jeudi 19 octobre 2017

LE PROJET DE SANATORIUM A BRISCOUS - BESKOITZE EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN DÉCEMBRE 1928


LE PROJET DE SANATORIUM À BRISCOUS EN 1928.


En décembre 1928, les habitants de Briscous protestent contre le projet de création dans leur commune d'un sanatorium de tuberculeux que veut installer  la ville de Biarritz.

pays basque avant
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Voici ce qu'en rapporta la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans plusieurs 

éditions :

  • le 15 décembre 1928 :

"La protestation de la commune contre la création d'un sanatorium.

La lettre à M. le Préfet.

Nous recevons les deux documents suivants : 

Briscous, le 12 Décembre 1928. 

Monsieur le Rédacteur en Chef, J’ai l’honneur de vous adresser la copie de la pétition que le Conseil municipal et les habitants de la commune de Briscous viennent d'adresser à M. le Préfet des Basses-Pyrénées pour protester contre la création, sur le territoire de notre commune, d’un sanatorium de tuberculeux installé par la ville de Biarritz.

Nous vous remercions par avance de la faire connaître à vos lecteurs. 

Notre volonté est d’empêcher cette création à l’endroit indiqué, ne faisant que réclamer l’application des conditions formelles exigées par le décret du 10 août 1920 (titre Ier chapitre II article 7) 

Veuillez agréer, Monsieur le Rédacteur en Chef, etc... 

Delecetche Etienne, maire.

Protestation des habitants soussignés à l’établissement d’un sanatorium sur le territoire de la commune de Briscous. 

Décembre 1928. 

A Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées, 

Monsieur le Préfet, Nous, soussignés, habitants de la commune de Briscous, canton de Labastide-Clairence, avons l’honneur de vous exposer par la présente pétition, la situation qui est faite à la commune de Briscous, par les faits suivants : 

Par délibération du 25 mai 1928, dont copie jointe, le Conseil municipal de Biarritz a accepté le don de deux cent cinquante mille francs (250 000 fr.) offert par M. Dan Mason, en vue de l’acquisition de la propriété Onayateguy, sise à Briscous, qui doit être transformée, après son acquisition par la ville de Biarritz, en sanatorium destiné aux tuberculeux. 


Le Conseil municipal a demandé que cette acquisition soit déclarée d’utilité publique, en raison de sa transformation en sanatorium et par arrêté du 31 juillet 1928, M. le Sous-Préfet de l’arrondissement de Bayonne a désigné, pour procéder à l’expertise et aux levées du plan de la propriété susvisée, M. Larretche, ingénieur des travaux publics de l’Etat, en retraite, qui a dressé, à la date du 8 septembre 1928, l’état des lieux et la mention des appartenances de la dite propriété. 


Par arrêté du 7 novembre 1928, affiché à la mairie de Briscous, le 18 novembre 1928 vous avez ordonné que soit ouverte, dans les formes prévues par la loi, l’enquête "de commodo et icommodo". Nous avons l’honneur de venir protester auprès de vous, de la manière la plus énergique, pour nous opposer à la création de semblable établissement sur le territoire de notre commune et c’est avec une légitime et vive émotion que les signataires de cette pétition vous exposent les raisons de cette opposition formelle. 



pays basque avant
SANATORIUM BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

S’il y a des communes ou des villes qui semblent particulièrement aptes à la création de semblables établissements, il ne paraît pas qu’il en soit ainsi de la commune de Briscous.


En effet, aucun établissement de ce genre n’a encore été créé dans la commune ou dans ses abords immédiats et cette absence de contagieux a permis à notre population d’éviter l’introduction de maladies graves, malgré une défense prophylactique à peu près inexistante.


Il faut savoir, en effet, que la commune de Briscous est située sur le versant nord des landes dites de Hasparren, où l’eau fait à peu près totalement défaut, au point que la plupart des habitants, au cours des périodes de sécheresse, comme il s’en est produit en 1928, sont obligés de parcourir plusieurs kilomètres, non seulement pour puiser leur eau de consommation, mais encore pour faire boire le bétail. 


pays basque autrefois
SANATORIUM BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

De nombreuses recherches ont été faites pour découvrir de nouvelles sources, en vue d’améliorer l’alimentation en eau de la commune. Toutes ces recherches ont été vaines et la preuve en est que peu de temps avant la guerre, l’autorité militaire a fait procéder à des études pour l'établissement d’un champ de tir, dans les landes dites de Hasparren, avec cantonnements dans les villages avoisinants, notamment Briscous.


Or, ce projet fut absolument abandonné, l’enquête du service de santé ayant pleinement démontré que non seulement les eaux de Briscous étaient insuffisantes pour l’alimentation de la troupe, mais qu’elles étaient impropres à la consommation parce que essentiellement calcaires, par suite de la marne qui constitue son sous-sol. 


Nous pouvons affirmer que cette considération grave qui s’applique à l’ensemble de la commune de Briscous, l’est également pour la propriété que compte acheter la ville de Biarritz à M. Camino, propriétaire du dit bien Anayateguy. Les recherches et forages jusqu’à présent effectués ont démontré le manque d’eau. 


Mais cette grave question posée, il y en a une autre, monsieur le Préfet, qui ne manquera pas de retenir votre sollicitude attentive. 


Comme l’a très bien exposé, il y quelques jours, au Congrès des Fédérations des Syndicats d’initiative tenu à Biarritz, un maire d’une de vos communes, médecin lui-même et maire, il nous semble bien, de Bedous, toutes les communes, tant soit peu importantes du département des Basses-Pyrénées, sont menacées de contagion, par l’introduction des malades tuberculeux, dans les agglomérations dépourvues totalement de moyens de défense et d’installation d’hygiène. 


pays basque 1900
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Si l’on nous objecte, en effet, que la création du dit établissement implique l’existence de malades dans un endroit clos et soumis aux règles d’hygiène les plus strictes, il n’en reste pas moins que des contacts constants s’établiront entre la commune et l’établissement qui doit être ouvert; que des malades véritablement contagieux se trouvent mêlés, par la force des choses, à notre population, ainsi que le personnel attaché au service de l’établissement. 


Le maître en la matière, le docteur Grancher, a si bien compris ce caractère contagieux de la tuberculose, qu’il a été l’un des premiers à demander, avec l’académie de médecine, la déclaration obligatoire de cette maladie contagieuse. Il a été également l’un des premiers à déclarer qu’il fallait isoler le plus possible, dans des endroits appropriés et aussi loin que possible des agglomérations, les personnes atteintes de cette maladie grave.


Or, la propriété dont il s’agit est situé au flanc d’un coteau exposé aux vents de tempêtes nord et ouest, alors que semblables établissements sont placés d’ordinaire face au midi. 


Cette propriété, nous l’avons dit, n’a pas suffisamment d’eau et celle qui existe est impropre à la consommation. 


Enfin, c’est la certitude pour la commune de Briscous de voir une partie de sa population, composée essentiellement d’éleveurs et d’agriculteurs, atteinte par la maladie qui est un des fléaux les plus terribles des temps actuels. 



Pour toutes ces raisons et pour éviter à notre Pays Basque de devenir à nouveau un grand champ de malades, nous vous demandons respectueusement, monsieur le Préfet, que ne soit pas autorisée, sur le territoire de notre commune, la création de ce sanatorium qui pourra très utilement être installé dans un endroit plus approprié et en mesure de lutter contre les risques d’un semblable voisinage. 


Veuillez agréer, monsieur le Préfet, l’hommage de notre profond respect."


pays basque 1900
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN

pays basque autrefois
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque 1900
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque 1900
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN



PAYS BASQUE AUTREFOIS
BRISCOUS - BESKOITZE
PAYS BASQUE D'ANTAN


  • le 22 octobre 1932 :

"Le Sanatorium de Briscous.

M. le maire de Biarritz a reçu du ministère de la Santé publique, une lettre en date du 18 octobre 1932, dont voici un extrait : 

"Monsieur le Maire, 

Vous avez bien voulu appeler mon attention sur la demande d'agrément présentée en faveur du projet d’installation d'un sanatorium à Briscous (Basses-Pyrénées). 

J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Comité technique des Sanatoriums vient d’émettre un avis favorable définitif.

 Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Le Conseiller d'Etat, Directeur, 

Signé : G AS."


Ce "sanatorium" fut finalement édifié sur un terrain de 5 hectares, suite à un don d'un 

généreux bienfaiteur à la ville de Biarritz.


Cette propriété  a ensuite été rétrocédée au Comité d'Hygiène Sociale, Association loi 1901, 

reconnue d'utilité publique, qui en assure la gestion.

Biarritzenia est devenue en 1985 la première Maison d'Accueil Spécialisée créée en Aquitaine, 

puis a nécessité des extensions en 1992, 1997 et 2007.





(Source : http://www.briscous.fr)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 690ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire