samedi 6 janvier 2018

LE FER ET LA HOUILLE AU PAYS BASQUE NORD EN 1933

LA FER ET LA HOUILLE EN 1933 AU PAYS BASQUE NORD.


Le Pays Basque d'Antan avait d'importantes richesses minérales, en particulier dans la partie Nord de son territoire.

Voici ce qu'indiquait le journal La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans 

son édition du 7 novembre 1933 :

"Le fer et la houille au Pays Basque. 

Les richesses minérales du Pays Basque sont mal connues du public et les quelques notes qui suivent intéresseront certainement nos lecteurs. 


A part les exploitations de sel qui sont très prospères dans notre région et sur lesquelles nous reviendrons quelque jour, on ignore par exemple que dans la vallée de la Nive et dans celle du Saison, existent de vieilles mines de fer. 


Les circonstances économiques défavorables ne permettent pas, pour l'heure, de maintenir ces travaux en activité. Pour les mêmes raisons, les anciennes exploitations, fermées depuis la fin de la guerre, ne peuvent être rouvertes. 


Dans la vallée de la Nive, Itxassou a été un petit centre minier. On connaît en effet dans les grès et schistes noirâtres qui composent le sol de la région, des filons renfermant de la pyrite de fer dans une gangue quartzeuse. En 1926, il a été produit près de 1 400 tonnes de ces pyrites. La région comprise entre Aïnhoa, Espelette, Itxassou et Bidarray est également intéressante au point de vue fer et cuivre. Il existe même une concession de plus de 1 500 hectares datant de 1850. 

AVANT PAYS BASQUE
CASCADE DES MINES D'ITXASSOU - ITSASU
PAYS BASQUE D'ANTAN




PAYS BASQUE AUTREFOIS
CASCADE DES MINES D'ITXASSOU - ITSASU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Le gisement est constitué par trois filons principaux intercalés, se dirigeant presque parallèlement du Sud-Ouest au Nord Est et convergeant vers le sommet du Pic Mondarrain. 


Ils doivent dépasser cette montagne, car on retrouve des affleurements dans la vallée d’Ursouia.


Ces filons sont dénommés, en allant du Nord au Sud : filons de Perlanborda, de la Forge et d'Ançaliguy. Les affleurements sont de l’hématite brune (oxyde de fer) qui devient rapidement du fer spathique très pur. 


Le filon de Perlanborda est reconnu sur une longueur de 60 mètres et une hauteur de 170 mètres. Il y a été creusé près de 3 kilomètres de galeries. C’est assez dire son importance. 


Le filon de la Forge est épais de 7 à 23 mètres et a été reconnu sur 2 kilomètres 300. 


Le filon d'Ançaliguy a été reconnu sur une distance à peu près égale. 


Des analyses sur le minerai grillé ont donné jusqu’à 62% de fer et 3,5 % de manganèse, et il est à remarquer que ce minerai n’est ni sulfureux ni phosphoreux, ce qui est très important en métallurgie. 


Les premiers travaux à Itxassou sont très anciens. Ils remontent certainement à plus d'un siècle. 


A peu près vers la même époque ont été découverts les gîtes dits d’Ahargo, à Laguinge et Montory, de Burkéguy à Larrau et d’Etchebar.


A Laguinge-Restoue, près Tardets, il y a un filon de fer oligiste subordonné à l’ophite et encaissé dans les roches calcaires du lias. 


En ce point, le minerai a donné jusqu’à 61 % de fer. 


A Burkéguy et Etchebar, le gîte, composé de fer oligiste, est compris dans les terrains siluriens, c’est à-dire dans les terrains les plus anciens comme âge géologique. 


Si l'on veut être un peu plus complet dans l'énumération des ressources minérales du Pays Basque, il ne faut pas terminer ce court exposé sans citer la mine d'anthracite d'Ibantelly, appartenant à la Société des Mines de Sare. 


Cette petite mine, dont les débuts remontent à 1860, époque où toute cette région a connu une certaine fièvre de l’entreprise, n'a pas toujours connu le succès, ni bénéficié d'une bonne presse. A vrai dire, le gite situe sur le versant Sud de la Petite Rhune est d'une richesse assez limitée. 


La Société des Mines de Sare s'est bornée à des travaux d'exploration, de peu d’importance et insuffisants pour une concession de 128 hectares comme celle d'Ibantelly. 


Il n'est donc pas prouvé que toute tentative intelligente de mise en valeur soit inutile. 


Comme dans tous les travaux de mines, c’est là une question de prudence et surtout d'opportunité."




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 855ème article.


Plus de huit cent cinquante autres articles vous attendent dans mon blog :



https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!