dimanche 9 avril 2017

L'HARMONIE MUNICIPALE DE ST JEAN DE LUZ EN LABOURD AU PAYS BASQUE AUTREFOIS


HISTOIRE DE L'HARMONIE MUNICIPALE DE SAINT JEAN DE LUZ.


A Saint-Jean-de-Luz, les fêtes locales, processions et défilés se firent toujours au son des cuivres et des tambourins, à l'image des cortèges païens grecs ou romains.

Le Roi Louis XIV eût un traitement de faveur, en 1660 lors de sa venue , reçu par les 

"crascabilaires" au son de la musique Basque traditionnelle.


L'école des Frères avait sa propre clique qui se produisait en circuit fermé, dirigée en 1869 par 

Ramon Haramboure, organiste de l'église Saint-Jean-Baptiste.



De quand date l'Harmonie Municipale?


Comme beaucoup de sociétés avant 1901, il n'y a pas d'acte de naissance.



En compulsant les archives, il est certain que Napoléon III et l'Impératrice Eugénie, lors de 

leur première venue le 3 août 1854, eurent les honneurs de la fanfare, la Société Philomatique, 

qui reçut à ce titre 200 francs à titre de gratification.


La première mention de "fanfare municipale" est couchée sur la délibération du Conseil 

Municipal du 29 septembre 1874 : 100 francs pour l'achat d'une bannière.



Puis par une délibération du 21 octobre 1877, il est décerné un satisfecit au Sieur Goyenetchea, 

chef de musique appointé à 1000 francs l'an, ainsi que l'achat de 437 francs d'instruments de 

musique chez Limonaire.



Ceux-ci resteront possession de la Ville; il est attribué  des rafraîchissements aux musiciens 

tant lors des répétitions que des concerts.



En 1875, grand concours de fanfares où se présentent à Biarritz nos deux groupes musicaux, 

qui héritèrent de la lanterne rouge.

Celle de la Municipalité Barjonnet se disperse, l'Orphéon des Frères en recueille quelques 

éléments.


Il faut préciser qu'à l'époque, la musique suit les fluctuations de la politique, tantôt se 

groupant chez "les rouges", tantôt s'en dissociant pour aller chez "les blancs", en fonction des 

alternances.



En 1878, le nouveau maire, le Docteur Martin Guilbeau, républicain et mélomane, pour ne pas 

être taxé de calotin, voulut sa fanfare laïque, et le 25 août passe convention avec elle.


Les ennuis vont bientôt commencer : en mai 1881 la Ville cherche un Chef de musique, mais 

sans empressement car c'est l'année de l'ouverture des casinos et peut-être profitera-t-on de 

leurs initiatives.


Dans la séance du 12 août 1881, il est mentionné que "la fanfare n'étant plus organisée", un 

citoyen Monsieur Nebout, qui a monté une musique pour l'été, se voit gratifier de 1500 francs 

non attribués.



Dans sa séance du 16 octobre 1881, la Municipalité se décide à réorganiser la fanfare.


Dans cette optique, un décret municipal du 11 janvier 1882 prévoit  "qu'il est interdit de faire 

de la musique, individuellement ou collectivement , dans les rues, places,promenades, sans 

autorisation préalable".


Cette pièce est consignée par le Secrétaire du préfet qui répondait au doux nom de Rossignol.


Cette réorganisation devait être pleine de promesses puisqu'en 1882 il est question de faire un 

kiosque pour la fanfare; il sera inauguré le 5 mai 1883.


pays basque 1900
DANSES PLACE LOUIS XIV ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN


L'écho de cette période d'euphorie se retrouve dans le compte-rendu du 14 janvier 1883 : 

"gratification au Chef de fanfare qui commence à faire des progrès"!



Le 2 décembre il est procédé à un échange d'instruments : 1 basse, 2 barytons, 1 alto, 1 

trombone et 2 pistons.


Et le 5 avril 1884, Monsieur Barthélémy Ferre est nommé Chef de fanfare; il est ancien Chef 

de fanfare militaire.



A l'issue de la saison 1885, il lui est délivré des félicitations "gratification au Chef de fanfare 

car elle n'a jamais été aussi bien organisée ni si bien dirigée."

Il n'en démissionnera pas moins peu après...



En 1889 tout autre est le son de cloche, la Mairie étant passée aux mains des "blancs", le 

Docteur Goyenetche devint Maire.



Dans sa séance du 7 avril 1889 il est mentionné "que la fanfare doit être réorganisée car, non 

stable et sans progrès".

Il est question d'organiser une autre société musicale et de passer contrat avec elle.



Qu'advint-il?


En 1890 et 1891, le Maire change, c'est Monsieur Achille Fourquier qui est élu.


Il fait acheter pour 1500 francs d'instruments.


pays basque avant
FANFARE MUNCIPALE ST JEAN DE LUZ 1893
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
CONCOURS MUSICAL INTERNATIONAL ST JEAN DE LUZ 1891
PAYS BASQUE D'ANTAN


Sous le deuxième mandant Goyenetche, en 1896, il est question pour la première fois d'une 

Harmonie Sainte-Cécile "récemment formée", une société de la Paroisse, avec laquelle il sera 

passé contrat.



Après cette éclipse de la fanfare, elle refait parler d'elle : y a-t-il eu absorption de la nouvelle 

société?



En 1901, il y eut achat d'instruments et en 1903 un accord est passé avec la SACEM (Société 

des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) (créée en 1851); en cette époque le Maire 

était Monsieur Dominique Larrea, pharmacien.



Elle devait avoir acquis une certaine audience, puisque les habitants du Boulevard Thiers font 

une pétition pour avoir droit eux aussi à des concerts ; qui dit concert, dit Harmonie.



En 1907, nouveau changement de Maire, c'est Monsieur Auguste Giré, qui ne restera en place 

qu'un an.


Le 26 mai 1907, il fait inscrire à l'ordre du jour :"la musique municipale est indispensable à la 

réussite des fêtes publiques; de toutes les manifestations la musique est la plus goûtée", et 3500 

francs lui sont octroyés.



En 1908, changement de ton et de couleur.


La Mairie passe aux mains de Monsieur Auguste Rousseu; tous les musiciens démissionnent, 

sauf un.


Sous l'autorité de Monsieur Marcel Vicendoritz (auteur de plusieurs fandangos dont "Kinkiri-

Kunkuru,  Donibade)la musique se réforme sous la bannière de Sainte-Cécile, en velours vert 

avec les armes de Saint-Jean-de-Luz.


Elle fait ses répétitions à la salle Jeanne d'Arc et participe victorieusement à de nombreux 

concours.


Le démarrage est laborieux et pas du goût de tous.à sa demande de subvention, il est noté dans 

la délibération du 11 août 1908: demande de subvention faite par l'Harmonie Sainte-Cécile, 

anciennement Fanfare Municipale, Monsieur le Maire fait ressortir qu'à la suite de la 

démission du Chef de Musique et de l'abstention de nombreux exécutants, la Ville a été obligée 

d'organiser à grands frais une autre musique et que ce surcroît de dépense ne permet pas 

d'accorder une subvention à cette musique". Accepté par 14 voix sur 17.


Parallèlement, il y a réorganisation de la fanfare municipale.


En février 1909, il y a encore achat d'instruments et le 21 mars 1910 Monsieur Aurouze est 

nommé Directeur de l'"Harmonie Municipale" avec 2400 francs de traitement.



Le 13 octobre de la même année, le Conseil note "qu'il y a indiscipline et désordre au sein de la 

fanfare municipale et qu'il y a urgence à y mettre de l'ordre"!


Ce ne sera point le cas puisqu'en pleine saison, le 11 août 1912, les jeunes musiciens se mettent 

en grève pour obtenir une augmentation, ce qui n'est pas du goût de la municipalité, et 

finalement le 24 août 1913 encore une fois en pleine saison touristique, Monsieur Aurouze, 

Chef de Musique, démissionne.



Il sera remplacé le 14 décembre 1913 par Monsieur Jean Etcheverrigaray (auteur de Itsas 

Gizoneri, Churrut, Clara) sous-chef de musique.


Nous sommes à la veille de la guerre de 1914, et le jour de la mobilisation générale, les deux 

Harmonies de la Ville constituent l'Union Sacrée et défileront ensemble dans les rues de Saint 

Jean de Luz.



Le jour de l'armistice, il n'y a plus de musique en ville et pour célébrer ce jour de joie, il faut 

aller quérir un Orphéon à Irun (Guipuzcoa) pour animer le kiosque.


Après la tourmente, la Sainte-Cécile ne sera plus remontée, seule l'Harmonie Municipale 

émerge sous la baguette de Monsieur Marcel Vicendoritz qui est nommé Chef de Musique à 

dater du 1er juin 1919.



Elle sera dirigée ensuite successivement par Monsieur Dupouy, puis en 1923 par Monsieur 

Darbisquy et comprendra 29 exécutants.


En juillet 1925, en début de saison, 11 membres démissionnent, ce qui n'empêchera pas qu'en 

1927 notre Harmonie remporte à Dax le premier prix, et aura un retour triomphal avec 

médailles et cinq billets de mille francs accrochés à sa bannière.


Elle sera ensuite dirigée par Monsieur Chaffin en 1945, et après la deuxième guerre mondiale 

sera confiée en 1950 à Monsieur René Lahetjuzan, venu d'Acoztarak, qui sera aussi un 

compositeur et fera les beaux jours des soirées musicales de la place Louis XIV.



pays basque autrefois
SAINTE CECILE ST JEAN DE LUZ 1946
PAYS BASQUE D'ANTAN

pays basque autrefois
SAINTE CECILE ST JEAN DE LUZ 1950
PAYS BASQUE D'ANTAN



PAYS BASQUE AUTREFOIS
HARMONIE MUNICIPALE ST JEAN DE LUZ 1977
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque avant
HARMONIE MUNICIPALE ST JEAN DE LUZ
PAYS BASQUE D'ANTAN



Monsieur René Zugarramurdi prendra la direction en 1980, puis Monsieur Christian 

Aboucaya depuis 1989.


pays basque avant
HARMONIE MUNICIPALE ST JEAN DE LUZ 1980
PAYS BASQUE D'ANTAN





Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille deux cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire