mercredi 3 janvier 2018

LETTRES ANONYMES ET CHARIVARIS À BRISCOUS - BESKOITZE EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN 1924


LETTRES ANONYMES ET CHARIVARIS À BRISCOUS EN 1924.


Les parades charivariques sont une représentation théâtrale par la collectivité d'une conduite jugée digne de réprobation.


pays basque 1900
CHARIVARI
PAYS BASQUE D'ANTAN

Etendues dans toute l'Europe sous les termes "charivari", "cencerrada", "rough music", elles 

prennent en Pays Basque le nom de karrusa, galarrotsak, toberak ou cavalcades, et perdurent 

sous leur forme ancienne jusqu'en 1937.


Dans un article précédent, je vous ai parlé des charivaris au Pays Basque.



Voici un événement lié au charivari, raconté par La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays 

Basque, dans son édition du 29 novembre 1924 :

"Les lettres anonymes de Briscous et le charivari qui eut lieu en cette commune. 


l.es choses ne pouvaient finir autrement... dans la commune et devant ce tribunal qui s'appelle l'opinion publique, en attendant que le tribunal correctionnel ait à en connaître, comme disent les magistrats. Il s'agit, évidemment, de l'affaire des lettres anonymes de Briscous. Les choses ont donc fini, à Briscous même par un charivari. C'était, osons-nous dire, obligatoire.


pays basque avant
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

D'ailleurs, la nouvelle de ce charivari avait été déjà apportée à Bayonne, mais d’une façon inexacte. 


On avait dit, on avait même imprimé, si nous ne nous trompons pas, que ce charivari avait ci Saint-Esprit pour théâtre. Un de nos collaborateurs constatait hier qu'il ne s'était rien produit de pareil à Saint-Esprit. Un tel fait eut pu, du reste, engendrer un conflit entre ce quartier de Bayonne, qui se flatte d'être essentiellement Gascon, et Briscous, en plein Pays Basque, gardien jaloux de ses traditions et de son bien. Cette affaire de lettres anonymes est son bien, en effet. Briscous entend qu'on ne le lui enlève pas.


Car Briscous, du coup, va être cité dans les journaux, non seulement dans ceux de Bayonne et de la région, mais encore dans les journaux de Paris, et cela compte. Peut-être bien, et j'ai déjà entendu exprimer quelque chose d'approchant à Briscous même, peut-être bien y eut-on préféré un autre genre d'illustration. Mais Briscous, il faut l'avouer, n'a pas de chance. Il y a quelques mois, la presse appelait précisément l'attention du public sur ce qui se passait dans cette commune et c'était pour faire connaître qu'un parricide y avait été commis. Mais un crime, c'est devenu vulgaire. Tandis qu'une grosse affaire de lettres anonymes - et celle-ci serait assez grosse, en effet - une affaire analogue à celle de Tulle, voilà qui vous pose un village, qui vous l'élève presque au rang d'une sous-préfecture, voire : d'un chef-lieu de département!


pays basque autrefois
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Briscous n'a rien qui le diffère essentiellement des autres communes du Pays Basque. Il s'étend sur une longue distance, des Salines - qui lui ont heureusement valu, depuis longtemps, un renom plus solide et de meilleur aloi que l'histoire d'aujourd'hui, - jusqu'au couvent de Bellocq. Entre les Salines, qu'entoure une petite agglomération et la Place, où nous en retrouvons une autre, le chemin mesure deux bons kilomètres. Mais là ne s'arrête pas Briscous : il se prolonge jusqu'à Belloc sur la route de Labastide-Clairence, puis vers le nord jusqu'aux limites d'Hasparren. Il comptait autrefois plus de 1 900 habitants - en dépit des départs pour "les Amériques", - il n'en a plus, aujourd'hui, que 1 130 à cause des départs -moins lointains - pour la capitale , des jeunes filles qui s'y placent comme femmes de chambre ou comme cuisinières. Il tend pourtant, croyons-nous, à se repeupler. Enfin, ajoutons ce détail, qu'il fut, dans le passé, le siège d'un relais de poste important.


Des maisons blanches sous des toits rouges, aux Salines; des maisons blanches sous des toits rouges, serrées autour du vieux clocher, à la Place; des maisons blanches sous des toits rouges dispersées dans la campagne verte , voilà Briscous.


pays basque d antan
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Là vit une population tranquille, un peu repliée sur elle-même, mais qui s’anime par les beaux dimanches à la sortie de la messe cl devant le fronton où l'on voit fréquemment une soutane noire se mêler aux chemises blanches et aux pantalons clairs de vigoureux jeunes gens.


Là plutôt vivait une population tranquille jusqu’à ces dernières années. Elle avait payé pendant la guerre son tribut à la Patrie et honorait ses morts. 


Mais voici qu’un beau jour la paix si douce du village fut troublée : la première lettre anonyme avait fait son apparition. Il y a une dizaine d’années de cela. Puis en en vit apparaître d'autres, de plus en plus fréquentes. 


pays basque avant
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Quelques-unes ne contenaient que d’insipides ragots; d’autres formulaient des accusations graves. Par elles, on s’épia entre voisins ; on s’épia jusqu'au sein des familles elles-mêmes. Des amis se brouillèrent, des ménages furent troublés. Le venin pénétrait dans le corps communal et l'empoisonnait. Une institutrice fut révoquée; un fonctionnaire faillit l'être. Mais à la sous-préfecture de Bayonne, en comparant la lettre dénonciatrice à des documents fournis par le secrétaire de la mairie, on fut à peu près convaincu de la culpabilité de celui-ci. Hélas! c’était encore la guerre, à ce moment. On avait d'autres préoccupations : l’affaire en resta là. L’épistolier malfaisant continua son œuvre. 


Mais la justice, cette fois, s’est émue et a la conviction de n’avoir point fait fausse route. Les débats prochains, à Bayonne, nous fixeront définitivement. 


PAYS BASQUE AUTREFOIS
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

En attendant, à Briscous, tandis que du dehors, en sonnait la cloche de l’église, plus de quatre cents personnes sont allées donner un charivari à l'ancien instituteur et sur la place, le soir, entre dix et onze heures, l'ont brûlé en effigie. 


Ce jour — et cette époque — feront date à Briscous."



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 849ème article.


Plus de mille quatre cents autres articles vous attendent dans mon blog :



https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!