samedi 14 avril 2018

DES DANSEURS BASQUES EN ANGLETERRE EN NOVEMBRE 1927

DES DANSEURS BASQUES EN ANGLETERRE EN 1927.


Des danseurs Basques se rendent à Londres en 1927 et se font acclamer lors de spectacles.

bayonne autrefois
MUSEE BASQUE BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Voici ce que raconta le journal Le Gaulois, sur ce voyage, dans son édition du 29 novembre 

1927, sous la plume d'Alex de Coulomme La Barthe :

"Danseurs basques, ambassadeurs pacifiques.


Quand les corsaires basques, les baleines ayant fui le golfe de Gascogne, chassaient l'Anglais, ils estimaient un adversaire loyal et les foyers se peuplaient le soir d'immenses récits les frégates poursuivies, la grande course, les combats courageux. Les navires de Saint-Jean-de-Luz et les marins de Bayonne étaient les lévriers de la mer de l'Adour à Saint-Domingue, Samedi, les Basques ont scellé définitivement leur traité de paix à Londres en dansant. Ils ont rendu à leurs nouveaux amis la visite d'entente cordiale de l'English Folk Dance Society, reçue l'an dernier au Musée basque de Bayonne.


bayonne avant
MUSEE BASQUE BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Oh! la belle maison claire, mirant sa vieille façade sur la Nive calme, verte, faisant la cour aux ponts qui la barrent et un chemin de velours royal aux gabarres noires aussi solennelles qu'une procession de dragons de Chine au-dessus de la pénombre des arceaux et des maisons pressées, haussées vers le ciel, pour mieux le voir, l'appel aérien de la cathédrale. Le joli musée provincial! Ici la salle de Bayonne et des corsaires, là les mille riens de la vie traditionnelle d'un peuple rustique de pasteurs : les meubles naïfs et tout leur cadre ressuscité. Plus bas, un cloître en miniature, du sable d'or et des buis où se dressent les pierres discoïdales, aux hiéroglyphes inconnus, des tombes basques retrouvées à Briscous, à Banca, à Esterençuby.


bayonne autrefois
MUSEE BASQUE BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Une salle réunira bientôt des souvenirs des Basques de l'Amérique latine, dont la filiale sympathie n'oublie pas le petit peuple des Pyrénées semeur puissant d'énergies traditionnelles dans les riches terres neuves.


bayonne autrefois
MUSEE BASQUE BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN

M. Carlos de Olazabal représentait parmi les Basques de France et d'Espagne ceux des patries lointaines, vers le sud. 



Il avait comme nous le béret crânement posé sur les têtes rudes coquelicots rouges de Guipuzcoa, coquelicots bleus de Basse Navarre et de Soule, dont s'anima un instant le brouillard londonien. Et voici nos danseurs basques traditionnels, choisis par les dirigeants du musée parmi les plus souples, les meilleurs, les plus harmonieux dans Piccadilly. Certains ne connaissent point d'autre horizon que le clocher aux trois dentelures et la borne de leur fronton, certains ignorent les paquebots et les voies ferrées, mais les voici dans leur élément. 


Rien n'étonne ces impassibles, dont les yeux voient toujours des cimes ni l'accueil exquis de M. de Fleuriau sous les lambris dorés de l'ambassade, ni la tour de Londres où leur irrintzina retentit aussi sauvage que le cri de guerre des Normands, ni la dentelle de Westminster, ni les palais et la foule immense, anonyme. Ils dansent à l'Académie nationale de musique, au Lyceum. 


Ils dansent encore à l'Albert Hall où six mille personnes acclament leur souplesse, l'étrangeté des volants de Saint-Jean-Pied-de-Port, l'adresse des "satans" de Cheraute et de Tardets, les musiques de l'Ayuntamiento de Saint-Sébastien et la grâce fleurie de blanc et de rouge de l'Auresku Guipuzcoan. Ils écoutent le crépitement des bravos, et penchés vers eux ceux des ambassadeurs de France et d'Espagne à la loge royale. Ils voient l'immense équipe où toute la tradition des danses anciennes du Royaume-Uni revit. Des pas, des figures sont étrangement semblables et ouvrent un champ vaste aux suppositions d'un passé commun. Ils ignorent peut-être qu'un gouverneur anglais fit jadis abattre à coup de couleuvrines l'une des quatre façades des maisons basques devenues des forts du résistance et en ordonner la réfection en pans de bois et cloisons semblables à celles des demeures anglaises. Ils ignorent les luttes, ils savent la fraternité présente, ils semblent dire "Nous ne datons plus et nous allons partout de par le monde, jeunes, nouveaux et forts..."



pais vasco antes
AURRESKU
PAYS BASQUE D4ANTAN




pays basque autrefois
AIME-JOSEPH DE FLEURIAU AMBASSADEUR DE FRANCE A LONDRES 1927
PAYS BASQUE D'ANTAN

Parce que nos fils d'Amérique et de France et de tous les pays savent rester fidèles à la terre ancestrale, aux montagnes bleues, aux frontons dans l'ombre nostalgique des souvenirs."


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1062ème article.


Plus de mille soixante autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire