (alt 509 m), au lieu-dit Sarako usotegia.


Entre ce dernier et le pic d'Ibantelli (alt 698 m) est située une belle tour de pierre dont l'origine 

nous est inconnue.


La seconde, dite d'en-haut , est située à 1 km au Sud-Ouest de la précédente à la lisière de la 

frontière (borne R 46), au lieu dit Etxalarko usotegia, sur le chemin conduisant de Sare à 

Etxalar ( D 306).


La passion et la fierté des habitants de Sare pour ce patrimoine ancestral leur fit choisir  le joli 

surnom, combien évocateur, de "La Palomière" lorsqu'il fallut sacrifier à la mode éphémère 

des substitutions d'appellations  révolutionnaires au nom de nos localités.

Les postes en aval des filets sont vendus tous les matins à des "fusils". 

L'attribution de ces postes se fait par tirage au sort.

Seule la chance déterminait l'endroit où le chasseur attendait les ramiers qui auraient  échappé 

aux filets, car si certains postes  sont bien placés, d'autres ne le sont pas.

Lorsqu'un vol arrive et que les palombes viennent s'écraser contre les mailles à une vitesse de 

près de 150 kilomètres à l'heure, grâce au travail des rabatteurs dont le rôle est fondamental.

pays basque avant
CAPTURE VOL PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
FILET COLOMBIER SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN



Un premier rabatteur est posté sur une tour en construction rustique au lieu-dit mont larria, le 

second sur un rocher situé sur le flanc occidental de ce même mont.

Le filet est alors descendu vers le sol grâce à un système de contrepoids.

Un à un, les volatiles sont détachés des mailles et placés dans les poches des tabliers des 

chasseurs, puis le filet est rapidement mis en place.


pays basque avant
LA TOUR CHASSE AUX PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN





pays basque autrefois
PREMIER RABATTEUR CHASSE PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN




pays basque autrefois
SECOND RABATTEUR CHASSE PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN


Les palombes sont tuées, soit en étant jetées très violemment sur le sol, soit d'un coup de dent 

qui leur sanctionne la nuque (du moins encore dans les années 1950).



A la fin de la journée, les palombes sont partagées entre les sociétaires et les chasseurs, 

conformément à une règle approuvée par la Société de chasse en 1905.


pays basque avant
REPARTITION CHASSE PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN




pays basque autrefois
PARTAGE DES PALOMBES SARE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN



Les prises subissent depuis de nombreuses années des baisses importantes.

Aux palombières de Sare, il y eut 4312 unités prises en 1894 et 5352 la même année à Etxalar.

En 1910, il y eut 3290 prises à Sare et 3108 à Etxalar, 


L'ouverture de cette chasse traditionnelle est fixée au 29 septembre , jour de la fête de la saint 

Michel, et se termine le 11 novembre, jour de la saint Martin, ainsi que le précise le calendrier 

de la chasse :

San lukez haundi beharrez : à la saint Luc, grand truc

Omia saindutan espantuan : à la Toussaint, grand train

San Martinetan azken tirotan : à la saint Martin, la fin


De nombreux rites étaient liés à cette chasse.

C'est ainsi que jusqu'en 1972, une messe dite de l'aube (Albako meza), était célébrée à 3h30 du 

matin dans l'église paroissiale.

Cette heure matinale s'explique par le fait qu'à l'époque les chasseurs montaient aux 

palombières à pied (une distance d'environ 10 km en montagne).

Ils arrivaient donc à l'aube sur leur terrain de chasse.

La messe était réservée aux chasseurs et les femmes en étaient exclues; en revanche, il arrivait 

que si quelque chasseur venait accompagné de son chien de chasse, il était autorisé , afin de ne 

pas le perdre, à l'enfermer dans le confessionnal...

Le curé percevait en guise d'indemnité une demi-part d'associé dans le produit de la chasse, 

part payée en palombes vivantes.

A l'heure des repas, une cabane fort rustique à côté des filets permet aux chasseurs de se 

retrouver dans une ambiance conviviale à souhait quand ils ne prennent pas leur repas sur le 

pouce...



(Source : Autrefois Sare de Jacques Antz aux éditions Atlantica)





Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille cent autres articles vous attendent aussi dans mon blog 

https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire