jeudi 28 juin 2018

LE DÉPARTEMENT DES BASSES-PYRÉNÉES EN 1802

ÉTAT DES LIEUX DES BASSES-PYRÉNÉES EN 1802.


Le 12 janvier 1790, l'Assemblée nationale institue le Département des Basses-Pyrénées réunissant le Béarn, les trois provinces françaises de langue Basque (le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule), ainsi que les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache.


pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN

Ce n'est qu'en 1969, que le département prendra le nom de Pyrénées-Atlantiques.



Voici ce que rapporta à ce sujet le journal La Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, dans 

son édition du 28 juin 1902, sous la plume de Jacques Peuchet :


"Statistique. 



Département des Basses-Pyrénées. 



Nous devons au général Serviez une excellente statistique, c’est-à-dire, un très bon mémoire sur l’état économique et civil de ce département. Peu de préfets en ont donné d’aussi détaillées, d'aussi exactes et d'aussi méthodiquement écrites que la sienne, et c’est avec plaisir que l’on voit un militaire occupé des soins multipliés de l’administration, donner une attention aussi marquée à un travail purement littéraire, à la vérité, mais qui rentre dans les vues sages du Gouvernement pour le progrès des connaissances utiles à l’Etat. 




Il partage son travail en deux grandes divisions : 

1° la topographie et la description des arrondissements du département ; 

2° les détails positifs sur ce qui constitue l’agriculture, le commerce, les arts. les contributions, les établissements, l’instruction et les moeurs des habitants. 




Le département des Basses-Pyrénées est, comme on sait, formé de la Navarre, du Béarn , du pays des Basques et Soule. 




On estime son étendue de 1 481 141 arpents, et sa population de 355 573 individus. 



pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN

Pau, cette ville à jamais chère aux Français pour avoir été la patrie d’un des plus grands et des meilleurs rois, de Henri IV, est le chef-lieu du département. On y compte 9 000 habitants. "On conservait avec un respect religieux, dans cette ville, dit le général Serviez , la chambre où ce prince était né, et le cabinet de sa mère, ainsi que son berceau ; mais l'une est devenue une caserne, et l'autre a été brûlée pendant les fureurs révolutionnaires. Le château où il fit son séjour, ainsi qu’une partie du parc où il chassait, existent encore." 




béarn autrefois
PAU AUTREFOIS
PAYS BASQUE D'ANTAN


Bayonne, Saint-Jean-de-Luz, sont des ports importants et des villes commerçantes de ce département. La paix et un bon régime de douanes vont leur rendre la prospérité que la guerre leur avait fait perdre. 




Il y a beaucoup de belles routes dans le département des Basses-Pyrénées, et un assez grand nombre de rivières navigables ou flottables, les unes et les autres très propres à y entretenir les communications nécessaires entre ses parties et avec la mer. 




Les productions y sont bonnes ; les plaines et les vallons rendent du froment, du seigle, de l'orge, de l’avoine, beaucoup de maïs, du millet, du foin, du lin très doux et très fin, dont on fait les belles toiles appelées Béarn




pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN



Mais le blé récolté dans le département, suffit à peine à la consommation de six mois. La culture y est encore peu avancée, et les variations de l'atmosphère contribuent beaucoup à diminuer le produit de la récolte, par les fréquentes gelées et et autres accidents qui en résultent. On supplée à ce défaut par les départements voisins, quelque fois par des blés d'Espagne, plus souvent par ceux du Nord qui arrivent à Bayonne et à Saint-Jean-de-Luz. 




La récolte en vins y est un objet de la plus grande importance ; c'est la principale branche de commerce du pays. En temps de paix on le vend tout à l'étranger, et il est remplacé par de médiocres vins des Hautes-Pyrénées. Ce sont des marchands de Bayonne qui achètent les vins du Béarn ; ils les font passer en Angleterre et dans le Nord. 




Les montagnes fournissent des bois de toute espèce, entre autres des sapins superbes, et des pins d’une hauteur prodigieuse ; elles offrent ainsi des ressources précieuses pour les constructions navales au port de Bayonne. 



pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN



Nous ne suivrons par le général Serviez dans le développement des moyens qu'il indique pour l'amélioration de la culture, et l’augmentation des récoltes dans ce département ; ce qu il en dit nous a paru d'un homme éclairé, et qui s’est occupé avec soin de ces objets importants. 




On trouve plusieurs mines dans les montagnes. 




Celle de cuivre de Baïgorry paraît très ancienne , si l’on en juge par des médailles qui y ont été trouvées, et sur lesquelles on lit les noms des triumvirs, Octave, Antoine et Lepide. On obtenait de cette mine, en 1756, environ 215 200 liv. pesant de cuivre de rosette, c’est-à-dire purifié, par an. Le produit brut, à raison de 22 sous la livre, était donc de 225 960 fr. ; qui, déduction faite de 138 865 pour frais d’exploitation, donnait un revenu annuel de 87 095 tr. Cet établissement a été détruit pendant la dernière guerre avec l’Espagne. 




Les fabriques du département sont assez nombreuses ; on y fait surtout des droguets et cadis, des cordelats, des capes, des couvertures, des chapeaux, des bonnets façon de Tunis, des bas, des flanelles, des toiles et mouchoirs fort estimés dans le commerce, des bas approchant des anglaises, des papiers, des pelleteries, des fers. 




La laine du pays est d’une qualité fine, et c'est la matière de la plus forte fabrique du pays. 




On porte à environ 1 400 000 livres pesant la quantité de laine que l'on récolte annuellement. Les fabriques du pays en emploient une bonne partie ; le reste passe dans l'intérieur, et particulièrement à Carcassonne et à Elbeuf. 



pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN



Les fabriques en lainage sont considérablement diminuées dans le département ; de 800 métiers que l’on y comptait, l’on n’en trouve plus qu'environ une centaine. 




Le général Serviez présente un état approximatif de la valeur des objets que le département envoie en Espagne et dans les autres Etats. Il en résulte qu’en bestiaux, chevaux, objets de fabrique et pelleterie, le département fait passer aujourd’hui en Espagne pour une valeur de 2 290 000 fr. annuellement ; que dans le Nord il y fait passer pour une valeur de 700 000 fr. en vins et pelleteries ; qu’en Portugal il fait passer pour 100 000 fr. de pelleteries, et à peu près autant en bonnets façon de Tunis, dans le Levant. 




Dans les départements environnants, il passe annuellement pour à peu près 1 540 000 fr. ; à Bayonne et à Bordeaux en mouchoirs, salaisons et pelleteries, pour 700 000 fr. 



pays basque autrefois
CARTE DU DEPARTEMENT DES BASSES-PYRENEES
PAYS BASQUE D'ANTAN



La plupart de ces exportations étaient infiniment plus considérables avant la guerre. Dans l’état actuel, elles ne suffisent pas, dit le préfet, pour couvrir le montant des importations et la charge des impositions. Ces exportations considérées relativement à l’Espagne, présentent néanmoins une balance assez forte en faveur du département. 




Parmi les divers moyens qu’indique le citoyen Serviez pour rendre au commerce du Béarn plus d’activité, on distingue celui d’un emprunt de 500 000 fr., remboursable à termes fixes et sans intérêt. Mais ce moyen employé autrefois avec avantage par les villes et les corporations marchandes, ne remplirait pas , nous le craignons au moins, le but désiré, parce qu’il ne suffit pas de fabriquer, mais qu’il faut vendre et vendre à bon marché ; or, la consommation intérieure des objets de fabrique est sensiblement diminuée ; la stabilité du Gouvernement, la durée de la paix et l'intelligence que mettront nos commissaires des relations commerciales dans l’étranger, à ouvrir des débouchés à nos marchandises, pourront, à la longue , élever la consommation au niveau de la fabrique, et alors les capitaux seront très utilement employés au rétablissement des manufactures et à la production des objets d’industrie. 




Ce que l’auteur dit du caractère, des moeurs, des habitudes civiles et religieuses des Béarnais et des Basques, nous a paru très bien senti et propre à donner une idée juste du moral de ces peuples. Mais comme ces objets sortent du cadre où nous nous renfermons ordinairement pour l’analyse des matières de statistique, nous renvoyons le lecteur au mémoire même du citoyen Serviez, pour en prendre connaissance."



(Source : http://www.le64.fr/les-pyrenees-atlantiques/le-territoire/un-peu-dhistoire.html)



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1 215ème article.


Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr



N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire