lundi 7 août 2017

CHASSÉ-CROISÉ ENTRE VACANCIERS ET RÉFUGIÉS EN AOÛT 1936 A HENDAYE EN LABOURD AU PAYS BASQUE

EN AOÛT 1936, À HENDAYE, LES PREMIERS "CONGÉS PAYÉS" DU FRONT POPULAIRE CROISENT LES PREMIERS RÉFUGIÉS ESPAGNOLS.


En août 1936, on assiste en effet à un étrange croisement de population.


  • D'un côté, il y a les premiers "touristes"  des Congés Payés.

On croit souvent que les congés payés ont été institués en France par le Front Populaire en 

1936.

En réalité, les premiers congés payés ont été créés en France dès le 9 novembre 1853 par un 

décret de l'empereur Napoléon III, mais seulement au bénéfice des fonctionnaires.

Ensuite, un mois après son arrivée au pouvoir, le Front Populaire a généralisé les congés payés 

par une loi votée à l'unanimité des députés le 11 juin 1936 et promulguée le 20 juin 1936.

Cette loi prescrivait un minimum de deux semaines de congés par an pour tous les salariés 

français liés à leur employeur par un contrat de travail.


En août 1936, du Nord de la France arrivent à la gare internationale de Hendaye des 

vacanciers heureux qui prennent leurs premières vacances payées par leur employeur.


  • De l'autre côté, ce sont les réfugiés Républicains (ou non) , du Pays Basque Sud qui fuient 
les bombardements des troupes franquistes qui pilonnent Irun, de l'autre côté de la Bidassoa.


La misère rencontre ainsi la joie et l'insouciance dans ce petit bout de Pays Basque, à cheval 

sur la frontière de deux pays, dont l'un est en guerre.


Pour certains vacanciers, c'est une très grande surprise car ils n'avaient pas lu les journaux et 

ils ignoraient que la guerre était aux portes de Hendaye. 

Nombre d'entre eux font demi-tour, en entendant les fusillades, les cris et les hurlements.


La vie continue néanmoins au bord de la plage à Hendaye mais sans la clientèle huppée 

espagnole traditionnelle, pour cause de guerre, ni allemande, pour cause d'embargo sur les 

voyages à l'étranger, embargo imposé par le chancelier Hitler.

Reste seulement la clientèle Anglaise et quelques rares Américains.

Hendaye-Plage était en 1935 (un an avant les "congés payés") une station balnéaire de luxe 

avec ses hôtels, comme l'hôtel Continental et ses deux éphèbes en bronze se dressant face à la 

plage et l'Eskualduna qui était un palace avec des garçons d'ascenseur, et des réceptions en 

tenue de soirée.



pays basque autrefois
HOTEL CONTINENTAL HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN



pays basque autrefois
HOTEL ESKUALDUNA HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN

De grandes familles résidaient dans des villas avec parcs face à la mer jusqu'alors à Hendaye : 

les de Gramont, les Légasse, de Beaumont etc...


pays basque autrefois
GURE CHEDIA HENDAYE
PAYS BASQUE D 'ANTAN


pays basque autrefois
ONDAR GAIN  HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN

En août 1936, avec la clientèle "des congés payés", il y a davantage de monde mais moins 

riches et les grands hôtels et le casino gagnent moins d'argent.

De nouveaux modes de vacances font leur apparition avec les campings, par exemple.

pays basque autrefois
PENSION RESTAURANT ABBADIE HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Le commerce local fonctionnait aussi beaucoup avec les espagnols jusqu'à la Guerre Civile 

Espagnole grâce à la dévaluation de la peseta.



En 1936, de riches Espagnols arrivèrent à Hendaye avec leurs enfants scolarisés 

antérieurement dans des écoles religieuses qui avaient été fermées par le Gouvernement 

Républicain.

Du 19 août 1936 au 5 septembre 1936, se déroula de l'autre côté du pont la bataille d'Irun pour 

le contrôle de la ville frontalière.

Une des conséquences pour les Hendayais fut la fin des marchés à Irun mais aussi que certains 

propriétaires riverains de la Bidassoa louaient leurs balcons et leurs fenêtres, au prix fort, à 

des touristes, qui assistèrent ainsi "pour de vrai" à la guerre à Irun, avec le son en plus.

Celui des balles mais aussi celui des obus que plusieurs croiseurs franquistes envoyaient depuis 

le large sur les positions Républicaines d'Irun.

Un astucieux Hendayais installa même à la pointe de la plage une jumelle longue avec vue sur 

la plage, qui eut un gros succès payant.


Les touristes de 1936 croisèrent à Hendaye des soldats Républicains rendant leurs armes aux 

gendarmes français avant d'être dirigés vers des camps, mais pas de vacances...

pays basque autrefois
REBELLES FRANQUISTES 1936 PONT DE IRUN -  HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN
pays basque autrefois
PONT IRUN - HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Sur la plage, le club des Dauphins, avec ses trapèzes et ses balançoires fait le plein et c'est la 

rencontre des "Parisiens têtes de chiens, Parigots têtes de veaux" avec les gamins du cru.

Un garde municipal veille à la bonne tenue vestimentaire des vacanciers et ceux qui n'ont pas 

de maillots sont invités à en louer un, à côté des cabines de bain, sous le casino.


Les classes sociales ne se mélangent pas trop, les gens riches se baignant vers onze heures et les 

touristes "populaires" après.



Sur le Boulevard de la Mer et ses tamaris, c'est la promenade des adultes, avec ombrelles et 

canotiers.


Cet été 1936, reviennent pour la première fois depuis longtemps des jeunes femmes qui étaient 

"placées bonnes à Paris" et ce sont les familles qui se retrouvent et qui retissent leur liens.

D'un autre côté, pour ceux qui ont traversé le pont ou la Bidassoa sur une barque, ce fut le cas 

de ma mère, c'est le début d'un long exil...


pays basque autrefois
PASSAGE DE LA BIDASSOA A HENDAYE 1936
PAYS BASQUE D'ANTAN


Le soleil, cet été-là , n'a pas chauffé de la même façon pour tout le monde...


Je vous raconterai également dans un autre article cet été 1936 dans les villes voisines de 

Hendaye.



(Source : http://www.sudouest.fr/2012/08/28/des-souvenirs-etonnants-d-hendaye-plage-805549-4018.php)


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de mille six cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire