samedi 28 avril 2018

LES RESCAPÉS DE COURRIÈRES À BIARRITZ EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN AVRIL 1906

LES RESCAPÉS DE COURRIÈRES À BIARRITZ EN 1906.


La catastrophe de Courrières du samedi 10 mars 1906 fut la plus importante catastrophe minière de tous les temps en Europe.

pays basque autrefois
MINES DE COURRIERES PAS-DE-CALAIS

Le bilan de cette catastrophe fut officiellement de 1099 morts.

Treize rescapés retrouvèrent la surface vingt jours après l'explosion, et on retrouva un 

quatorzième rescapé, 24 jours après la catastrophe.

De nombreuses communes voulurent aider les rescapés, et ce fut notamment le cas de Biarritz.


J'ai déjà parlé des rescapés de Courrières, dans un précédent article, voici aujourd'hui un 

second article au sujet de l'accueil de ces rescapés à Biarritz.



Voici ce que rapporta le journal Le Figaro, dans son édition du 24 avril 1906, sous la plume de 

Jules Aubert :

"Les "rescapés" à Biarritz.


Biarritz, 23 avril. 


Toute la soirée d'hier on était dans la plus grande incertitude sur l'heure à laquelle arriveraient les survivants de Courrières. Aussi, le Figaro a été heureusement inspiré en télégraphiant à M. le maire de Biarritz, que ces braves gens débarqueraient ce matin, à huit heures, à la gare de La Négresse. 


pays basque autrefois
DEPART DES RESCAPES DE COURRIERES POUR BIARRITZ
AVRIL 1906

A leur descente du train, ils ont été reçus par le maire qu'entouraient plusieurs membres du Conseil municipal. Après les souhaits de bienvenue, ils sont montés dans les automobiles que M. Mabon, directeur de l'Auto-Palace, avait gracieusement mises à leur disposition. 


C'est sous les rayons d'un éclatant soleil qu'ils font leur entrée dans Biarritz où, malgré l'heure matinale, une foule sympathique les attend devant l'hôtel du Helder. 


biarritz autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES A BIARRITZ 1906
PAYS BASQUE D'ANTAN

Le deuxième étage de l'aile droite de l'hôtel leur a été réservé; une salle à manger spéciale a été aménagée au rez-de-chaussée; c'est là qu'ils prendront leurs repas en compagnie, chaque jour, d'un des membres du Conseil municipal qui s'assurera ainsi s'ils sont l'objet de tous les soins nécessaires. 


Les offres et les dons particuliers ont, d'ailleurs, afflué de toutes parts. Des hôtels et des négociants ont offert trois cents bouteilles de vin cacheté pour que ces malheureux puissent avoir du vin vieux à chaque repas. Un établissement leur donne le café gratis; un pharmacien leur délivrera les médicaments qui leur seront nécessaires; le directeur des Thermes Salins s'est mis à leur disposition pour qu'ils puissent suivre à cet établissement une cure de bains et de douches qui complétera leur rétablissement; enfin notre confrère du Réveil de Biarritz, pour leur enlever le souci de l'existence de leurs familles qui n'auraient pas touché leur solde pendant le séjour dans notre station, a fait demander au directeur des mines, par l'intermédiaire du préfet du Pas-de-Calais de vouloir lui fournir la feuille de paye des mineurs en convalescence à Biarritz. Le total de la paye de ces infortunés pendant un mois étant de 2 000 francs, le Réveil de Biarritz, aidé de quelques personnalités et des propriétaires d'importantes maisons de commerce de notre ville, soit une vingtaine de généreux donateurs, enverra aux familles de ces malheureux le montant de leur solde d'un mois comme s'ils avaient travaillé à la mine. 


pays basque avant
LES SAUVETEURS DE COURRIERES MARS 1906

M. Roseyro, notre excellent confrère du Réveil, a droit à toutes les félicitations des gens de cœur pour cette généreuse initiative. 


Après avoir pris un léger déjeuner, les mineurs, malgré les fatigues d'un voyage de dix-neuf heures, n'ont pas voulu se reposer, tant leur désir de voir Biarritz et la mer était grand. Guidés par plusieurs conseillers municipaux, ils ont remonté la ligne des falaises, depuis la côte des Basques jusqu'à la grande plage, laissant partout déborder, notamment au port vieux, au rocher de la Vierge, à l'Atalaye et devant les rochers du port des pêcheurs, leur joie et l'admiration qu'ils éprouvaient devant ce splendide panorama. De la pointe de l'Atalaye, leurs yeux sont restés longtemps hypnotisés par la vue des Pyrénées. Si presque tous ne s'étaient jamais trouvés devant la mer, aucun n'avait jamais vu les montagnes, et l'un d'eux me disait en me désignant le Jaïzquibel : "Oh! qu'il vaudrait mieux chaque matin grimper là, en haut, pour y travailler sous le soleil ou sous la pluie plutôt que de descendre dans nos mines". Et il ajoutait très tristement : "Et puis, sur les montagnes, il n'y a pas le grisou pour vous enlever par milliers." 


pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906

Quand les rescapés arrivent sur la grande plage, c'est l'heure de la promenade. Ils sont immédiatement entourés de la foule qui leur témoigne la plus grande sympathie. Chacun veut entendre de leur bouche le récit, qu'ils ont dû faire déjà bien souvent, de leur séjour de près d'un mois dans la mine. Ils répondent avec beaucoup de complaisance aux questions qui leur sont posées.


pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906


pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906



pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906



pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906



pays basque autrefois
LES RESCAPES DE COURRIERES MARS 1906

Les curieux voudraient voir Nény, Pruvost et son fils, mais ils ne sont pas venus. Peut-être arriveront-ils dans quelques jours, mais Berton est là avec sa femme qui porte les vêtements de deuil qu'elle avait achetés quand elle a cru que son mari était mort. On s'est empressé autour de lui, on lui serre la main. A ce moment, passe en voiture le grand-duc Alexis qui se découvre profondément devant le groupe des mineurs. Nul doute que l'air vivifiant de Biarritz et les soins empressés qui leur seront prodigués ne rétablissent complètement là santé de ces braves gens qui vont rester nos hôtes pendant un bon mois."

(Source : WIKIPEDIA)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1090ème article.


Plus de mille quatre-vingt autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!