dimanche 14 avril 2019

LE TRAGIQUE DESTIN D'EUZKADI EN AOÛT 1938


LE TRAGIQUE DESTIN D'EUZKADI EN 1938.


La guerre civile espagnole, du 17 juillet 1936 au 1er avril 1939, contraint plusieurs centaines de milliers de Républicains et de Basques à l'exil dans le monde entier.


pais vasco antes guerra vcivil española
EXIL A HENDAYE SEPTEMBRE 1936



Je vous ai parlé dans un article précédent de la première publication de Pierre Dumas, au sujet 

des Basques dans la guerre civile espagnole.



Voici ce que rapporta Pierre Dumas, dans le journal L'Aube, dans un second article, le 26 Août 

1938 :


"le tragique destin d’Euzkadi (2ème partie).


— Basques et Espagnols.



Que de folies, que de guerres même éviteraient les gouvernements et les particuliers s'ils connaissaient le passé et s’ils voulaient bien en accepter les leçons ! 



Si, à l’origine du conflit espagnol, les généraux Franco et Mola avaient interrogé l’histoire ancienne ou récente des Basques, le sort de l’Espagne en eût été changé. 



Et si, avant de juger les Basques espagnols, les écrivains et les journalistes français ou étrangers avaient lu un seul livre sur leur histoire, ils eussent compris tout le problème, que d’aucuns estiment incompréhensible. 



Au seuil de cette enquête, notre première question est donc : Qui sont les Basques ? D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? 



guerra civil española 1936
AFFICHE GUERRE CIVILE ESPAGNOLE


Pour bien montrer que mon argumentation n’est pas, suscitée par les besoins de la cause actuelle, il me plaît de recourir... au dictionnaire. 



Les Basques sont une race, suivant la définition du mot : variété humaine dont les caractères particuliers sont persistants et transmis héréditairement. 



Les Basques sont un peuple, suivant la définition du mot : multitude d'hommes habitant le même pays et vivant sous les mêmes lois. 



Les Basques sont une nation, suivant la définition du mot : réunion d'hommes habitant un même territoire, ayant une origine commune ou des intérêts depuis longtemps communs, des mœurs semblables et, le plus souvent, une langue identique. 



Les Basques, enfin, "sont" une civilisation, suivant la définition du mot : mode spécial dans le développement intellectuel, moral et industriel d'une société. 



Toutes ces définitions sont tirées du Larousse. Pour les compléter, il ne me reste plus qu’à prendre à la même source la définition du Basque. 



pais vasco antes 1936
AFFICHE GUERRE CIVILE ESPAGNOLE



La voici : 


Des Hypothèses très diverses ont été émises sur l’origine des Basques. Quoi qu’ils soient aujourd'hui assez métissés, on retrouve encore chez un certain nombre d'entre eux des caractères de la vieille race humaine quaternaire de Cro Magnon. 


De taille moyenne, très agiles, très braves, les Basques n'ont pas de rivaux dans la guerre des montagnes. Ils ont toujours résisté aux envahisseurs et ont réussi à conserver leur liberté alors même que l'Espagne a été envahie par les Romains, les Visigoths et les Berbères. Ce n'est que de nos jours qu’ils se sont vu retirer leurs libertés et supprimer leurs fueros. Ils sont loin cependant d'avoir accepté les codes français ou espagnol. Le droit d'aînesse est toujours en usage parmi eux. Leur attachement au passé se manifeste de maintes façons : chars à grandes roues pleines, méthodes de culture, costumes, instruments de musique, etc... 



A propos de la langue, le Larousse ajoute : On tend à rattacher la langue basque au groupe de langues caucasiques et à admettre qu'elle représente avec ces dernières le reste d'une famille de langues parlées en Europe avant l'arrivée des Indo-Européens. 



Voilà bien d'extraits du Larousse ! Excusez-moi d’en avoir peut-être abusé. C’est que, voyez-vous, j’ai voulu, en la circonstance, m’appuyer sur le témoignage, qu’on ne conteste guère, du vieux dictionnaire officiel, pour établir que les Basques sont une race... et qui se rattache, s’il vous plaît, à l’ancêtre de Cro-Magnon, un peuple... vivant sous les mêmes lois de temps immémorial, une nation... ayant des mœurs, des intérêts, une langue bien spéciaux, une civilisation... dont le développement et l'originalité ne se discutent pas.



Alors, connaissant cette histoire et ce passé, tout le présent s'explique. 




guerra civil española 1936
AFFICHE GUERRE CIVILE ESPAGNOLE


Ces Basques qui, depuis l’époque quaternaire, sont des Basques, ces gens qui ne se sont jamais soumis à personne ; ces originaux qui, aux périodes où l’Espagne a été conquise par les Romains, les Visigoths, les Maures, par Charlemagne ou par Napoléon, ont été les seuls habitants de la péninsule à ne pas capituler ; ces guerriers qui ont successivement battu, taillé, mis en déroute les César, les Attila, les sultans, les empereurs ; ces fous d’indépendance qui, à travers tous les siècles, se sont fait tuer sur place plutôt que de se soumettre ; ces "individus" qui, à force de volonté ,de sacrifices et de sang, ont pu être broyés, mais n’ont jamais capitulé, voilà qu'on les assimile aujourd'hui aux Espagnols ?... 



Telle est l’erreur capitale, essentielle, fatale : ni les gouvernements espagnols ni les enquêteurs étrangers, n’ont voulu voir à qui ils avaient affaire. Ils n’out pas lu l’histoire, même sommaire, des civilisations... et voila pourquoi a été déclenché et se déroule encore ce qu’un de mes grands confrères appelle : le drame d'un peuple incompris. 



On ne s’est pas souvenu que ce peuple, n'ayant jamais été soumis, ne se soumettra jamais si l’on ne respecte pas sa loi, ses fueros, ses livres saints, ses mœurs, son code, ses traditions, son indépendance. 



Pour bien situer la position des Basques dans le conflit actuel, il s'agit de savoir ce que les Basques doivent à l’Espagne... et ce que l'Espagne leur doit, autrement dit, quelle était la place tenue par les Basques dans l’Etat espagnol, monarchie ou république. 



Là aussi, le passé nous répond. Les Basques, vis-à-vis des gouvernements successifs de Madrid, ont été...ce que les gouvernements de Madrid ont été pour eux. 



Le jour où les monarques de Bourbon ont juré sous l’arbre de Guernica de respecter les fueros, les Basques ont collaboré avec Madrid ; mais le jour où la dynastie alphonsine a voulu laïciser et centraliser l'Espagne, les opposants les Basques sont devenus opposants et carlistes. 



Quand Primo de Rivera proclama la dictature, pour s'attirer la sympathie de la Catalogne dont il était gouverneur, il promit la décentralisation... les Basques l’attendirent à l’œuvre sans hostilité. Mais le jour où le même Primo refusa d’exécuter ses promesses, ils furent résolument et violemment contre lui. 



guerra civil española 1936
AFFICHE GUERRE CIVILE ESPAGNOLE


A la proclamation de la République, il y a sept ans, les chefs républicains promirent la décentralisation ; les Basques accueillirent avec joie et loyauté le nouveau régime. Mais le jour où la République vota le statut catalan sans voter le statut basque, le jour où la République devint anticléricale, les Basques entrèrent en lutte contre Madrid. J’étais à Bilbao quelques mois après la visite du Président Alcala Zamora. On me raconta ce qu’avait été ce voyage présidentiel. Les femmes s’étaient couchées sur la chaussée pour empêcher la voiture du chef de l’Etat espagnol d’avancer. Il y eut charge de cavalerie avec morts et blessés, et je vis en prison quelques centaines de manifestants qui y étaient encore maintenus. 



Mais, les républicains ayant octroyé le statut, les Basques s’apaisèrent... 



Nous voyons donc que, insoucieux des formes de gouvernement, insoucieux même — eux qui sont catholiques — de la politique religieuse de Madrid, les Basques, de toute éternité, se sont rangés aux côtés de ceux qui leur promettaient le respect de leurs lois. 



Ont-ils tort, ont-ils raison de ne pas vouloir s’intégrer à l'Etat espagnol ?... 




guerra civil espñola
AFFICHE GUERRE CIVILE ESPAGNOLE


Ceci ne nous regarde pas, nous Français. Cela les regarde, eux, et eux seuls. De notre point de vue, nous n’avons qu’à enregistrer une chose : le parti nationaliste basque avait obtenu, dans trois provinces, 80 % des suffrages. On peut donc affirmer que la totalité des Basques d’origine voulait l’indépendance et se refusait à demeurer dans la communauté espagnole tant qu’elle ne leur donnerait pas l’indépendance."



A suivre...




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1809ème article.


Plus de mille huit cents autres articles vous attendent dans mon blog :



https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire