dimanche 28 octobre 2018

LE CARDINAL LAVIGERIE DE BAYONNE EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN 1900 (deuxième partie)


LE CARDINAL LAVIGERIE À BAYONNE EN 1900.


Charles Martial Lavigerie, né le 31 octobre 1825 à Huire, en Saint-Esprit (ancienne commune des Landes), et mort le 26 novembre 1892 à Alger, est nommé archevêque d'Alger en 1867, ministre qu'il conserve en devenant archevêque de Carthage en 1884.



bayonne autrefois
CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Je vous ai parlé dans un article précédent de la première partie de l'interview du Cardinal 

Lavigerie.



Voici aujourd'hui la seconde partie que rapporta le journal Les Annales Politiques et 

Littéraires, dans son édition du 25 février 1900 :



"...Ce qui me séduisit surtout, dans cette longue et cordiale causerie de l'homme éminent que nous écoutions, ce fut la façon dont cet enfant du pays basque parla de son coin de terre, en fils épris des traditions, des légendes, du coeur même de la contrée natale.







Avec une éloquence chaude, une érudition non affectée, sûre et aimable, il parlait de ce peuple basque, si particulier, batailleur et brave, original dans ses moeurs, dans ses traditions, dans sa langue, et dont Taine a pittoresquement rendu la vaillantise un peu farouche lorsqu'il a conté la vieille légende du Pé de Puyane. 




pays basque autrefois
CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN






— Je croirais volontiers, nous disait le cardinal, que le pays basque est un débris, un morceau de cette Atlantide dont parle Platon et qui, en une nuit, s'engloutit dans la terre entr'ouverte. Ces Pyrénées ! Le nom est grec, Hercule prolongeait une chaîne de montagnes, entassait rochers sur rochers pour faire une tombe à Pyrène, descendante de Tubal et reine d'Espagne. Don Jacinio Verdaguer a chanté l'aventure dans son poème catalan. C'est la fable, cela, c'est le rêve. Mais la réalité nous parle et nous presse. Le Pyrénéen a du feu dans les veines comme dans la racine de son nom. C'est un peuple ardent, aventureux, épris de l'au-delà. Le Basque adore le jeu de paume et les querelles. J'aime cela : batailler, c'est vivre. Il émigre aussi, quitte ses Pyrénées pour aller chercher fortune au nouveau monde ; mais il revient au pays, après avoir vendu des peaux de buffle ou fait bien des métiers et s'achète quelque logis semblable à ceux que vous avez pu voir sur la route de Bayonne à Cambo, et on appelle ici ces retours de la République Argentine ou des Etats-Unis, des Américains - Basques. Mais, chose curieuse, parmi mes Pères Blancs, je n'ai peut-être que quatre ou cinq moines venus du pays basque. Presque tous mes soldats dé la foi sont ou Bretons ou Belges. Mes compatriotes ont peu répondu à mon appel.






religion autrefois
CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN





Et le cardinal ajouta, avec un bon sourire :


— Nul n'est prophète en son pays !




Mais je sentais qu'il l'aimait d'un amour puissant, ce pays dont nous apercevions, par la fenêtre, les champs de blé, les maïs, et au loin, là-bas, les montagnes caressées du vent de mer. Il en parlait, je le répète, avec une émotion mâle, cordiale et profonde. Il revenait, las des fatigues de la terre d'Afrique, chercher le repos dans ce coin des Pyrénées où, le dimanche, il allait parfois dire la messe et parler à ces paysans, dont les noms, aux syllabes gutturales, se lisent, harmonieux et rudes, sur les pierres grises du cimetière. Combien étaient couchés là, sous ces pierres, des vieux qui l'avaient peut-être jadis vu tout petit ! Il retournait au pays où il avait joué, enfant, d'où il était parti comme pour une autre croisade, l'humaine croisade contre l'esclavage et l'ignorance. Et, loin du bruit, loin du désert, loin aussi des polémiques irritantes et du tapage de la vie, il respirait l'air des montagnes, et, songeant à l'Atlantide, monde disparu, délicieux et féerique, il se disait qu'il avait peut-être avancé d'un pas la marche des hommes vers cette Atlantide nouvelle, celle de l'avenir, rêve de félicité, et de liberté que les uns appellent par la colère et la haine et les autres, pionniers de charité comme le cardinal à barbe blanche, par le dévouement et par l'amour.



religion autrefois
CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Une seule fois, chez ce robuste au front pourtant déjà touché par la mort, une pensée mélancolique, vint, attristée. Et je l'entends encore murmurer :


—- Peu de gens, bien peu, de gens ont la vocation supérieure : l'humanité !

pays basque autrefois
CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN



Mais ce ne fut qu'une sorte de nuée légère dans une causerie lumineuse, chaude comme ce beau jour d'été pyrénéen. Il fallut que je prisse congé, du cardinal. Il nous retenait, caressant et comme heureux de causer. Sa voiture l'attendait à la porte, cependant, pour le mener sur la hauteur, dans l'air plus vif, là-haut, d'où l'on voit l'Adour et, plus loin, le large...




Le cardinal nous conduisît jusqu'au seuil de son logis et je revois — je reverrai toujours — devant cette maison blanche dans le soleil, cet homme rouge, à haute stature, droit et fier, nous accompagnant de son salut, de son bon sourire et de son geste, qui, avec celui-du semeur, est le plus auguste des gestes humains : le geste du père qui bénit un fils.



CARDINAL LAVIGERIE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Oui, je le reverrai toujours. Sur cette terre d'Afrique, où il a fait aimer et honorer le nom de la patrie, il me semble qu'il est mort debout, ce grand Français. Il me semble que cette pourpre du cardinal, qui rayonnait sous le soleil pyrénéen, est comme enveloppée, là-bas, du drapeau tricolore. Et quand je pense à cette causerie délicieuse dans la maison blanche de Cambo, je me rappelle aussi ce mot —- qui est pour notre pays un inoubliable hommage — le mot jeté, certain jour, par un étranger à la Chambre des députés de Vienne :


—Un Lavigerie a plus fait pour l'humanité qu'un Moltke !"








Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1464ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire