dimanche 30 avril 2017

ALBERTO ONAINDIA "LA VOIX DE L'OMBRE" DES BASQUES EN EXIL

ALBERTO ONAINDIA UN PRÊTRE BASQUE ENGAGé.


Alberto Onaindia , né en 1902, était destiné à la prêtrise, depuis son plus jeune âge.

La Guerre Civile Espagnole marqua un tournant dans sa vie.

Comme son frère Domingo (Txomin en Basque), lui aussi religieux et qui exerça son ministère 

sacerdotal à Saint Jean de Luz pendant 45 ans, il se destine donc très tôt à la prêtrise.


Ayant obtenu un doctorat à Rome, il est ordonné prêtre.


PAYS BASQUE AUTREFOIS
LES FRERES ONAINDIA


De retour en Espagne, il professa au Séminaire de Saturraran à Mutriku, en Guipuzcoa, puis il 

fut nommé chanoine à la cathédrale de Valladolid à l'âge de 26 ans, devenant le plus jeune 

chanoine du Royaume d'Espagne à l'époque.

Mais, comme il aimait à le dire : "je suis un chanoine espagnol, mais un prêtre basque!".

Comme son frère Txomin, il désirait rentrer en Biscaye, pour y propager ses idées sociales 

chrétiennes, avec l'espoir qu'un jour le Pays Basque deviendrait, comme aux temps anciens, 

une région autonome et libre dont les rois successifs renouvelaient les fors (libertés) sous le 

chêne de Guernica.


Très vite, il allait demander une dérogation pour pouvoir rentrer à Getxo (Biscaye) où il créa la 

Accion Catolica (Action Catholique), dont le maire de Getxo José Antonio Aguirre (Président 

du Gouvernement Basque) était le Président et avec lequel il se lia tout de suite d'amitié.


Il se dédia à la formation des ouvriers, participant aux mouvements syndicalistes, propageant 

les idées sociales-chrétiennes.


Il parlait liberté, droits humains aussi bien que conscience nationaliste et, déjà à l'époque, ses 

conférences qui attiraient les foules jusque dans la rue lui assuraient quelque 5000 auditeurs.

A travers son action sociale transparaissaient son humanité et son aspect profondément 

religieux.


pays basque autrefois
ALBERTO ONAINDIA



En avril 1931, le Roi Alphonse XIII était parti en exil à la suite d'élections municipales gagnées 

par une coalition d'Espagnols (syndicalistes, autonomistes Basques et Catalans, socialistes), 

associés depuis l'année précédente dans un pacte, dit de San Sebastian, pour réclamer 

l'abdication du Roi, coupable pour eux, d'avoir toléré trop longtemps la dictature du Général 

Primo de Rivera, et l'instauration de la République.


Les élections législatives de juin 1931 confirmèrent le succès des "Républicains" qui dès le 

départ du Roi avaient proclamé la Seconde République.

Le nouveau Président de la République, Nieto Alcala, un Basque modéré, nomma Président du 

Conseil l'Universitaire de gauche, Manuel Azana y Diaz qui décida de transformer l'Espagne 

en profondeur pour en faire, un pays moderne, libéré de la tutelle de l'armée, et surtout de 

l'Eglise, allant jusqu'à déclarer que "l'Espagne avait cessé d'être catholique".


C'était oublier que la grande majorité de la population était encore profondément croyante.

En 1934, la droite, qui s'était ressaisie, avait réussi à reprendre le pouvoir.


Revenu aux commandes de l'Etat, au début de 1936, grâce à la coalition des partis de gauche, 

devenus le "Frente Popular", Azana y Diaz décida de poursuivre la réalisation de son 

programme.


Après la Catalogne, il accordait le statut d'autonomie au Pays Basque et il durcit sa politique 

anticléricale.

Ce fut la principale cause du soulèvement des militaires contre la Seconde République les 17 et 

18 juillet 1936.

La guerre marqua un tournant dans la vie d'Alberto Onaindia.


Témoin oculaire du bombardement de Guernica le 26 avril 1937, il fut dépêché par le 

Lehendakari (Président) Aguirre pour organiser une conférence de presse à Paris.

D'après des témoignages, il semble avoir eu un rôle essentiel dans cette entreprise.

Il parvint, en effet, à rétablir la vérité sur les exactions commises par l'armée allemande (nazis) 

et leurs alliés italiens, avec le feu vert de Franco, tandis que ceux-ci avaient accusé les Basques 

d'avoir procédé à la technique de la terre brûlée.


Ce fut le début de son action comme intermédiaire entre le PNV (Parti Nationaliste Basque) et 

plus tard l'armée italienne, avec laquelle les Basques s'entendirent pour arranger une reddition 

qui permettrait aux gudari (soldats Basques) de partir sur des bateaux anglais et d'être ainsi 

épargnés par l'armée de Franco.

Les accords de Santonia aboutirent finalementà un échec, et Alberto Onaindia prit le chemin 

de l'exil.

Mais c'était le début d'un autre combat : le combat dans l'ombre.



pays basque avant
ALBERTO ONAINDIA

Là commença son activité à travers les émissions radiophoniques.

Il était tenu à l'anonymat par la force des choses.

En effet, ses critiques touchaient directement le régime franquiste et le contraignirent, pour 

protéger sa famille, à se faire appeler James Masterton, le père Olaso, Father Brown ou Father 

Zuluaga...

Il avait une grande renommée dans tout l'Etat Espagnol, où ses émissions de radio lui 

assuraient 4 millions d'auditeurs, car il était la seule voix de la liberté pendant toutes ces 

années de franquisme.


Il commentait les Evangiles dans le sens de la liberté, de la démocratie, du respect des humbles, 

de la paix ou du pardon; il finissait ses homélies en dénonçant les arrestations et mises au 

secret au Pays Basque Sud, ce qui sauva la vie d'un certain nombre de prisonniers menacés de 

mort et qui furent libérés à la suite de ses émissions.


Ses émissions en espagnol se dénombrèrent à plus de 600 sur la BBC (radio anglaise), et à plus 

de 1000 sur la RTF (radio française), mais cessèrent subitement en 1957, après une demande 

spéciale de Franco, qui donna son accord à la France pour l'appuyer au sein de l'Onu, lors de 

la guerre d'Algérie, avec comme condition qu'Alberto Onaindia ne puisse plus se faire 

entendre à la radio française, dont les ondes étaient rediffusées dans l'Etat Espagnol.


pays basque avant
ALBERTO ONAINDIA A LA BBC


C'est à ce moment-là qu'il cessa son activité à la radio.


Il mourut à l'âge de 87 ans ayant élu comme dernière demeure sa ville natale de Markina 

(Biscaye).


Alberto Onaindia fut exilé durant plusieurs dizaines d'années, mais sa voix sut passer au-delà 

des frontières, pendant vingt ans...


(Source : http://www.lejpb.com et BERRIAK N°83)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de trois cent trente  autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire