dimanche 3 juin 2018

LA FÊTE-DIEU À FONTARRABIE - HONDARRIBIA EN GUIPUZCOA AU PAYS BASQUE EN JUIN 1928


LA FÊTE-DIEU À FONTARRABIE EN 1928.


La Fête-Dieu apparaît dans le monde catholique au 12ème siècle, bien que l'Eglise ne l'institue officiellement qu'en 1264.

pais vasco antes
FONTARRABIE VUE DE LA GARE DE HENDAYE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Cette fête, centrale dans la symbolique catholique, célèbre le printemps de l'Eucharistie, 

le jeudi suivant la Pentecôte.


Voici ce que raconta Le Petit Journal, dans son édition du 11 juin 1928, sous la plume de Roger 

Dutilh :


"Impressions D'Espagne.


La Fête-Dieu à Fontarabie. Juin 1928. 


Un Basque au visage fermé, le béret de laine avançant en pointe sur ses yeux, me prit à Hendaye  dans sa barque et, godillant d'un bras musclé, me transporta jusqu'à la jetée de Fontarabie où les carabiniers espagnols, en costume d'opérette, bicorne de cuir, plastron rouge et baudrier jaune, montent une garde sévère. Mon passeur, qui dut être contrebandier au temps où il était possible de l'être encore, sans trop de risques, détourna la regard. Je lus sur son visage de la colère et du mépris, mais il ne daigna pas m'expliquer pourquoi ses compagnons et lui-même ne passent plus par la montagne.

pais vasco antes
FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Toutes les cloches de Fontarabie, l'antique forteresse dont la gloire sommeille à l'abri de remparts calcinés, percés de brèches, où le soleil couchant avive le sang de larges blessures, cassaient le silence à coups de battants clairs...Sur la mer dansante les "trelus" du soleil plaquaient de scintillantes chamarrures.


pais vasco antes
FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN



Les carabiniers, gantés de blanc, veillaient, au port d'armes. Des guirlandes de roses festonnaient le sommet de la puerta Santa Maria où l'on voit, en écusson, des anges de pierre adorant l'image de Notre Dame de Guadalupe, patronne de la ville qui, jadis,  résista aux furieux assauts de Condé...


carabineros antes
CARABINIERS FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN



...Toute l'Espagne s'enchante de la Fête-Dieu. Pendant huit jours, les offices vont se succéder, les processions parcourir les rues des villes et des bourgades, entre les balustrades des tètes inclinées, parmi les génuflexions et les signes de croix, aux chants des cantiques et des fanfares, tandis que survolant les toits criblés de rayons, glisseront, dans la lumière, les carillons enivrés.

 

fuenterrabia antes
PROCESSION FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Fontarabie, dès la prime aube, a dépouillé ses jardins, De jeunes Espagnoles aux cheveux courts déploient jusqu'aux trottoirs une épaisse verdure. Sur la verte fondrée, de vieilles femmes aux mains noires étalent avec soin un tapis étroit. Il est formé ici d'un drap plié, là d'une pièce d'étoffe brochée ou de carrés de velours qu'on ajuste bout à, bout, chacun offrant pour que les foulent les pieds des fidèles, ses parures les plus précieuses.



pais vasco antes
FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Tandis que s'achève la décoration de la ville, dans l'église aux statues dorées, la houle des têtes sur qui voltigent les mantilles légères se courbe aux gestes du prêtre qui dit l'office devant le maître-autel orné de flammes, s'élevant en pyramide jusqu'à l'arrondi de la voûte. Les fastueux ornements, offerte jadis par Charles Quint, parent d'argent poli les épaules de l'officiant et des diacres, et la Madone, du creux de sa niche, resplendit, vêtue de drap d'or, le cou pris dans la fraise tuyautée, Entre les montants du campanile, les cloches aériennes, lancées à toute volée, dans un va-et-vient endiablé, ajoutent les sons aigus aux sons graves et, de leurs gosiers de bronze que rien n'irrite ni ne fatigue, tombe la joyeuse chanson qui porte à tous les échos l'annonce de la Fête-Dieu. 



pais vasco antes
EGLISE FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN






fuentarrabia antes
EGLISE FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


En haut de la calle Mayor, devant le palais de Charles-Quint, se rassemblent en grande tenue, fusil sur l'épaule, les marins du garde-côtes Mac-Mahon qui surveille la pêche dans les eaux de la Bidassoa, les fantassins guêtrès de fauve, à l'uniforme et au béret kaki, les douaniers au shako blanc. Une fanfare joue en sourdine une marche dolente, voici que les larges portes sculptées s'ouvrent a deux battants. Une rumeur étouffée, un nuage d'encens qui brouille sur l'autel éclatant les buissons et les touffes de lumières, un chœur à plusieurs voix. Dans les balcons en surplomb, les fidèles se signent; sur les trottoirs, hommes, femmes et enfants tombant à genoux. La vieille Espagne s'exalte et extériorise sa foi, dans l'allégresse et l'enthousiasme. 



la frontera antes
GARDE-CÔTES MAC-MAHON FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Ce qu'est la procession? Une guirlande aux couleurs chatoyantes, surmontée de bannières, de clartés et de drapeaux dont les plis se déforment aux reliefs des emblèmes sacrés. Des centaines d'enfants, tenant chacun un cierge incliné, avancent en longues théories; des fillettes couronnées de lys, effeuillent des fleurs. Soldats et marins, le corps rigide, le regard fixe, la tête nue, le béret ou le shako retenu sur la nuque par la jugulaire qui barre la gorge d'un liseré noir, marchent en cadence d'un pas singulier. C'est un "pas de l'oie" assoupli, une manière de dandinement qui fait onduler, sur un rythme brisé, leurs files de droite à gauche; sur leurs armes fourbies, le soleil allume des lueurs blanches. 


fuenterrabia antes
PROCESSION FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Des notables soutiennent le dais constellé de reflets. D'autres, en robe de velours cramoisi, portent la croix ou la lourde masse d'argent. Voici l'Espagne officielle; l'alcade en habit noir avec les insignes de sa dignité précède un groupe d'officiers en grande tenue, graves et chamarrés. Puis viennent des prêtres en robe et en cape blanches, des moines dont les têtes rasées aux tempes et sur le sommet du crâne, s'ornent d'une couronne de cheveux. Leurs visages olivâtres enseignent la fatigue des longues veillées et les souffrances matées des mortifications. Parfois, les regards de leurs prunelles sombres soulèvent leurs paupières lourdes d'insomnies... Ils défilent en psalmodiant, et des mains dévotes touchent, au passage, leur robe grossière. Et tandis que le soleil ruisselle, que dans l'air léger flotte le parfum des roses coupées, retentissent hymnes fervents et chants de triomphe. Commandant cette foule recueillie qui suspend sa marche aux reposoirs dont l'un est dressé sous le porche de la Casa Consistorial (mairie), un garçonnet qui figure l'archange Michel brandit l'épée d'argent et règle, sous le casque et la cuirasse d'or, les pas de l'imposant cortège. 


pais vasco antes
MAIRIE FONTARRABIE - HONDARRIBIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Pendant une heure, se tordant aux méandres des rues, la procession se développe devant les hommes et les femmes en prière, aux regards éblouis des enfants qui admirent leurs petits camarades costumés en chérubins et aux regards enfiévrés des mères qui tendent, à bout de bras, leur dernier-né encore enveloppé de langes, vers le dais fastueux qui oscille dans un nuage d'encens." 






(Source : http://www.euskonews.com/0102zbk/gaia10205fr.html)

Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1164ème article.


Plus de mille trois cents autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!