jeudi 8 février 2018

EN 1930 EN RUGBY SUSPENSION DU BIARRITZ- OLYMPIQUE ET BLÂME POUR L'AVIRON BAYONNAIS AU PAYS BASQUE


UN COUP DE THÉÂTRE À LA F.F.R EN OCTOBRE 1930.

Les deux clubs Basques de rugby, voisins mais néanmoins "ennemis" sont sanctionnés en 1930 par la Fédération Française de Rugby.






biarritz olympique 1930
BIARRITZ OLYMPIQUE RUGBY 1930
COLL URQUIDI MUSEE HISTORIQUE DU B.O.

Voici ce qu'en rapporta la presse :

  • la Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 27 octobre 1930 :

"Un coup de théâtre à la F.F.R.


Le B.O. suspendu pour huit jours. L’A.B. est blâmé.


Le Biarritz Olympique avait fait jouer dans son équipe deux joueurs du Boucau Stade. ... L’Aviron est réprimandé pour "intention" d’en faire jouer quatre.


Ce n’est pas le premier coup ,de théâtre que nous devions à la F.F.R. Mais celui-ci encore fait-il quelque bruit dans notre région... et au delà. 


Le Biarritz Olympique est suspendu, l’Aviron est blâmé. 


Voici comment l'annonce l’Auto :


La Commission des licences et de discipline de la F. F. R., composée avant-hier, de MM. Gaston Vidal, Frantz Reichel. Robert Bernstein, et à la séance de laquelle assistait M. Laurent, secrétaire général de la Fédération, a poursuivi ses travaux. 

rugby 1922
FRANTZ REICHEL 1922
PAYS BASQUE D'ANTAN

Un nouveau coup de théâtre se produisit! La suspension temporaire du Biarritz O1ympique fut en effet décidée après l’examen de la réclamation formulée par le Boucau Stade, dont quelques joueurs participèrent le 5 octobre à un match disputé par le Biarritz Olympique. Pour des raisons à peu près analogues, l'Aviron Bayonnais se vit infliger un avertissement. Voici d'ailleurs la teneur de l'ordre du jour adopté :


La Commission,

Saisie de deux plaintes du Boucau Stade contre le Biarritz Olympique et l'Aviron Bayonnais, pour violation de l'article 45, paragraphe C, des règlements généraux;


Considérant que le Biarritz Olympique a fait jouer, le 5 octobre 1930, des joueurs régulièrement qualifiés pour le Boucau Stade, sans s'être conformé aux dispositions de l'article 45, paragraphe C;


Qu'à la date du 15 octobre, la F.F.R. a rappelé à ce club les dispositions dudit article et l'a invité à s'y conformer;


Que nonobstant, le Biarritz Olympique a fait jouer, le 19 octobre, les mêmes joueurs sans avoir davantage observé les prescriptions du règlement;


Qu'ainsi ce club a sciemment violé à deux reprises les dispositions du règlement;


Que, d'autre part, ce club a formellement désobéi aux ordres de la Fédération;


Considérant que les explications fournies par le Biarritz Olympique ne font en rien disparaître la gravité de sa faute,


Décide :

Le Biarritz Olympique est suspendu du lundi 27 octobre au lundi 3 novembre.


biarritz olympique 1930
BIARRITZ OLYMPIQUE RUGBY 1930
COLL URQUIDI MUSEE HISTORIQUE DU B.O.

En ce qui concerne l'Aviron Bayonnais :

Considérant que ce club a contrevenu aux dispositions de l'article 45, paragraphe C,


Décide :

Un avertissement est infligé à l'Aviron Bayonnais.



A ce sujet, nous lisons dans la France de Bordeaux, sous la signature de C.-A. Gonnet :


Et voici l'incident : Biarritz est suspendu; Bayonne reçoit un avertissement...On ne peut, dans cette affaire, incriminer la Fédération. Son geste est naturel, logique. Les Biarrots ont fait acte de racolage, , en "convoquant" des joueurs boucalais, puis, en les faisant jouer.


Mais il est vraisemblable que les Biarrots ont eu besoin de combler certains vides; plusieurs de leurs meilleurs athlètes les ont lâchés pour des clubs affiliés à la Fédération. Est-ce une revanche?


D'autre part, il faut bien préciser, une fois pour toutes, ceci : Dans quelle mesure les Douze pourront-ils accueillir, sans être taxés de racolage, des joueurs d'Excellence, las de luttes officielles? Si chaque fois qu'un athlète mécontent quitte son équipe pour les Douze, on doit en faire une histoire, doit-on pousser aussi des cris d'orfraie lorsqu'un joueur des Douze, avec licence n.1 "d'autorité" quitte les dissidents pour rentrer dans le giron officiel?


Si on suspend le B.O., il n'y a aucune raison de laisser d'autres coupables continuer tranquillement leur "petit travail" simplement parce qu'ils possèdent l'immunité diplomatique.


L'"Auto" écrit avec netteté : "La balance de la justice : on a pillé le Biarritz Olympique de cinq de ses meilleurs joueurs , et c'est le Biarritz Olympique qui est suspendu!"


On aurait pu, ce nous semble, réfléchir un peu avant de prendre une sanction pareille. Quelle va être l'attitude de Biarritz? Jouera-t-il? Ne jouera-t-il pas? Si j'étais à la place des blanc et rouge, je m'inclinerais. Lorsqu'on tient le bon bout, il faut savoir plier à l'occasion...Summum jus summa injuria, nous dit le droit romain. Aller jusqu'au bout de son droit, c'est souvent faire preuve d'injustice. Quelle tête ferait la F.F.R. si Biarritz acceptait sans sourciller la sanction...et gardait ses Boucalais jusqu'au jour où on lui rendra ses transfuges?


L'Aviron Bayonnais et le Biarritz Olympique protestent auprès de la F.F.R..


A la suite des sanctions prononcées contre le B.O. et l’Aviron, un certain émoi s’est emparé des supporters des deux clubs. 


Les "Douze" forts de leur droit se sont concertés et comme je le dis par ailleurs, tout le monde conserve l’espoir que l’affaire n’aura pas de suite fâcheuse. 


Le Biarritz-Olympique, le plus touché, a interprété le règlement d’une façon particulière et très logique et après explications je veux croire que la F.F. R. reconnaîtra sa bonne foi. 


Du reste, une réunion a eu lieu hier matin, à Bayonne, chez M. Frois, le distingué président de l’Aviron, réunion à laquelle assistaient M. de Luze, M. Thil, M. Deyherassary, M. Tissot et votre serviteur. 


A la suite de cette réunion, l’Aviron et le B.O. ont adressé le télégramme suivant à la Fédération :

"Rugbyur, Paris. 

Apprenons par presse sanctions prises par Commission discipline et licences contre Biarritz Olympique et Aviron Rayonnais. Les considérants relatent que le Biarritz Olympique aurait été entendu dans ses explications. Nous inscrivons en faux contre cette assertion. Quant à Aviron Bayonnais ce club reçoit avertissement sans avoir été entendu ni même avisé d’une réclamation le concernant. Biarritz Olympique et Aviron Bayonnais protestent énergiquement pour sanctions infligées contraires aux règlements, affirment leur bonne foi, et vous prient faire rapporter décisions. 


Biarritz Olympique. — Aviron Bayonnais. 


Pour l'instant nous ne pouvons commenter plus longuement cet incident, mais il est bien entendu que nous lui donnerons toute la place qu'il mérite dès que les clubs intéressés nous donneront l’autorisation d’en parler."



  • Match, dans son édition du 28 octobre 1930 :

"Que pensez-vous, par exemple, de la façon dont la commission de discipline et des licences de la F.F.R. s'est secouée de l'inertie qu'on lui reprochait? Ne trouvez-vous pas que MM. R. Bernstein, F. Reichel et G. Vidal ont eu le réveil méchant? Comme on le dit vulgairement, ils n'y sont pas allés avec le dos de la cuiller. Refus de licences à nombre de joueurs des plus cotés, suspension d'un club tel que le Biarritz Olympique, avertissement sévère à l'Aviron Bayonnais, voilà quelques décisions assez retentissantes. Il y a longtemps qu'on n'avait parlé un tel langage dans le domaine du rugby français.  Mais reste à savoir s'il sera entendu sans provoquer quelques protestations. C'est peu probable. On peut même s'attendre à un beau vacarme de la part des victimes des terribles "triumvirs", vacarme fortement soutenu, cela va sans dire, par les adversaires de la Fédération.


Cependant, à mes yeux du moins, il ne parait pas que le Comité des trois ait jusqu'ici commis un abus de pouvoir. On l'a chargé de faire respecter les règlements fédéraux, et, vraiment, il n'a pas fait autre chose. Car, qu'on le veuille ou non, le Biarritz Olympique et l'Aviron Bayonnais — clubs d'ailleurs fort sympathiques — ont nettement fait fi du règlement qui interdit à un club d'employer, même à l'occasion d'un match amical, des joueurs appartenant à un autre club sans y être autorisé par celui-ci.


Que ce règlement ait un caractère choquant, c'est possible, je dirai même qu'il me paraît tel. N'importe, il existe, et à moins que de manquer à elle-même la Fédération doit le faire respecter.


Voilà donc pour le cas du Biarritz Olympique et de l'Aviron Bayonnais. Reste le cas des joueurs qui se sont vu refuser licence de prendre part au championnat sous les couleurs d'un club autre que celui dont ils faisaient partie la saison dernière..."




Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 925ème article.


Plus de mille cinq cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire