samedi 3 juin 2017

LA RADIATION TEMPORAIRE DU STADE HENDAYAIS RUGBY EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN 1930


EN 1930, LE STADE HENDAYAIS FUT RADIE TEMPORAIREMENT DE LA F.F.R. (Fédération Française de Rugby).

Lors de la saison 1930-1931, le Stade Hendayais est engagé dans le Championnat de France de rugby qui sera remporté par le RC Toulon.

Le championnat met aux prises 40 clubs répartis en huit poules de cinq, dont la poule B est 

composée de : US Cognac, Stade Hendayais, FC Lézignan, US Montauban et CA Périgueux.

Cette saison est d'ailleurs particulière puisque 12 clubs parmi les plus prestigieux sont exclus 

du championnat de France et forment l'UFRA (Union Française de Rugby Amateur) qui 

organise son propre tournoi.

L'Aviron Bayonnais et le Biarritz Olympique font partie de ces douze clubs.






pays basque avant
COLL STADE HENDAYAIS 1930

Il sera dit que cette saison aura connu des rebondissements.

En effet, en novembre 1930, c'est la stupeur à Hendaye, car la FFR radie le club de rugby du 

Stade Hendayais, club créé en 1908, dont Laurent Pardo est le Président.

pays basque avant
COLL STADE HENDAYAIS LAURENT PARDO PRESIDENT

  • La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 10 novembre 
1930 rapporte :

"La "Dépêche de Toulouse" annonce que le Bureau de la Fédération de Rugby a prononcé la radiation du Stade Hendayais et du Club des Joyeusetés d'Oran, en extension d'une pénalité semblable à ces deux clubs par la Fédération de Natation."

La natation et le rugby ne semblent pas faire bon ménage...


  • L'Express du Midi, également dans son édition du 10 novembre 1930 indique :

"Le bureau de la FFR s'est réuni ce 9 novembre sous la présidence de M.Dantou. MM. Gaston Vidal, F. Reichel et R. Bernstein assistaient à la séance...

Par l'intermédiaire des représentants de la Côte Basque, le Stade Hendayais démontra que sa radiation de la Fédération de natation résultait résultait tout au plus d'une erreur administrative commise par celle-ci.

La radiation prononcée par la FFR, par extension, à la suite d'une demande du C.N.S., a été provisoirement reportée.

Le Stade Hendayais a donc pu jouer aujourd'hui."

pays basque avant
MATCH CONTRE LA GENERALE COLL STADE HENDAYAIS 1930

  • L'Echo de Paris, dans son édition du 8 novembre 1930 précise :

"Bayonne, 7 novembre. M. Fernand Forgues, ex-capitaine de l'équipe de France d'avant-guerre vient d'adresser à la Fédération de rugby sa démission de président du comité du pays basque.

Cette démission est en corrélation avec l'affaire des "douze" et aussi avec la radiation du Stade Hendayais prononcée par la FFR à la demande de la Fédération de natation."


  • La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 17 novembre 
1930 ajoute :

"Le bureau du Stade Hendayais a appris le 6 courant, par la voie de la presse, la radiation de la Fédération française de rugby dont il a été l'objet, et télégraphia immédiatement à la Fédération française de natation et de sauvetage ce qui suit :

"Fédération française de natation, 2, Rue Rossini Paris, 

Apprenons par presse radiation notre Société de la Fédération française de rugby, en extension d'une pénalité semblable infligée par votre Fédération. Si fait exact, sommes indignés que puissions être victimes telle mesure sans moindre avis préalable, protestons de notre bonne foi, et vous prions télégraphier motif justifiant radiation, ne pensant pas qu'oubli envoi cotisation que vous remettons télégraphiquement ait dicté cette inqualifiable attitude - Stade Hendayais."

(Télégramme resté jusqu'à ce jour 13 novembre sans réponse)

Il en a informé par lettre M. le Président de la FFR dans les termes suivants :

"Monsieur, Nous avons appris par la presse la radiation prononcée par la FFR et vous transcrivons le texte du télégramme qu'hier même nous avons adressé à la F.F.N.S. (voir donnée du télégramme plus haut) nous n'avons reçu encore aucune communication officielle, si ce n'est un appel téléphonique de M. Haïtce. Nous protestons avec indignation contre la mesure absolument inique prise à notre égard. Daignez agréer etc..."

Et a joint à la précitée la copie, ainsi conçue, d'une lettre adressée le 18 août 1930, à M. Lacabanne, délégué de la F.F.N.S., pour le Sud-Ouest :

"M. Lacabanne, cité Pré St-Maur, Bordeaux.

Monsieur. Comme nouveau secrétaire de la section natation du Stade Hendayais, je vous prie de bien vouloir me faire savoir si la cotisation d'affiliation à la Fédération de natation pour notre Société a été payée et à quelle date. A vous lire, veuillez agréer, etc...

Signé Lambert"

Lettre restée sans réponse.

pays basque avant
ARTICLE SUR LABOURDETTE COLL STADE HENDAYAIS 1930

Nous nous dispenserons de juger l'attitude des pouvoirs fédéraux et laisserons ce soin -si c'est nécessaire - à tous les sportifs pour l'édification desquels nous faisons la présente déclaration. Le bureau du S.H. n'a pas commis une faute (ou admettons le pire, peut l'avoir commise). Cette faute justifie-t-elle la sanction la plus dure dont la Société à été l'objet , sans qu'elle ait été appelée à fournir la moindre explication? Ou cette sanction pour une faute qui devrait être intentionnellement grave est-elle fonction des circonstances actuelles et sujette à des décisions qui n'ont avec le sport qu'un rapport très éloigné?

Est-ce ainsi qu'on prétend favoriser la pratique des sports dans des clubs dont on semble méconnaître les difficultés d'existence ou de gestion, et faire observer des règlements que nous avons voulu, que nous voulons toujours respecter?

Un club - si petit et si peu méritant soit-il - est-il exposé à subir une vexation aussi accablante sans avoir droit à la moindre réparation morale? Ou doit-il s'abaisser à supporter une telle humiliation sans soulever un sentiment d'unanime réprobation?

Le bureau du S.H. rejette dédaigneusement l'affront qui lui est infligé et a la satisfaction d'avoir toujours correctement et consciencieusement servi la cause du sport.

P.S. - Nous ajoutons que jusqu'à ce jour nous n'avons reçu de la F.F.N. aucune notification quelconque - ni directement, ni par voie de presse - de la sanction dont nous avons eu connaissance par celle de la F.F.R."


  • La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 22 novembre 
conclut :

"La radiation du Stade Hendayais. Le bureau du Stade Hendayais a reçu de la Fédération française de natation et de sauvetage de Paris une lettre datée du 13 novembre 1930 ainsi conçue :

"M. Lambert, secrétaire du Stade Hendayais, à Hendaye.

Monsieur le secrétaire, Le Comité national des sports nous a informé de la protestation que vous avez adressée à la Fédération française de rugby qui, sur la demande de notre Fédération, avait prononcé la radiation de votre club, conformément à l'article premier du règlement intérieur du C.N.S.

J'ai le plaisir de vous informer que notre bureau, au cours de sa séance du 10 novembre, a rétabli votre club dans tous ses droits, la cotisation 1930 ayant été réglée par mandat-carte le 8 courant.

M. Durègne, secrétaire du Comité du Sud-Ouest, auquel vous êtes rattaché, nous ayant spécifié qu'il vous avait écrit au sujet de votre situation vis-à-vis de la F.F.N.S., et il y a eu certainement malentendu et ce n'est aujourd'hui que nous apprenons que vous êtes secrétaire de la section de natation du Stade Hendayais.

Je suis heureux de la décision qui intervient et en souhaitant à votre club le meilleure prospérité , je vous prie d'agréer, Monsieur le secrétaire, mes salutations distinguées.

Signé Duhamel.

P.S. - Vous trouverez ci-inclus reçu de 50 francs. Veuillez nous donner votre adresse exacte pour que nous puissions vous faire l'envoi du journal officiel "Natation".


Le bureau du Stade Hendayais suppose les sportifs suffisamment éclairés pour considérer cette 

malencontreuse affaire comme réglée.

Qu'ils sachent cependant que le Stade Hendayais n'a jamais reçu l'avis de M. Durègne, dont il 

est fait mention dans la lettre de la F.F.N.S., ce qui rend plus troublante l'énigme de cette 

radiation.


Que de tracas pour 50 francs! 

(Source : Wikipédia)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de mille six cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire