vendredi 30 juin 2017

LES FÊTES DE SAN MARCIAL À IRUN EN GUIPUSCOA AU PAYS BASQUE AUTREFOIS


TOUS LES 30 JUIN, ON CÉLÈBRE LA SAN MARCIAL À IRUN (GUIPUSCOA).

Aucun habitant d'Irun (Guipuzcoa) ne manquerait ces fêtes de la San Marcial, pour rien au monde.

pais vasco antes
SAN MARCIAL IRUN
PAYS BASQUE D'ANTAN


En effet, on y commémore tous les 30 juin, depuis des centaines d'années, une très ancienne 

victoire des troupes Irunaises, sur les troupes françaises de François 1er, à l'aube du 30 juin 

1522.

La bataille de 1522 faisait partie d'une série d'offensives françaises, ayant pour objectif de 

contrôler la zone frontière de la Bidassoa et de s'emparer du Royaume de Navarre.

Le 28 juin 1522, une troupe de 4500 mercenaires (Labourdins et Allemands) traversèrent le 

fleuve Bidassoa et prirent position sur le Mont Aldabe.

Le lendemain, 29 juin, jour de Saint Pierre et Saint Paul, le contingent allemand s'empara de 

la forteresse de Guadalupe.

Devant une telle agression, les capitaines Irunais, Juan Pérez de Azcue et Miguel de Ambulodi, 

réunirent 400 hommes.

Le rôle des femmes et des enfants d'Irun fut aussi fondamental car ils firent croire à l'ennemi 

qu'une armée munie de haches s'avançait vers la Pena de Aldabe.

Pendant ce temps, la véritable armée du Capitaine Général du Guipuzcoa, Beltran de la 

Cueva, avec 1500 hommes et 150 chevaux avançaient lentement par le côté opposé, et 

surprirent les forces Labourdines qui dormaient dans la montagne et ensuite les Allemands 

dans la forteresse, le 30 juin.


Il existe une incertitude et un débat sur la date exacte de la célébration de l'Alarde (revue de 

troupes) de San Marcial, pas seulement comme une procession ou un acte de grâces au saint 

pour la victoire des troupes Irunaises en 1522, mais comme un défilé en armes composé par 

différentes unités, avec le personnage de la cantinière attachée à chaque compagnie.

Les revues de troupes en armes existent au Pays Basque depuis le Moyen-Âge, en accord avec 

les fors, obligeant à fournir des hommes âgés de 18 à 60 ans pour la défense militaire.

Chaque homme devait être prêt militairement et avoir toujours son armement disponible.

Il y avait des convocations pour apprendre le maniement des armes ainsi que des revues de 

troupes armées et on recevait un certificat de participation.


pays basque d antan
SAN MARTIAL IRUN GUIPUZCOA AUTREFOIS

A Irun, cette revue d'armes se faisait la veille de San Marcial, le jour de saint Pierre.

C'était un acte civique, obligatoire qui se célébrait dans tout le Guipuzcoa.

Cependant, dans cet Alarde de saint Martial, on distinguait :

  • la revue d'armes, au caractère civique et obligatoire

  • la procession de San Marcial avec des paysans armés, qui était un acte purement 
religieux de dévotion, qui se réalisa dès 1523, avec la participation du Maire d'Irun Lope de 

Irigoyen.


C'est en 1880, après la Seconde Guerre Carliste, que l'on célébra pour la première fois le même 

jour la revue d'armes et la procession de San Marcial, que nous connaissons aujourd'hui, 

alors que jusque là, cela se faisait en 2 jours : la revue d'armes le jour de saint Pierre le 29 juin 

et le jour suivant la procession.

Durant la Première Guerre Mondiale, de 1915 à 1918, il n'y a pas eu d'Alarde, malgré la 

neutralité de l'Espagne, en signe de respect pour son voisin du Nord.

En 1919, les représentants municipaux de Hendaye furent invités à la messe qui fut célébrée à 

San Martial, en mémoire des morts de cette Guerre.

Une "campagne de réhabilitation de la fête" fut organisée car on eut peur de l'arrêt de 

l'Alarde, et peu à peu la majorité de la population fut favorable à la récupération de cette fête.




pais vasco antes
SAN MARCIAL IRUN 1934
PAYS BASQUE D'ANTAN



*



pais vasco antes
SAN MARCIAL IRUN 1935
PAYS BASQUE D'ANTAN








pays basque 1900
ALARDE IRUN PAYS BASQUE AUTREFOIS


pais vasco antes
ALARDE IRUN GUIPUZCOA 1929

Durant les années de la Guerre Civile, en 1937 et 1938, il n'y eut pas de défilé en armes mais 

la procession au mont San Marcial eut lieu.

En 1937 et en 1938, le 29 juin, jour de saint Pierre, il y eut une grande messe et le 30 juin, il y 

eut une procession de l'image de San Marcial jusqu'au mont San Marcial, où fut célébrée à 10 

heures du matin une messe.

La guerre civile espagnole prit fin le 1er avril 1939 et dès le 30 juin, de nouveau il y eut 

l'Alarde, surnommé par certains "l'Alarde de la paix".


paus vasco antes
ALARDE IRUN PAYS BASQUE AUTREFOIS

pais vasco antes
ALARDE IRUN GUIPUZCOA 1939

Quelques compagnies seulement y participèrent cette année là et en 1940 l'Alarde fut rétabli 

dans son intégralité et le maire imposa le drapeau monarchiste espagnol.

De nombreuses compagnies eurent du mal à réunir suffisamment de soldats pour défiler et la 

Mairie donna à chaque compagnie une peseta pour chaque homme défilant.

Cela rappela l'époque des environs de 1901 où en certaines occasions on payait les compagnies 

en épices au lieu d'argent.


En 1944, on voulut revenir à la tradition des défilés en uniformes en refaisant les uniformes des 

assistants du Général et de la Cavalerie, uniformes qui avaient brûlé en 1921 dans l'incendie 

du magasin où ils étaient stockés.

Jusqu'à cette date, on utilisait le jour de l'Alarde, les mêmes vêtements employés lors de la 

revue d'armes du 29 juin : chemise noire, pantalon blanc et des bottes de cheval noires.

En 1972, fut célébré le 450ème anniversaire de la bataille de la Pena de Aldabe, retransmis à la 

Télévision Espagnole.


En 1976, le premier Alarde après la mort de Franco et en pleine transition politique, se 

caractérisa par la présence de forces de sécurité tout le long du défilé.

Il y eut un incident lorsqu'une jeep des forces de la Guardia Civil voulut passer au milieu des 

soldats rassemblés dans la rue Sainte Hélène et un participant fut arrêté pour avoir obstrué le 

passage des forces de sécurité.

La personne arrêtée fut remise en liberté, peu de temps après, et put participer au défilé.

Le défilé débuta à 18h40, avec quarante minutes de retard, après que les compagnies aient 

manifesté leur désapprobation concernant l'arrestation d'un de leurs camarades.

Les compagnies défilèrent, leurs bérets à la main, sans musique et armes baissées.

Le nombreux public présent approuva ces signes de protestation.


PAIS VASCO ANTES
ALARDE IRUN GUIPUZCOA 1976

Dans cet article, je n'ai pas abordé, volontairement, le rôle des femmes dans l'Alarde.


Je le ferai dans un article ultérieur...


(SOURCE : http://www.alardedeirun.com/es/alarde/historia-del-alarde.html)





Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent aussi dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire