vendredi 13 avril 2018

LA GUILLOTINE À SAINT PALAIS - DONAPALEU EN BASSE- NAVARRE AU PAYS BASQUE EN 1841


LA GUILLOTINE FONCTIONNE À  SAINT-PALAIS EN 1841.


Selon l'article 3 du Code Pénal de 1791, qui classe la peine de mort parmi les peines afflictives et infamantes, "Tout condamné à mort aura la tête tranchée".




saint palais autrefois
MAISON D'ARRÊT ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Cette célèbre phrase restera dans l'article 12 du Code Pénal Français jusqu'à l'abolition en 

1981, de la peine de mort.



Voici ce que rapporta sur cette exécution tragique le journal La Quotidienne, dans son édition 

du 13 février 1841 :


"Exécution d'Elichalt. 


Elichalt a été exécuté vendredi dernier à Saint-Palais. Le voyage de Pau à Saint-Palais semblait devoir être terrible pour Elichalt; il ne lui restait plus, en effet, que deux jours à vivre; les heures étaient désormais pour lui comme des années, et chaque pas le rapprochait du bourreau. On s’accorde néanmoins à reconnaître que sa fermeté ne s’est pas démentie un seul instant pendant ce fatal trajet. Il paraissait prendre plaisir à s’entretenir et à plaisanter avec les gendarmes de l'escorte. A l’entendre causer avec l’insouciance d’un vieux militaire, des divers objets qui s’offraient à sa vue, on eût pu croire qu’il ne s’agissait, pour lui, que d’un voyage d’agrément, si à chaque instant et presqu’involontairement il n’eut pas cessé de proférer le nom de Dieu. 


saint palais avant
PLACE FOIRAIL ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Le lugubre cortège passa la nuit du mercredi à Navarrens. A une heure et demie, le chariot dans lequel se trouvait Elichalt et qu’escortait un détachement de gendarmes, a traversé au galop, jeudi, la place publique de Saint-Palais. Une foule considérable s’est aussitôt portée vers la prison, afin de revoir le farouche assassin de Domezain. 


saint palais autrefois
HOTEL DE VILLE ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Les traits d’Elichalt n’avaient point changé depuis son dernier voyage; ses cheveux, d’un noir de jais, étaient seulement plus touffus; une barbe épaisse couvrait son visage, et son regard, devenu encore plus perçant, semblait avoir déjà quelque chose qui n’était pas de ce monde. Des fers pesants garrottaient ses mains et ses pieds; ce ne fut donc qu’avec effort qu’il parvint à monter les degrés du préau de la prison. Dès qu’il fut parvenu sur la plate-forme, il se retourna brusquement, et s’écria d’une voix forte : "Accourez tous, c’est bien moi. Vous avez voulu me voir; eh bien! moi aussi j’ai à vous dire qu’il est un Dieu; s’il n’avait pas existé, je ne serais pas ici. On a beau dire que Dieu n'existe pas, il révèle sa puissance au moment même où l’on dit qu’il n’est pas!" 



basse navarre avant
RUE GAMBETTA ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Elichalt a ensuite continué en langue basque. Il a dit aux jeunes gens "de ne pas imiter sa mauvaise conduite, s’ils ne voulaient pas finir comme lui." Il a ajouté "qu’il était possible qu’il fut coupable, puisque la justice l’avait déclaré , mais qu’il y en avait de plus coupables que lui; qu’il avait donné une parole, et que tout le département ne pourrait pas l’engager à la violer." Il a annoncé, enfin, qu’il ferait le lendemain sur l’échafaud des exhortations en basque et en français, pour que tout le monde put en profiter. Puis, les gendarmes l’entraînèrent et les portes de la prison se refermèrent sur lui. 



basse navarre autrefois
RUE PALAIS DE JUSTICE ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Durant l’après-midi, Elichalt ne cessa de parler de sa piété profonde et de sa confiance en Dieu. Cependant, soit l’effet du voyage ou de longues insomnies, il paraissait en proie à une vive agitation qui avait quelque chose de fébrile. Il disait qu’après une agonie de plus de deux mois, la mort serait pour lui un bienfait. Il convenait que des passions fougueuses avaient causé sa perte, et il vantait en même temps la force et l’adresse prodigieuses dont il était doué. Il rappelait avec complaisance que, sans avoir reçu la moindre éducation, il était devenu à la fois maître de musique, maître à danser et maître d’armes. Mais jamais aucun regret de quitter la vie ne perçait dans ses discours. 


saint palais avant
LA GARE ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Deux heures après son arrivée, Elichalt a manifesté le désir de voir M. le procureur du roi. Il s’est entretenu longtemps avec ce magistrat. Il a demandé, comme grâce suprême, qu’on le débarrassât des menottes qui blessaient ses poignets, et qu’il lui fût permis de passer sur un lit la dernière nuit qui lui restait, jouissance qu’il ne lui avait pas été donné de se procurer depuis bien longtemps; l’une et l’autre de ces demandes lui furent accordées. 


saint palais autrefois
HOTEL DES POSTES FACTEURS ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN

Elichalt a dormi durant la plus grande partie de la nuit d'un sommeil profond et tranquille. Il a passé la matinée de vendredi tout entière avec le respectable abbé Asconéguy, aumônier des prisons de Pau qui était accouru pour l’assister dans ce moment terrible, et pour lequel il montrait un attachement filial. A midi, M. le président du tribunal, commissaire délégué par la cour, a été introduit dans la prison. On assure qu'Elichalt tout en répétant qu’il ne lui restait plus qu'à se soumettre aux arrêts de la justice, a refusé de faire aucune révélation.


BASSE NAVARRE AUTREFOIS
RUE THIERS ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN


L’horrible toilette a commencé à une heure et demie. Loin de paraître ému de ces sinistres apprêts, Elichalt s’est écrié en montrant le bourreau : "Celui-là tremble plus que moi!" - Il a répondu à l'aumônier qui lui avait demandé si les cordes dont se servait le bourreau pour le garrotter lui faisaient mal : "Beaucoup, mais je ne veux pas adresser la parole à cet homme." — Puis il s’est mis à rire, et a dit que "Dieu n'admettrait jamais en sa présence un homme qui aurait l'haleine aussi infecte que le bourreau." M. l’abbé Asconéguy a dû alors rappeler Elichalt à des sentiments plus graves, et le malheureux a promis, tout en serrant affectueusement la main de son confesseur, qu'il ne s'occuperait plus que de Dieu! La porte de la prison s’est ouverte. - Elichalt débarrassé de ses fers, a refusé de monter sur la charrette qui avait été préparée pour le recevoir, et s’est dirigé d’un pas ferme vers la place fatale. Arrivé au pied de l’échafaud, il s’est agenouillé et a paru prier avec ferveur. Il s’est entretenu quelques instants encore avec son confesseur, et l'a embrassé deux fois avec effusion, ainsi que l’abbé Joannatéguy, professeur du collège, que s’était adjoint M. l’abbé Asconéguy. — Il a regardé d’un œil ferme le couperet de la guillotine, et ensuite la bière placée sur l’échafaud, a franchi lestement les degrés de l’échafaud, et s'est livré à l’exécuteur.— Quelques secondes après tout était consommé!..."




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1060ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire