mercredi 7 novembre 2018

REQUÊTE EN FÉVRIER 1900 EN FAVEUR DES COURSES DE TAUREAUX À BAYONNE EN LABOURD AU PAYS BASQUE


REQUÊTE POUR DES COURSES DE TAUREAUX À BAYONNE EN 1900.


Dès 1289, un arrêté des échevins Bayonnais a réglementé la course des boeufs, vaches et toros, dans les rues de la ville.


pays basque 1900
ARENES BAYONNE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN

Des arènes éphémères existeront le jour dans différents quartiers : St Esprit, Allées Marines

Allées Paulmy, avant la construction en 1893 de la plaza Marcel Dangou. 


Voici ce que rapporta à ce sujet la Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, dans son 

édition du 23 février 1900 :


"Requête à Messieurs les Sénateurs et Députés relativement à la proposition de loi sur les courses de taureaux.


Bayonne, Février 1900. 


Messieurs les sénateurs, Messieurs les députés, 

La société des Arènes Bayonnaises demande la permission de vous exposer ce qui suit : 



Vous êtes saisis en ce moment d’une proposition de loi tendant à la suppression des courses de taureaux. 



Dans la forme où elle vous est présentée, cette proposition nous parait excessive et susceptible de tempérament. 




bayonne autrefois
ARENES BAYONNE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN

Il est bien réel, que l’organisation défectueuse des courses à l’espagnole, dans des régions de la France qui n’y étaient aucunement préparées par l’état des mœurs et la tradition, a pu induire le pays en erreur sur le véritable caractère de la course espagnole et, d’autre part, l’émouvoir par le spectacle de désordres et de scandales. Mais il n’est pas moins incontestable que ni ces désordres ni ces scandales ne se sont produits à aucune époque dans les pays où les courses sont de tradition, répondent à un état ancien des mœurs, sont organisées selon le cérémonial et avec le luxe qu’elles comportent, de façon à constituer un spectacle de courage et de beauté. On ne saurait citer aucun exemple de scènes tumultueuses ou pénibles ni à Bayonne, ni à Dax, Mont-de-Marsan, Nîmes, Béziers, etc. Et il y aurait donc injustice à rendre ces villes responsables des fautes et des fraudes d’entrepreneurs peu scrupuleux. 




En ce qui concerne la tradition et malgré qu’on ait voulu contester les faits, nous pouvons, en ne nous occupant que de Bayonne, invoquer le témoignage des Archives municipales, lesquelles rapportent qu’en 1701, le 17 Janvier, une course solennelle de taureaux fut organisée par la Ville en l’honneur de Philippe d’Anjou allant prendre possession du trône d’Espagne : ce qui indique qu’il y a déjà deux cents ans la ville de Bayonne considérait la Course de taureaux comme l’une de ses grandes jouissances publiques. 


labourd autrefois
CORRIDA BAYONNE 1900
PAYS BASQUE D'ANTAN

Sur la moralité des courses de taureaux, contestée trop souvent par des personnes qui se sont bien gardées de les aller voir là où elles doivent être vues et qui, peut-être, se sont facilement laissées impressionner par de grossières parodies, nous nous bornerons à rappeler que des penseurs comme Quinet, des artistes comme Théophile Gauthier, de doux philosophes comme Jules Simon, ont reconnu dans la course de taureaux tous les caractères d’un jeu propre à émouvoir les plus nobles passions et à stimuler l’énergie humaine. 




Enfin, Messieurs, il ne saurait vous être indifférent de songer qu’une vaste région de la France, presque mortellement atteinte dans ses intérêts commerciaux par le régime douanier actuel, non seulement trouve dans les Courses de taureaux une source de profits quelque peu compensateurs, mais encore empêche l’argent français de passer à l’étranger et appelle, au contraire, l’argent, étranger en France. 



bayonne autrefois
PASEO CORRIDA BAYONNE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Si, d’ailleurs, le but de la loi est de détourner les Français des spectacles de l’arène, ce but ne sera pas réellement atteint. Les seuls Français véritablement amateurs de courses, c’est-à-dire ceux du Midi, en faveur de qui nous réclamons, iront, si on les en prive en France, les voir en Espagne. La proximité de la frontière, et les trains de plaisir spéciaux favorisent les déplacements. Ainsi, l’effet moral de la loi sera perdu ; et elle n’aura pour résultat que d’aggraver, dans les régions autrefois prospères, une mauvaise situation économique. 




Nous sommes là-dessus, Messieurs les Sénateurs et Messieurs les députés, en pleine communion d’idées avec la population bayonnaise tout entière. Déjà, en 1896, une pétition pour le maintien des courses de taureaux avait recueilli dans l’arrondissement de Bayonne les signatures légalisées de 8 000 électeurs inscrits : les listes portant ces signatures ont été remises à M. Jules Legrand député des Basses-Pyrénées. Deux ans auparavant, le 29 novembre 1894, un vœu réclamant la tolérance pour nos courses avait été émis à l’unanimité par le Conseil municipal de Bayonne. Dans sa séance du 14 février courant, le Conseil municipal, à l’unanimité encore, vient de renouveler ce vœu ; et à trois jours d’intervalle le Conseil municipal de Biarritz a pris, de son côté, une délibération identique. 




Avec tous nos concitoyens, nous osons donc espérer que, tenant compte de ces considérations, vous voudrez bien introduire dans la loi une disposition spéciale comportant une tolérance pour les villes du Midi où les courses sont entrées dans la coutume et où, par suite des facilités accordées jusqu’à ce jour, des capitaux importants ont été engagés dans la construction de grandes arènes. 



bayonne autrefois
CORRIDA BAYONNE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Cette tolérance pourrait être admise sous certaines réserves, et notamment : 


Elle serait exclusive aux villes du midi en possession d'arènes construites antérieurement à la promulgation de la loi ; 


Les courses de taureaux seraient intégrales c’est-à-dire strictement conformes aux règles et usages en vigueur sur les grandes places d’Espagne ; 


L’autorité municipale, exerçant sur les courses le même droit de police qu’elle exerce sur les autres spectacles, serait laissée libre de les interdire ou de les autoriser, comme elle l’est, par exemple, d’interdire ou d’autoriser les cortèges sur la voie publique, selon des convenances dont elle seule peut être bon juge ; 


La faculté de donner des courses de taureaux constituerait, pour les entrepreneurs de ce genre de spectacles, une sorte de privilège, dont ils pourraient être déclarés déchus une fois pour toutes, par simple mesure administrative, dès la première infraction aux règlements ; 



En vue de prévenir les incidents ayant pour cause soif une organisation incomplète ou défectueuse, soit l’inexécution du programme ou l’inobservation des règles de la course, et en garantie des responsabilités qu’ils encourraient de ce fait, les entrepreneurs seraient tenus de déposer, avant toute course, un cautionnement proportionnel au nombre et à la valeur des places mises en vente. 




BAYONNE AUTREFOIS
CORRIDA BAYONNE 1899
PAYS BASQUE D'ANTAN

Nous vous prions d’agréer, Messieurs les Sénateurs et Messieurs les Députés, l’assurance de notre profond respect. 

Pour la Société des Arènes Bayonnaises : 

Le Président : B. Iribarnégaray."



(Source : http://www.bayonne.fr/culture-et-loisirs/corridas/1769-les-arenes-de-bayonne.html)










Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1485ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :



https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire