mardi 24 octobre 2017

L'ÉMIGRATION BASQUE AU MEXIQUE EN AVRIL 1939


LE MEXIQUE A ACCUEILLI DE 1937 À 1942 DE NOMBREUX BASQUES ET DES RÉPUBLICAINS ESPAGNOLS.


En effet, avant et après la "Retirada", ce sont des milliers de personnes qui ont traversé l'Atlantique pour trouver refuge dans "l'Eldorado Mexicain". 

Dès 1934, le Président Mexicain Lazaro Cardenas, élu cette année-là, était  proche 

politiquement et culturellement du Front Populaire Espagnol, avec diverses lois progressistes : 

sécularisation réforme agraire, enseignement pour tous, révolution éducative, etc...

Il s'identifia avec le combat des Républicains, avant et après la "Retirada".


pays basque autrefois
LA RETIRADA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Malgré des moyens modestes, il livra aux Républicains du pétrole, des denrées alimentaires et 

des armes, des faux passeports, des documents attribuant quasiment la nationalité mexicaine 

aux milliers de candidats à l'exil...


Le Président Cardenas essaya en vain de pousser les partisans de la "non intervention" à sortir 

de leur passivité volontaire.


Le 7 juin 1937, un groupe de 456 enfants fils de Républicains Espagnols, arrivés sur le bateau 

"Mexique", officiellement "pour la durée de la guerre", furent installés à Morelia, ville du 

Président et Général Cardenas, dans la province du Michoacan.


pais vasco antes
ARRIVEE DES ENFANTS REPUBLICAINS A MORELIA
PAYS BASQUE D'ANTAN



pais vasco antes
ARRIVEE DES ENFANTS REPUBLICAINS A MORELIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


PAIS VASCO ANTES
ARRIVEE DES ENFANTS REPUBLICAINS A MORELIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Après la défaite Républicaine, en 1939, le Mexique accueillit 6 000 Républicains espagnols, puis 

2 500 entre 1941 et 1942.

L'Ambassade Mexicaine, les Consulats, offrirent protection légale et asile à des milliers de 

Républicains.


L'Ambassadeur à Paris, Luis Rodriguez, transmit un message du Président Cardenas : le 

Mexique était prêt à accueillir tous les réfugiés espagnols, les 130 000 restés en France, et ce, 

malgré l'aversion du Maréchal Pétain.


  • En 1939, le 5 avril, le journal Le Temps écrivait :

"Les réfugiés espagnols au Mexique.

 On télégraphie de Mexico : Le D.A.P.P. (organisme officieux du gouvernement) fait connaître dans quelles conditions le Mexique recevra les réfugiés espagnols.

Le Mexique acceptera seulement les Espagnols "d'origine" et non les étrangers naturalisés. Les réfugiés devront posséder des moyens d’existence leur permettant de vivre pendant leur période d’installation sans être à la charge du pays. Il recevra, de préférence, les Espagnols originaires des pays basques et de Galice, et particulièrement des pêcheurs qui seront établis en bordure du golfe du Mexique. 

Les cultivateurs seront également les bienvenus, ainsi que les intellectuels. Les nouveaux arrivants devront s’établir dans les campagnes et non dans les villes.

Le Mexique ne recevra pas les émigrants par groupes, mais individuellement, les services d’émigration examinant chaque cas isolément, notamment aux points de vue santé et antécédents politiques et judiciaires. Il accueillera, de préférence, les éléments jeunes et les célibataires en âge de travailler. 

La note du D.A.P.P. rappelle qu’il y a près de 300 000 chômeurs au Mexique et que de nombreux Mexicains, résidant à l’étranger, ne peuvent être rapatriés faute de travail. 

On annonce, d’autre part, que M. José Aguirre, ancien président du gouvernement d’Euzkadi, est arrivé au Mexique, à bord du vapeur Gita, M, Aguirre vient demander au président Cardenas d’autoriser l’émigration au Mexique d’un grand nombre de réfugiés politiques espagnols se trouvant actuellement en France."


  • Deux jours plus tard, le Temps du 7 avril 1939 poursuivait :

"La Prensa croit savoir que M. Narciso Bassols, ministre du Mexique à Paris, au cours de son séjour à Mexico, a remis au gouvernement mexicain une somme de 32 millions de francs de la part du gouvernement républicain espagnol. Cette somme est destinée à l'installation de familles espagnoles au Mexique.

La Prensa annonce l'arrivée à Mexico du capitaliste basque Etcheverrieta, qui viendrait s'occuper de l'installation de nombreuses familles basques, notamment dans l'Etat d'Oaxaca, où il songerait à établir une importante fonderie.

On télégraphie de Londres :

La plupart des réfugiés arrivés à Londres dans le courant de cette semaine se rendront au Mexique.

M. Hermann Reissig, secrétaire du comité nord-américain pour l'aide à la démocratie espagnole, qui doit arriver demain à Londres, après avoir visité les camps de réfugiés des PyrénéesOrientales, discutera probablement avec le comité mixte anglais des moyens de trouver une solution définitive au problème des réfugiés."


En août 1940, le gouvernement mexicain établit un accord de réémigration avec Vichy. 

Mexico était guidé par des motivations solidaires, mais aussi par le besoin du "capital humain" 

que représentaient ces candidats à l’exil, pour la plupart appartenant au secteur tertiaire : 

artistes, poètes, médecins, instituteurs, professeurs, techniciens...

Pendant quelques mois, les autorités françaises tolérèrent les départs, mais dès février 1941, le 

fasciste ministre de l’Intérieur Darlan se montra de plus en plus réticent, et Vichy interdit le 

départ des émigrés les plus "dangereux", possibles "activistes anti allemands"». 

L’accord d’août 1940 fut rapidement caduc, et le 9 novembre 1942, le Mexique rompit les 

relations diplomatiques avec Vichy, mettant ainsi fin à l’aide officielle aux républicains 

espagnols.

Le président Ávila Camacho succéda à Lázaro Cárdenas, en 1941, avec des sympathies 

républicaines moins marquées.





(Source : https://www.humanite.fr/blogs/le-mexique-la-republique-espagnole-et-les-republicains-615109)



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 700ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à la page Facebook et à la chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire