mardi 27 février 2018

LE PAYS BASQUE : UN ÉDEN TOURISTIQUE ET SPORTIF EN AOÛT 1923


LE PAYS BASQUE EN AOÛT 1923.


En 1923, la presse nationale fait l'éloge du Pays Basque.


saint jean de luz 1923
PLAGE ET PERGOLA ST JEAN DE LUZ 1923
PAYS BASQUE D'ANTAN

Voici ce que rapporte L'Echo de Paris, le 6 août 1923, sous la plume de G. De Lafrete :

"Un éden touristique et sportif.

Grâce à ses qualités physiques, la race régionale pourrait bien devenir la pépinière de l'olympisme français. 


— Les "Canards" et les "Dauphins" du professeur Villepion.


Saint-Jean-de Luz, 4 août.

Ne nous donnons pas le ridicule de découvrir le pays basque, car ce siècle n'était pas commencé que Pierre Loti, Edmond Rostand et d'autres écrivains célèbres lui avaient déjà donné des signes manifestes de tendresse et d'enthousiasme. Et il y a beaux jours aussi qu'un des nôtres, le vétéran Maurice Martin, a baptisé cette partie du littoral de l'Océan du nom de Côte d'Argent. Cependant, l'affluence des touristes en ces lieux prédestinés est récente, et elle fait le désespoir de ceux qui en ont eu la virginité, s'il est permis de s'exprimer ainsi. Cet égoïsme est, à vrai dire, justifié, car le snobisme et le perrichonisme enlèvent aux sites une partie de ce charme qu'ils offrirent à leurs premiers visiteurs : tels les fards au visage d'une jeune fille. 


Et puis, il y a des coins que M. M'as-tu-vu et M. Perrichon n'ont pas encore entièrement déflorés. Citons entre autres : Ciboure, Hendaye. Quant à Saint-Jean-de-Luz, au lancement duquel s'employa si heureusement mon ancien co-équipier de l'Echo de Paris, Pierre Lafitte, devenu l'éditeur bien connu, c'est l'Etretat de la côte basque, mais l'Etretat d'il y a trente ans. La clientèle balnéaire y est parisienne, mais elle n'a pas encore exagéré le snobisme. Les élégantes y circulent chaussées d'espadrilles, ce qui ne serait pas bien vu à Biarritz ou à Saint-Sébastien; et le Luzien qui endosse le soir son smoking est encore une exception. Les Anglais et les Espagnols, sur leur trente-et-un par ailleurs, adoptent ici ce relatif laisser-aller.

saint jean de luz 1923
CASINO ST JEAN DE LUZ - DONIBANE LOHIZUNE 1923
PAYS BASQUE D'ANTAN

Quant au sport il a conquis, à Saint-Jean-de-Luz, ses grandes lettres de naturalisation. A la Pergola, au Casino municipal, à l'Ermitage, à la Réserve de Ciboure, jeunes gens et jeunes filles, tout en sacrifiant à la sempiternelle et tyrannique mode du shimmy et du tango, parlent avec animation et compétence des actualités : tournois de la pelote basque, du golf, des tennis, etc. La bicyclette connaît elle-même un regain de succès auprès d'une classe sociale qui en raffola au temps de nos courses d'artistes. Par exemple, ces jeunes femmes et jeunes filles ne portent plus la culotte ni la jupe-culotte, mais simplement la jupe de ville. Elles ne montent d'ailleurs pas à bicyclette pour le plaisir de pédaler, mais pour gagner le dancing, les links de golf ou le plus prochain court de tennis, et elles éprouvent quand même du plaisir, car cet engin qui donne des bottes de sept lieues à ses adeptes — et à si bon compte, constitue en même temps un exercice des plus agréables. Avouons-le, sa pratique n'est pas sans danger sur les routes du littoral infestées par les bolides des "nouveaux riches" pour lesquels l'expression marcher "à tombeau ouvert" est si parlante et si souvent justifiée. Mais l'adresse et le sang-froid de ces jeunes cyclistes sont parfaits et on ne signale guère d'accidents de ce genre. Par exemple, que l'on ne vienne plus me parler, après cela, des dangers du football et de l'athlétisme féminin! 


On voit également de très nombreuses jeunes femmes au volant des autos. La majorité d'entre elles conduit très bien et de façon raisonnable.


Les "indigènes" ne le cèdent en rien aux "étrangers" sous le rapport de l'enthousiasme sportif. C'est de l'emballement, et les "gars", de Bayonne à Cambo et à Hendaye, sont au courant, non seulement des sports régionaux, mais des faits et gestes de l'activité sportive tout entière. Le Tour de France les a passionnés, et ils en discutent encore les péripéties et les résultats. Quant au football, le football-rugby surtout, ils y ont conquis, comme on sait, la plus parfaite maîtrise. En attendant la réouverture de la saison du ballon ovale, ils jouent à la "pelote", ils font de la course à pied, de la natation, et le jeu de boule à neuf quilles compte parmi eux de nombreux fervents. Très "racés", adroits de leurs mains et de leurs pieds, doués d'excellents réflexes, les Basques pourraient, s'ils étaient bien entraînés, nous fournir les champions olympiques qui nous font si complètement dé faut.


saint jean de luz 1923
PORT ST JEAN DE LUZ - DONIBANE LOHIZUNE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Et la beauté corporelle y est aussi fréquente que là qualité musculaire (ces deux vertus physiques vont la plupart du temps de pair). Elle a de qui tenir, car les jolis types de Basquaises ne sont pas rares non plus, et Gabriel Domergue, devenu un habitué de Ciboure, bourgade dont les vieilles et délicieuses maisons font face à Saint-Jean-de-Luz, n'a que l'embarras du choix pour y trouver des modèles. Certains de ces visages, encadrés de chevelures blond vénitien évoquent les têtes de madones des Primitifs, avec quelque malice en plus dans le regard. Elles feraient, elles aussi, d'excellentes sportives, mais la plupart se marient très jeunes et ont beaucoup d'enfants (les familles de 10 ou 15 enfants ne sont pas rares, surtout au pays basque espagnol). Il y aurait là une étude ethnique particulièrement intéressante à faire : d'où sont venues ces Vénitiennes de la Côte d'Argent?


Au moment où j'écris ces lignes, un spectacle, bien fait pour réjouir le cœur du fondateur de l'Académie, se déroule Sur le sable de la plage; un splendide échantillon d'humanité, très grand, musclé de façon harmonieuse, est en train de donner une substantielle leçon de culture physique à une cinquantaine de gamins et de gamines en tenue de bain. Autour de ce gymnase improvisé, les baigneurs et les indigènes forment le cercle. Je remarque l'excellente pédagogie du professeur, qui mêle de façon heureuse les mouvements de la suédoise à ceux de la méthode naturelle d'Hébert : les commandements se font au moyen de gestes simples et larges, que ces enfants exécutent a merveille. Dix minutes après, toute cette jeunesse est à la mer, en train d'apprendre du même professeur la décomposition des mouvements de la nage si effective, mais d'apprentissage difficile, qui s'appelle le Crawl. L'Echo de la Côte Basque, une revue très bien faite et qui sort de la banalité de ce genre de publication, m'apprend que M. G.-T. Villepion, le professeur que je viens de signaler, habitait, avant la guerre (où il fut blessé deux fois et décoré, sur l'Yser, de l'ordre de Léopold), la Californie, qu'il y fut champion pédestre des 1 500 mètres et que le peintre Spiro Rossolino se servit de lui comme modèle pour son Athlète. A Saint-Jean-de-Luz, il a fondé le Club des Canards et des Dauphins, où il s'efforce à faire des sprinters de la natation. Il y réussit assez bien et deux de ses élèves, Gaston Chevalier (18  ans) et miss Leïla Karr Parrey (14 ans), lui font grandement honneur. 


saint jean de luz autrefois
GUY TASSIN DE VILLEPION ST JEAN DE LUZ 1930
PAYS BASQUE D'ANTAN

Les protagonistes de la natation, seront enchantés d'apprendre qu'à Saint-Jean-de-Luz et contrairement à ce qui se passe dans presque toutes les autres cités balnéaires de France, ce sport compte des centaines d'adeptes de bonne force; quelques-uns sont exceptionnels. L'installation des plates-formes de plongeur, faite au moyen d'un assez fort bateau, est remarquable et peut-être unique dans notre pays. De ces plates-formes je vois exécuter chaque matin, au moment où je prends moi-même mon bain, des sauts de l'ange et des sauts périlleux qui vaudraient à leurs auteurs le gain d'un concours de ce genre. 


saint jean de luz 1923
PLAGE DE ST JEAN DE LUZ - DONIBANE LOHIZUNE 1923
PAYS BASQUE D'ANTAN

Tout en se reposant des récents et fatigants meetings aériens et automobiles, le signataire de ces lignes vit donc dans l'élément où il se complaît depuis le jour de la fondation du Racing-Club de France. Il ne se doutait guère alors du triomphe qu'obtiendraient les idées et les goûts qui lui étaient déjà, et qui lui sont toujours, si chers! 


P-S. — Un lecteur me prie de signaler la merveilleuse performance que le nageur Leydet vient de réussir : la traversée de l'estuaire de la Gironde, que certains croyaient impossible. Malgré la violence du courant, Leydet, parti à 16 h. 7 du débarcadère de la Pointe de Graves, a atteint à 20 h 15 la plage du Chay. La distance, à vol d'oiseau, est de 5 kil. 800, mais Leydet a parcouru réellement 12 kilomètres sans cesser un instant de lutter."



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 962ème article.


Plus de mille huit cents autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire