vendredi 27 octobre 2017

L'ÉLECTRIFICATION DES LANDES ET DU PAYS BASQUE NORD EN 1923

L'ÉLECTRIFICATION DES CAMPAGNES DU PAYS BASQUE EN 1923.


En 1923, l'électrification du Pays Basque s'intensifie.


Voici ce qu'en rapporte la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, en 1923 dans 

plusieurs articles :


  • le 24 mars :

"Dans les Campagnes du Pays Basque.

La Chambre vient de voter une somme de 600 millions pour contribuer dans une large mesure à l'Electrification des campagnes, et le Conseil général des Basses-Pyrénées a décidé de faire des études préliminaires sur les deux points les plus déshérités du département : Garlin et Lembeye au nord, Bidache, Labastide et Hasparren au sud. 


pays basque 1900
BIDACHE - BIDAXUNE
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
HASPARREN - HASPARREN
PAYS BASQUE D'ANTAN

pays basque autrefois
LABASTIDE CLAIRANCE
PAYS BASQUE D'ANTAN


C'est à l'insistance de M. le docteur Mendiondo, conseiller général, que vingt-quatre communes de notre région ont été comprises dans ces premières études. 

M. Arrault, ingénieur en chef des ponts et chaussées, va se consacrer entièrement à la direction de ce service. 

Il a réuni, ces jours derniers, à la mairie de Bidache les conseillers généraux et d’arrondissement, les maires des communes et cantons intéressés. Il leur a exposé tous les avantages qu'on retirera de l’électrification. 

L’éclairage dans toutes les localités; sécurité. propreté, économie, que le pétrole ne peut donner. 

Force motrice. Avec un moteur de deux chevaux, le petit paysan peut faire mécaniquement une foule de petits travaux qui lui coûtent maintenant tant de fatigue et tant de temps : hacher la paille et autres aliments, pomper le purin, scier le bois, manœuvrer le pressoir, monter les sacs.

Petits métiers : pétrir le pain, laver le linge, forger, débiter la pierre avec une scie à ruban, la tailler : scier, raboter le bois, actionner les moulins, concasser la pierre, aider à tous les travaux du tourneur, du charpentier, du menuisier, etc. 

L’énergie électrique sera fournie par le département ; ce sera sa part de subvention. Il s'entendra à cet effet soit avec la Compagnie des chemins de fer du Midi, soif avec l’une des puissantes Sociétés qui exploitent les forces descendant du sommet des Pyrénées. 

Centralisée à Peyrehorade, l’énergie sera distribuée à chaque commune, et la commune à son tour l’enverra dans.chaque agglomération, et de l’agglomération elle passera dans chaque ferme, "partout où ce sera possible". 

Une commune qui voudrait agir isolément irait à la ruine; c'est pourquoi M. le Préfet recommande de former un Syndicat des communes. Les Conseils municipaux vont être appelés incessamment à se prononcer sur ce point fondamental. La constitution du Syndicat ne semble faire aucun doute. II sera administré par un comité formé par les conseillers généraux et les conseillers d'arrondissement des cantons intéressés, concurremment avec deux délégués nommés par chaque Conseil municipal. 

L’étude de l’avant-projet sera confiée à ses soins. Chaque commune est d'ores et déjà invitée A voter, pour couvrir les frais qui en résulteront, une somme de 0 fr. 50 par habitant. C’est ainsi que Bidache devra contribuer pour 810 fr. 50; Bardos pour 759 fr. 50, et Came, pour 656 fr.



pays basque 1900
BIDACHE - BIDAXUNE
PAYS BASQUE D'ANTAN

PAYS BASQUE 1900
BARDOS - BARDOXE
PAYS BASQUE D'ANTAN



Pays basque 1900
CAME
PAYS BASQUE D'ANTAN

Supposons le Syndicat formé, les études arrêtées, toutes les communes décidées à participer à l'électrification, à combien nous reviendra rétablissement des réseaux intercommunaux et communaux ? 

Ici encore, il faut compter par tète d'habitant. 

Dans tel endroit on a payé 50 fr. dans tel autre 10 fr., ailleurs 180 fr. afin de ne pas leurrer les populations et leur donner de fausses espérances, le conférencier prévoit une dépense maxima de 200 fr. par tête, qui, selon toute apparence, ne sera pas atteinte. 

Acceptant ce chiffre pour véritable, la part incombant à la commune de Bidache serait, pour 1621 habitants, de 324 000 fr. dont le tiers, 108 066 fr., à la charge de l'Etat. Resterait à la charge de la commune, 216.134 francs. 

Pour couvrir cette somme, nous devrons recourir à l'emprunt. 

Des établissements de crédit comme le Crédit foncier, la Caisse des dépôts et consignations et d'autres similaires nous prêteraient à des taux avantageux comprenant intérêt et amortissement. 

Un autre, qui a la spécialité de favoriser les intérêts agricoles, consentiraient un prêt pour quarante années, se contentant d’un intérêt de 3 p. 100. sans amortissement, bien entendu. 

Il y a là de quoi faire réfléchir. 

Heureusement qu'on nous dit : d'un côté, la cotisation de 200 fr. par tête d'habitant ne sera pas atteinte, et, d'un autre, les communes auront leur part dans les bénéfices de l'exploitation, ce qui favorisera l'œuvre de l'amortissement. 

Espérons qu’une question d'argent ne barrera pas la route à un progrès désirable comme l'électrification des campagnes. 

Parmi les chiffres, tous intéressants cependant. qu'on a cités, nous en avons retenu deux. 

Le kilowatt-heure lumière équivaut à 4 litres de pétrole et coûtera de l fr. 80 à 2 fr. 

Le kilowatt-heure force ne reviendra qu'à 1 fr. 25. 

Avec un kilowatt, on peut éclairer pendant 25 heures sa cuisine, sa salle à manger, sa cour de 1.500 mètres carrés, coudre à la machine pendant 20 heures, etc. 

Labourer un are à 30 centimètres, deux ares à 22 centimètres, trois ares à 15 centimètres. battre 140 gerbes de blé de 3 à 5 kilos, éclairer son chantier de battage pendant 5 heures, traire à la machine 20 vaches, écrémer 1 400 litres de lait, baratter 1 000 litres de crème, malaxer 200 kilos de beurre, fouler 10 000 kilos de vendange, monter 70 sacs de blé à 10 mètres, pétrir 8 sacs de farine, etc. 

L’assemblée a décidé que les réunions du Syndicat se tiendront à Bidache, sous la présidence du docteur Mendiondo.


  • le 21 septembre :

"L'Electrification des campagnes dans les Basses-Pyrénées.

Nous lisons dans la "Petite Gironde" : 

Notre vallée est comprise dans le projet d'établissement d un réseau de distribution d'énergie électrique qui sera exécuté pur la Société des forces motrices de la vallée d'Aspe , et comprendra les neuf villages d'Anee, Aramits, Barcus, Cheraute, Esquinde, Feas, Issor, Lame et Lourdios.



pays basque 1900
BARCUS - BARKOXE
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque 1900
ARAMITS
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque 1900
ESQUIULE
PAYS BASQUE D'ANTAN

De tous côtés nos paysans entendent parler de kilowatt-heure, de cheval-vapeur, mais peu familiarisés avec les questions d'électricité et peu au courant des questions d'application de l'électricité à la campagne, ils ne se rendent pas compte des avantages qu'ils retireront de l'électrification en général et de l'utilisation des kilowats en particulier.


C'est donc pour renseigner nos lecteurs et pour répondre à la demande de plusieurs d'entre eux que nous indiquerons ici quelle est l'énergie utilisable d'un kilowatt-heure, c'est-à-dire ce que nous pourrons faire avec un kilowatt-heure.


Disons d'abord que le kilowatt vaut à peu près les quatre tiers d'un cheval vapeur (HP) qui lui, vaut 75 kilos, c'est-à-dire 75 fois l'énergie produite par un poids d'un kilogramme tombant d'un mètre.


Avec un kilowatt-heure, on peut économiser 4 litres de pétrole, moudre 50 kilos d'orge, hâcher 500 kilos de paille, aplatir 400 kilos d'avoine pour les chevaux, affûter 200 sections de faucheuses, fouler 10 000 kilos de vendange, soutirer un foudre de 300 hectos, traire à la machine 20 vaches, écrémer 1 400 litres de lait, baratter 1 000 kilos de crème, malaxer 200 kilos de beurre, battre 140 gerbes de blé de 3 500 kilos, labourer un are de terrain à 30 centimètres, J ares à 22 centimètres, 3 ares à 15 centimètres, déchausser 4 ares, broyer 2000 kilogrammes de pommes pour son cidre, couver 250 œufs, élever 3 000 litres d'eau à 20 mètres, monter dans son grenier 70 sacs de blé à 10 mètre, trier 100 sacs de blé, brosser 100 kilos d’avoine,  tondre 5 chevaux ou 25 moutons, repasser pendant quatre heures. 


Nous avons déjà montré quels avantages considérables la culture tirera de l’électrification dans les villages. Il faut souhaiter que cette oeuvre se poursuive avec activité. "



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 707ème article.


Plus de sept cents autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire