mercredi 3 avril 2019

JULES GIGUET UN POÈTE AMOUREUX DU PAYS BASQUE EN 1923


JULES GIGUET MILITAIRE, POÈTE ET INVENTEUR FRANCAIS.


Jules Giguet est un poète français né en 1890 et mort en 1941.


premiere guerre mondiale livre
LIVRE LES BOUEUX DE JULES GIGUET

Voici ce que rapporta à ce sujet la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son 

édition du 22 décembre 1923 :


"Autour d'une exposition.


Giguet.



Un artiste qui n’est pas seulement un maître du dessin, mais encore un poète et un scientifique.



Je passais l'autre soir dans cette rue de Bayonne si étroite et si animée à cette heure de la journée. J'avais encore quelques minutes à perdre avant de reprendre mon B.A.B. et l'idée me vint de les passer dans cette galerie où parfois des artistes du pays exposent leurs œuvres. J’entrai. On terminait justement l'installation d'une série de portraits dont l'exposition s’est ouverte le 17.




Mes lunettes ajustées sur mon nez, j’examinai à loisir. Au diable, le B. A. B. ! Cette fois je me trouve véritablement devant l'œuvre d'un artiste. Il y a là, réunis, toute une série de pastels, sanguines, sépias, des portraits de vieillards, de jeunes filles, d’enfants étonnants de vie, des silhouettes qu'on dirait animées. 




Un merveilleux portrait de Chiquito de Cambo, un autre de M. R. E., célèbre rugbyman, sont des œuvres impressionnantes tant par la qualité du trait — d’une perfection incontestable — que par la vie, la pensée qui les animent. L’artiste a réussi ce tour de force de saisir et de fixer l’expression fugitive, la beauté et la rapidité du geste. 


pelote basque
DESSIN DE CHIQUITO DE CAMBO PAR JULES GIGUET
PAYS BASQUE D'ANTAN

Des silhouettes, de pelotaris ou de joueurs de football sont une véritable synthèse du mouvement. 




Je n’ai oublié qu’une chose, c'est de vous dire le nom de l’artiste : Jules Giguet. 




Je connaissais M. Giguet comme poète et conférencier, je savais qu’il dessinait fort bien, puisqu'il avait illustré avec beaucoup de talent son volume de vers "Les Boueux", paru avant la guerre. Je savais également que, pendant la grande semaine de pelote basque à Mauléon, il s’était plu à fixer sur le papier certaines attitudes de joueurs, mais je ne pouvais m'imaginer qu'il eut acquis une telle maîtrise. D'où mon étonne ment admiratif. 




Cependant, j'aurais dû me rappeler que d’un homme comme M. Giguet, rien ne peut étonner, car chez lui tout est paradoxe : à l'écouter, son léger accent vous fait croire qu’il est Basque ou Béarnais... c'est un Bas-Bourguignon ; à lire ses poèmes ou à admirer ses dessins, vous vous imaginez un artiste uniquement obsédé de son rêve de beauté... c'est un scientifique épris de mécanique. Et véritablement, il est assez curieux de rencontrer réunies chez un même individu, ces qualités si contraires et qui forment chez M. Giguet comme un tout harmonieux. 




Il est évident que le futur poète a dû être vivement impressionné dès son enfance par la grande ombre poétique qui planait au-dessus de ce collège de Belley où Lamartine avait lui aussi fait ses études et qui abrita M. Giguet jusqu'à son bachot. Les lettres seules l’attiraient jusqu’au jour où, tout à coup, il se sent orienté irrésistiblement vers les sciences et surtout l’expérimentation scientifique. Il étudie tout seul et se forme dans la solitude du petit laboratoire qu’il s’est aménagé. 




Brusquement, sollicité d’entrer dans une Compagnie de chemins de fer, il laisse tout et commence une vie bureaucratique et sans charme que le grand drame de la guerre interrompra bientôt. Mobilisé sur place, on lui refuse le congé qu’il demande pour aller servir plus activement. Enfin, l’appel de sa classe le libère du bureau pour l’envoyer au front. Chasseur à pied, il ne tarde pas à devenir sergent et, blessé, il est envoyé en traitement à Salies-de-Béarn — premier contact avec notre Sud-Ouest. Guéri, il retourne au front d’où un an après il reviendra, blessé et malade, à Pau. Le Béarn, comme le Pays Basque, a des séductions irrésistibles : M. Giguet se marie en Béarn et vient se fixer au cœur même de la Soule, à Mauléon




Le poète.



Avant la guerre, M. Giguet connut Xavier Privas qui l’encouragea beaucoup à faire des chansons. Très doué, il complète ses études musicales par des leçons d’harmonie et se met à l’œuvre. Mais survient la guerre, le nouveau chansonnier abandonne sa muse pour ne se consacrer, pendant les longues veilles dans la tranchée, qu’à la poésie. 




"Les Boueux", premier poème qui donna son titre à un recueil paru depuis, attirent l’attention de Rostand, qui remarque dans la forme même de la pièce de vers et dans le rythme, une heureuse analogie avec soit "Hymne au Soleil" de "Chantecler". II écrit au jeune poète pour le féliciter et lui prodigue les encouragements les plus flatteurs. 


edmond rostand litterature
CHANTECLER D'EDMOND ROSTAND
PAYS BASQUE D'ANTAN


D’autre part, René Doumic lui demande pour la "Revue des Deux Mondes" ses Cadets de France", un très bel et pathétique poème dialogué qui a été représenté avec beaucoup de succès, il y a deux ans, au Cercle Volney. 




Enfin, réformé temporaire à partir de 1917. M. Giguet occupe ses loisirs en faisant des conférences à Paris, à Bordeaux, à Pau et à Biarritz, sous le patronage de Biarritz Association. 




L’artiste



Sans avoir jamais appris à dessiner, M. Giguet s’amuse à crayonner et déjà dans ces esquisses hâtives se révèlent des dons étonnants de précision et de ressemblance. 




Il étudie alors tout seul le dessin, s’attachant spécialement au portrait. Ses longues visites dans les musées lui donnent le meilleur enseignement d’où il dégage une théorie d’art toute personnelle. 




Sollicité de faire quelques portraits d’amis, il y réussit à ce point que M. Léonce Beneditte, conservateur du Musée du Luxembourg, en remarque certains et encourage le jeune artiste à persévérer dans une voie où il vient de s’engager si brillamment. 




Et M. Giguet poursuit son travail. Il s’attache alors à la recherche d’une parfaite exactitude sans que pour cela la vie en disparaisse. Son art est à la fois un mélange de réalisme et de synthèse qui s’épanouira tout naturellement dans l’étude du mouvement qu’il traite à la fois en artiste et en scientifique. Car le scientifique apparu au début de sa carrière n’est pas mort. Il se manifeste à nouveau pour venir en aide à l’artiste et l’aider à réaliser cette synthèse du mouvement si difficilement réalisable. 




M. Giguet se remet à l’étude de la mécanique et de l’optique et parvient à créer des appareils cinématographiques pour éduquer l’œil par l'étude du mouvement. 



pays basque autrefois
KINN DE JULES GIGUET



Entre temps, presque en se jouant, M. Giguet s’adonne à la recherche de certains problèmes de mécanique qu’il s’est d’ailleurs amusé à résoudre par un besoin de créer qui est peut-être la caractéristique la plus frappante chez l’auteur des "Boueux". Des industriels du Pays Basque lui ont demandé un jour de s’intéresser à la création de certaines machines nécessaires à leur industrie et pour lesquelles ils s’étaient adressés en vain à de grosses firmes américaines. M. Giguet a étudié le problème, en a trouvé la solution et a réalisé lui-même les machines que son cerveau avait conçues. 




Mélange de dons vraiment extraordinaire, mais qui s’équilibre parfaitement. Comme il y a l’athlète complet, M. Giguet sera demain l’artiste complet, l’artiste qui pense, qui ressent, qui observe, qui analyse, enfin l'artiste créateur de vie et de mouvement, en même temps que de grâce et de beauté."



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1787ème article.


Plus de mille sept cent quatre-vingt autres articles vous attendent dans mon blog :



https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire