jeudi 21 juin 2018

L'INVALIDATION DE L'ÉLECTION DE LOUIS ETCHEVERRY À MAULEON EN SOULE AU PAYS BASQUE EN 1890

INVALIDATION D'UNE ÉLECTION À MAULÉON EN 1890.


En 1889, les 22 septembre et 6 octobre, ont lieu, en France, des élections législatives.


pays basque autrefois
LA RAGE DES ELECTIONS
PAYS BASQUE D'ANTAN

Ces élections verront au  niveau national la victoire des Républicains avec un peu plus de 52% 

des voix contre 36% aux Conservateurs.


Néanmoins, il y eut parfois des recours et ce fut le cas dans l'arrondissement de Mauléon, en 

Soule, où le candidat Conservateur M. Louis Etcheverry avait été déclaré vainqueur par 6 906 

voix contre 5 891 à l'avocat radical Martial Berdoly, sur 12 850 votants.




Voici ce que rapporta la presse, dans ses éditions du 28 janvier 1890 :


  • La Petite Gironde :

"Chambre des Députés.

Séance du lundi 27 janvier. 

Présidence de M. Floquet, Président.

La séance est ouverte à deux heures.


...L’Élection de Mauléon

L’ordre du jour appelle la discussion des conclusions du rapport du huitième bureau sur l’élection de M. Etcheverry à Mauléon


M. Etcheverry combat les conclusions du rapport qui tendent a l’invalidation. L'orateur fait remarquer que lorsque le huitième bureau a conclu à l’invalidation, la plupart des membres étaient absents. Son concurrent avait pour lui l'administration, et, malgré cela, il a été battu. Aujourd’hui, il demande l’invalidation, espérant être plus heureux. 

soule autrefois
GROUPE DE PAYSANS BASQUES MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


La plupart des protestations adressées au bureau sont couvertes de signatures non légalisées. On relève sept ou huit faits de pression,  aucun n’a donné lieu à des poursuites. On a parlé de l’ingérence cléricale, mais on n’a précisé aucun fait. 


Il y a eu tout simplement quelques curés qui ont recommandé à leurs paroissiens de voter en conscience. En admettant que l'ingérence cléricale soit prouvée, quelle influence a-t-elle pu avoir sur le résultat de l'élection? On prétend que jamais l’action du clergé ne s’est fait plus vivement sentir. Or, jamais la majorité conservatrice n’a été plus faible. 


mauleon autrefois
ATELIERS CHERBERO PIQUAGE MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


L'orateur déclare avoir fait son devoir en 1870, tandis que M. Berdoly, son concurrent, est resté chez lui. Les Basques tiennent à ce qu'on respecte leurs croyances religieuses et leurs intérêts. Si la Chambre l’invalide, les électeurs en feront un réélu. 


pays basque autrefois
MARTIAL BERDOLY REPUBLICAIN
PAYS BASQUE D'ANTAN


M. Goirand, rapporteur, répond que la lutte politique dans l'arrondissement de Mauléon a eu un caractère de fanatisme religieux dans lequel disparaît la personnalité des candidats. Ce sont les prêtres qui ont mené la campagne électorale jusqu'à se transformer en crieurs publics et à mêler leurs enfants de chœur, en surplis, aux buveurs dans les cabarets. 


Ils disaient que la religion chrétienne oblige à la révolte contre le gouvernement; que lorsqu'une maison est envahie par les voleurs il faut chasser ces voleurs sans se demandée à qui appartiendra la maison; qu'autrefois les républicains n’avaient pas de chemise et que maintenant ils couchent sur des couvertures d'argent et de soie, qu’ils étaient maigres et que maintenant ils sont gras. 


mauleon autrefois
PAYSANS BASQUES MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


D’un autre côté ils disaient qu’un chrétien ne peut mettre dans les mains des républicains une arme pour frapper l'Eglise; que c'est un crime de laisser tuer sa mère quand on peut l’empêcher. De pareilles publications ne sont propres qu’à pervertir le sens moral des populations. 


Un grand nombre de desservants ont dit que c’était un cas de conscience de voter pour M. Etcheverry et qu'il fallait choisir entre Dieu et le diable. On a vu un presbytère transformé en auberge. Un desservant a menacé de pêché mortel tous ceux qui voteraient pour les rouges; un autre a traité les députés de juifs, de voleurs désireux de fonder des écoles dans lesquelles on forme des femmes perdues de vice. 

soule autrefois
PAYSANS BASQUES MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


On a vu des curés distribuer des bulletins de maison en maison, en disant qu’ils reconnaîtraient bien les bulletins déposés dans l'urne. "Poignarder sa mère, disait un prêtre, ou voter pour le candidat républicain, c’est la même chose!". Un autre a dit à un vieillard qui avait voté pour le candidat républicain : "Vous avez voté pour le diable et je ne puis vous absoudre!" 


En réalité, cette élection a été plutôt un acte religieux qu’un acte politique, la majorité obtenue par M. Etcheverry a été due uniquement aux menées du clergé qui, dans ce pays basque, a une influence prépondérante. Le suffrage n’a pas été libre; il faut remettre les choses en place et permettre à ces électeurs d’envoyer à la Chambre un homme qui soit le représentant de la véritable majorité. (Vifs applaudissements à gauche.) 


mauleon autrefois
ACHAT D UNE VACHE MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


M. Robert Mitchell ne pense pas que le clergé ait pu combattre avec acharnement le candidat républicain, qui avait promis de réparer l'église et de reconstruire les écoles. 

pays basque autrefois
ROBERT ROBERT-MITCHELL DEPUTE  GIRONDE
PAYS BASQUE D'ANTAN

I.e prêtre doit rester neutre dans les élections, parce qu’il est fonctionnaire; mais tous les fonctionnaires doivent conserver la même neutralité. Or les instituteurs, les conseillers de préfecture, et tous les fonctionnaires ont fait campagne pour le candidat républicain. 


Un maire a adressé une circulaire à ses administrés pour leur annoncer qu’une somme de 10 000 fr. serait donnée à la commune si elle votait pour M. Berdoly, et la commune n’ayant pas voté dans ce sens, les 10 000 fr. n’ont pas été donnés. 


Le Basque n’est pas facile à intimider. C’est un peuple qui vote suivant sa conscience et il a la longue habitude de choisir ses représentants dans la famille Etcheverry. 


M. Goirand fait remarquer que M. Robert Mitchell a fait le procès de la campagne électorale de M. Berdoly, mais n’a pas défendu M. Etcheverry. (Très bien !) 

pays basque autrefois
LEOPOLD GOIRAND SENATEUR DEUX-SEVRES
PAYS BASQUE D'ANTAN


Il est regrettable que le sous-préfet ait prononcé quelques paroles malencontreuses, mais l’effet a été compensé par l’assurance de M. Etcheverry que les réactionnaires allaient arriver au pouvoir. 

Les catéchismes électoraux sont désavoués par M. Etcheverry. Mais, dans sa circulaire aux électeurs, il affirmait lui-même le droit pour les catholiques de reprendre en France le rang usurpé par une poignée de juifs francs-maçons. 


Apres l’élection même, un journal parlait de "la canaille opportuniste", de "Goblet le Tueur", de "Constans le Voleur", et du "Robespierrot-Floquet". (Exclamations et bruit.) 


M. le Rapporteur ajoute que dans le catéchisme électoral distribué par M. Etcheverry, et dont il reconnaît la paternité, il était dit qu’une loi tendant à diminuer les droits des prêtres ne pouvait prétendre à être observée. Et quand il s’agit du mépris de la loi militaire, ce n’est pas seulement une maladresse, mais un crime de lèse-patrie, une mauvaise action. (Applaudissements à gauche) 


M. Etcheverry répond qu'il n’a pas à se justifier d’articles de journaux qui ne sont pas de lui. 


Invalidation. 


Les conclusions du huitième bureau, tendant à l’invalidation, mises aux voix, sont adoptées, après pointage, par 248 voix contre 224."





  • Le Petit Journal :

"La Chambre.

Séance du lundi 27 janvier 1890.

Vérification de pouvoirs. 



L'ordre du jour appelle, ensuite, l'examen des conclusions du 8e bureau, tendant à prononcer l'invalidation de M. Etcheverry, à Mauléon (Basses-Pyrénées). 

mauleon autrefois
SOUS-PREFECTURE MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


M. Etcheverry prend le premier la parole pour répondre au rapport et se défendre contre les accusations qu'il renferme à son égard. Ce qu'on lui reproche surtout c'est d'avoir été élu grâce à la pression cléricale. A cela il réplique en s'étendant longuement sur les faits de pression administrative qui s'est exercée constamment, dit-il, dans l'arrondissement de Mauléon contre lui, et au profit de son concurrent. 


M. Etcheverry est vivement applaudi à droite quand il descend de la tribune. 

M. Goirand, rapporteur, donne d'abord lecture de proclamations et d'affiches dans lesquelles le candidat réédite tontes les accusations portées un peu partout, pendant la campagne électorale, contre les membres du gourvernement et le parti républicain, affiches qui se terminent par le cri devenu classique dans l'opposition : "A bas les voleurs!". Ensuite, M. Goirand donne lecture de brochures et de catéchismes électoraux rédigés dans un sens ultra-catholique et distribués à profusion avec les professions de foi et les bulletins de M. Etcheverry. 

mauleon autrefois
ETABLISSEMENTS LOUIS BEGUERIE MAUEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Le rapporteur termine en s'étendant sur le rôle actif des membres du clergé qui, dans les pèlerinages et en chaire, auraient ouvertement recommandé la candidature de M. Etcheverry.


M. Robert Mitchell intervient dans le débat pour montrer, lui, la part prise dans la campagne électorale, non seulement par les instituteurs, mais encore par un conseiller de préfecture en faveur du concurrent de M. Etcheverry. 

soule autrefois
USINES DE SANDALE MAUEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN

"Si l'Eglise, dit M. Mitchell, doit être tenue à l'écart des luttes électorales, la même loi s'impose pour l'Ecole et la Préfecture." 


Après une double réplique de M. Goirand et de M. Etcheverry, le scrutin ayant été ouvert sur les conclusions du bureau, les secrétaires déclarent au président qu'il est nécessaire de procéder à un pointage. 

mauleon autrefois
EGLISE MAULEON - MAULE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Lorsque cette opération, qui est aujourd'hui très longue, est enfin terminée, le président annonce que M. Etcheverry est invalidé par 248 voix contre 224..."


Quel fut le résultat de cette invalidation? 


Obligé de retourner devant ses électeurs et d'affronter à nouveau Berdoly, Louis Etcheverry 

l'emporta à l'élection partielle du 2 mars 1890, par 6 275 voix contre 5 944, sur 12 246 votants. 

Berdoly s'inclina et l'élection fut validée sans difficulté le 22 mars 1890.






Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1201ème article.


Plus de mille neuf cents autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire