jeudi 31 août 2017

LA CITADELLE DE ST JEAN PIED DE PORT EN BASSE-NAVARRE AU PAYS BASQUE DE 1937 A 1939 (1ère PARTIE)


LA CITADELLE DE SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT (DONIBANE GARAZI) (BASSE-NAVARRE) DE 1937 À 1939.

La citadelle de Saint Jean Pied de Port n'a pas toujours été un monument de défense ou dédié aux soldats.


En effet, pendant 22 mois, cette citadelle a aussi accueilli entre 600 et 1000 enfants Basques, de 

4 à 14 ans, à partir du 24 juin 1937, suite à la chute de la Biscaye aux mains des franquistes.


Parmi tous ces enfants, venant principalement de Biscaye, figuraient ma mère, et plusieurs de 

ses frères et soeurs (Aquilino, Juana et Maria Teresa), qui arrivèrent à St Jean Pied de Port le 

13/08/1937, en provenance d'Irun (Guipuzcoa).

Je leur dédie cet article...


Les enfants évacués étaient issus de familles non aisées ni de responsables politiques, mais 

simplement de familles craignant l'avancée des troupes franquistes et ses conséquences.


L'âge de ces enfants était surtout entre 6 et 14 ans, car lorsque les enfants ont été évacués de 

Biscaye par la marine britannique, le gouvernement Anglais  a exigé que les enfants évacués 

n'aient pas plus de 14 ans pour éviter qu'ils ne participent à l'effort de guerre.


L'origine géographique des enfants était surtout de la Biscaye, venant bien sûr principalement 

de Bilbao, la capitale Biscayenne, mais aussi  de façon surprenante de villages d'importance 

moindre comme Mundaka, Sondica, Orozco, Munguia ou Guernica.


Pour arriver à Saint Jean Pied de Port, depuis la Biscaye, pour nombre d'enfants le chemin ne 

fut pas direct.

En effet, par exemple, de Bilbao, le 12 juin 1937, les enfants furent évacués vers  Santander 

(Cantabrie), puis embarquèrent à bord de cargos, comme le Ploubazlanec, le 22 juin 1937, à 

destination de La Pallice, port de La Rochelle, puis ils prirent le train à la gare de Bordeaux.

Cette gare était une véritable gare de triage pour les réfugiés, avec des destinations pour la 

France, la Belgique, le Royaume-Uni ou l'Urss.

Douze jours plus tard, le 24 juin 1937, 500 enfants arrivèrent ainsi exténués mais vivants en 

Basse-Navarre, à la Citadelle de Saint Jean Pied de Port.


C'est l'abbé Lafitte, curé d'Ustaritz qui avait fait, en mai 1937, au nom du Comité Français des 

Réfugiés Espagnols, la demande d'accueil pour les enfants évacués, auprès la mairie de Saint 

Jean Pied de Port, dont la population s'élevait à 1541 habitants.

La demande fut examinée et débattue par le Conseil Municipal le 19 mai 1937.

La mairie donna son accord, en y ajoutant conditions et remarques :

  • "L'état de délabrement dans lequel se trouvaient les bâtiments

  • Que la mairie ne pouvait entreprendre les réparations indispensables qui devraient être 
effectuées par le Comité

  • Que le Comité devait se soumettre à toutes les mesures d'hygiène qui seraient jugées 
nécessaires par la municipalité ou l'administration supérieure

  • Que la mise à disposition à des réfugiés espagnols de ces locaux impliquerait pour eux, 
de ne se livrer à aucune manifestation, ni propagande de quelque nature qu'elle soit, 

l'hospitalité qui leur serait accordée devant être dans le respect de la neutralité la plus 

absolue."


De plus, le Conseil Municipal ajouta par la suite :

"Que l'accueil était accepté sous condition d'évacuation immédiate si l'administration militaire 

demandait la citadelle".

Le gouvernement Basque fut averti par télégramme le 1er juin 1937 que la Citadelle était à sa 

disposition.

Dans un premier temps, il fut prévu d'y envoyer 1500 enfants mais compte tenu du faible 

niveau de subvention du gouvernement français, ce nombre fut réduit de moitié.


Des listes d'enfants furent préparées (il y en eut 14) et validées par le directeur de 

l'enseignement primaire d'Euskadi Vicente Amezaga.

La colonie de la Citadelle de Saint Jean Pied de Port devait être exemplaire et aussi à la fois 

ambassadrice du gouvernement et du peuple Basque.

Plusieurs comités d'aide se mirent en place au Pays Basque Nord :

  • Le Comité National Catholique d'Accueil aux Basques, grâce à l'évêque de Dax et Aire 
Monseigneur Clément Mathieu  (originaire d'Hasparren).

  • Le Comité Basque  de Secours aux Réfugiés

Des intellectuels et des responsables religieux se mobilisèrent fortement pour les enfants 

réfugiés, comme François Mauriac, ou le cardinal Verdier, Mgr Houbaut ou Mgr Mathieu.

De plus, des industriels Basques aidèrent financièrement la colonie, comme Manuel de 

Intxausti, ayant fait fortune aux Philippines.


La presse locale, en l'occurrence la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque relata 

parfois l'activité de la colonie :

  • le 25 juin 1937 : "ENFANTS REFUGIES. — Cinq cents enfants espagnols environ, évacués de Bilbao et Santander, doivent arriver dans notre ville jeudi soir. Un centre d’hébergement a été organisé à la Citadelle, avec le concours d'une soixantaine de réfugiées également espagnoles."

  • le 28 septembre 1937 : "La Région SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT. FETE BASQUE. On nous signale qu’une fête basque sera organisée demain mercredi 29 septembre, par la colonie basque de la Citadelle, à l'occasion de la Saint-Michel. Dans la matinée, une messe en plein air sera célébrée à la Citadelle. A 11 heures, les enfants de la colonie exécuteront des danses et chants basques au trinquet Garat."
pays basque autrefois
CITADELLE DE ST JEAN PIED DE PORT - DONIBANE GARAZI 1937
COLL TXOMIN HIRIART-URRUTY
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
CITADELLE DE ST JEAN PIED DE PORT - DONIBANE GARAZI 1937
COLL TXOMIN HIRIART-URRUTY
PAYS BASQUE D'ANTAN


pays basque autrefois
CITADELLE DE ST JEAN PIED DE PORT - DONIBANE GARAZI 1937
COLL TXOMIN HIRIART-URRUTY
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
CITADELLE DE ST JEAN PIED DE PORT - DONIBANE GARAZI 1937
COLL TXOMIN HIRIART-URRUTY
PAYS BASQUE D'ANTAN

Dans un ou plusieurs articles ultérieurs, je vous parlerai de l'organisation et du 

fonctionnement de cette citadelle de Saint Jean Pied de Port, de 1937 à 1939.





(Source : "La Citadelle" de Txomin Hiriart-Urruty aux éditions Elkar)

pays basque autrefois
LA CITADELLE DE TXOMIN HIRIART-URRUTY


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 590ème article.


Plus de deux mille cent autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr





N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire