lundi 11 juin 2018

LE TÉLÉPHONE AU PAYS BASQUE EN JUIN 1931

LE TÉLÉPHONE AU PAYS BASQUE EN 1931.


Dès la fin du 19ème siècle, la question se pose au Pays Basque Nord pour le développement d'un réseau téléphonique et télégraphique. 

cambo autrefois
POSTES CAMBO - KANBO
PAYS BASQUE D'ANTAN

Pour le réseau entre Bayonne et Hendaye, un arrêté ministériel d'août 1891 donne le feu vert.


Néanmoins, il faudra attendre encore de longues années pour que le réseau téléphonique 

se développe dans tout le Pays Basque Nord.



Voici ce que rapporta La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque, dans son édition 

du 11 juin 1931, sous la signature d'Ed. Forgues :


"Les hésitations de l’Administration et les perfectionnements.



Nous avons montré tout récemment les commodités qu’offrirait l’automatique intégral "aux populations rurales" dans une région comme celle de la Côte Basque. 



Il nous semble utile de revenir un peu plus longuement sur les avantages de ce système dans "les relations de ville à ville", de Bayonne à Hendaye, de Biarritz à Saint-Jean-Pied-de-Port, par exemple. 


osses autrefois
POSTES OSSES - ORTZAIZE
PAYS BASQUE D'ANTAN


Quel est le programme de l’administration? 



Comment seront équipées les villes de notre région? 



Nous ne le savons pas, et nous pensons que l’administration ne le sait pas plus que nous. Elle n’a pas de programme bien défini. Elle hésite, elle tergiverse, elle ne peut se décider à prendre une solution définitive. 



Et cependant, dans un pays fréquenté par les touristes comme le nôtre, il n est pas possible de ne pas aboutir bientôt, car il n’est pas admissible que le téléphone continue à fonctionner longtemps encore, d’une façon aussi défectueuse. 



basse navarre autrefois
POSTES ST PALAIS - DONAPALEU
PAYS BASQUE D'ANTAN


Trois solutions.


Envisageons les trois solutions qui peuvent être effectuées pour l'équipement de nos villes en dehors de Bayonne-Biarritz, pour lesquelles un crédit de 13 000 000 a été voté, il y a trois ans, pour l’installation de l’automatique : 


1) Le système manuel continuera à fonctionner; 

2) Chaque ville sera munie d’un système automatique sans que la question de l’automatique intégral soit résolue; 

3) La Côte Basque sera pourvue de l’automatique intégral. 



Dans le premier cas, le système manuel étant maintenu dans les localités, autres que Bayonne-Biarritz, un abonné de ce centre voulant entrer en communication avec un abonné d’une des villes voisines, Hendaye par exemple, devra demander par l' intermédiaire d’une téléphoniste, son correspondant. Celle-ci actionnera sa collègue d’Hendaye et lui demandera l’abonné appelé. En résumé deux téléphonistes interviendront, pour établir les relations entre l'abonné appelant et l’abonné appelé. 


hendaye avant
POSTES HENDAYE - HENDAIA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Toutefois, il sera possible de munir le bureau d’Hendaye d’un appareil spécial, permettant à la téléphoniste de ce bureau d’appeler directement au disque les abonnés de Bayonne-Biarritz. L’abonné d'Hendaye devra donc appeler sa téléphoniste et lui demander la personne de Bayonne-Biarritz avec laquelle il désire converser. C’est encore une téléphoniste qui sera obligée d’établir la communication. 



Supposons maintenant que les villes en dehors de Biarritz-Bayonne soient pourvues d’autocommutateurs. Les abonnés de ces localités pouvant communiquer directement entre eux pour toute conversation intérieure, mais ils seront toujours obligés, pour toute communication extérieure, d’appeler la téléphoniste de leur bureau d’attache, qui sera chargée le demander, par le disque à sa disposition, le correspondant. 



Nos lecteurs se rendent compte de la différence avec le système préconisé par nous, qui permet aux abonnés d’une localité quelconque, d’appeler directement leur correspondant. 


hendaye autrefois
POSTES HENDAYE - HENDAIA
PAYS BASQUE D'ANTAN


L’automatique intégral entraîne la suppression des opérations, et il accélère l'écoulement des communications, car il n’y a pas de temps perdu entre les téléphonistes des bureaux pour l’échange des communications de service. 



C’est ainsi que les abonnés de Berne et de Lausanne, villes distantes de 98 kilomètres, peuvent communiquer sans avoir recours à une employée.



Si la solution, telle que nous l’envisageons, n’est pas adoptée, ce sera encore pendant dix ou quinze ans, un service défectueux, et en admettant même que l’automatique soit réalisé dans nos divers centres, si on veut obtenir une organisation régionale, il faudra procéder aux études quand les bureaux seront équipés : c’est comme si on voulait édifier un palais avant d’en avoir établi les plans. On s’occupera alors de remanier tous les réseaux, on modifiera, on transformera, au grand bénéfice des fournisseurs. Ce seront des dépenses inutiles, parce que l’administration n’aura pas voulu procéder, en temps utile, à une "adjudication" qui permettrait à tous les constructeurs de faire ressortir les avantages de leur système et en même temps de faire jouer la concurrence. 



urt autrefois
POSTES URT - AHURTI
PAYS BASQUE D'ANTAN


Sans doute on fera remarquer que dans les localités ou le nombre des communications urbaines, c’est-à-dire entre abonnés d’une même ville, est peu élevé, un automatique ne se justifie guère. Voyons ce que dit, à ce propos, M. Robert Dreyfus, ingénieur des P. T. T., dans son traité : "La Téléphonie" (pages 164-166) : 



"Après avoir été longtemps sensiblement plus chers que les centraux manuels, les centraux automatiques sont maintenant d’un prix équivalent. Lorsqu’ils sont bien conçus, ils ne nécessitent pas un personnel d’entretien plus nombreux ni plus spécialisé que les centraux manuels; par ailleurs, ils s’usent moins rapidement, et il suffit de prévoir vingt-cinq ans pour amortir un central automatique, alors qu’après quinze ans de service, un multiple manuel, est en bien mauvais état, et ne peut continuer à être utilisé que grâce à des prodiges d’ingéniosité et avec un rendement bien médiocre." 



bidart autrefois
POSTES BIDART - BIDARTE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Enfin, l'automatique donne aux abonnés les avantages du "service permanent" et assure la coupure instantanée des communications, ce qui permet de rappeler immédiatement un abonné, lorsqu’une conversation est terminée. 



Autre objection qui sera faite : Le téléphone automatique intégral nécessite un plus grand nombre de circuits interurbains entre deux villes. C’est inévitable, mais quel bénéfice pour les abonnés! D’ailleurs le Conseil général des Basses-Pyrénées a accepté de verser des avances pour l’établissement de ces circuits et l’installation de l'automatique intégral. L’Etat se trouvera propriétaire d’un système perfectionné, pour lequel il n'aura pas été obligé de demander des crédits au Parlement. 


bayonne autrefois
POSTES BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN


Le perfectionnement.


Nous voulons encore rappeler, bien que nous ayons déjà entretenu nos lecteurs de la question, la facilité de des servir avec le système que nous préconisons plusieurs abonnés échelonnés sur une même ligne. En Suisse et en Italie il est courant de réunir sur une même ligne deux abonnés habitant le même immeuble ou des maisons voisines. Dans le traité de M. Robert Dreyfus, dont nous citons plus haut un extrait, nous lisons qu’il a pu être réalisé, toujours avec le même système, un petit central, d’immeuble permettant de relier à une même ligne, jusque dix locataires d’un même immeuble ou d’immeubles voisins, dont la sélection se fait en ajoutant un chiffre aux impulsions émises pour atteindre la ligne principale. De telles installations, qui sont d’un grand intérêt économique, permettent de réduire d’un tiers au moins les redevances d’abonnement. 


guiche autrefois
POSTES GUICHE - GIXUNE
PAYS BASQUE D'ANTAN

Certaines maisons de commerce sont assez souvent obligées pour leurs affaires d’installer plusieurs postes supplémentaires desservis par une téléphoniste. C’est une augmentation de dépenses pour l’abonné. Des dispositifs spéciaux ont été imaginés de telle sorte qu’un abonné peut appeler chez un autre abonné tel poste supplémentaire, qu'il désire, sans déranger aucun des autres postes. 



Ces perfectionnements sont réalisés en Suisse et en Italie; ils assurent aux abonnés toutes les facilités désirables. 



Or, en Côte Basque l'administration ne semble pas vouloir sortir des ornières dans lesquelles elle se débat. Sous prétexte d’économie, elle aboutira à un système hybride, qui sera toujours inférieur à celui adopté par d’autres pays. 


itxassou autrefois
POSTES ITXASSOU - ITSASU
PAYS BASQUE D'ANTAN


Elle y viendra obligatoirement, mais elle aura dépensé des sommes considérables au grand préjudice des contribuables. 



Cependant des missions ont été envoyées à l’étranger; des rapports ont été établis. Nous nous sommes reportés à quelques-uns de ces rapports faits par des techniciens, et nous en avons cité des extraits. Le ministre, M. Mallarmé, disait à la tribune du Sénat, le 7 juillet dernier : "Pour chaque cas particulier qui peut se poser, à propos dune ville de province, nous pouvons et nous devons laisser venir au concours tous les systèmes nous pouvons et nous devons les examiner avec la plus grande impartialité, avec la plus grande liberté, afin de choisir le meilleur s'il s'en trouve un." 



C’est ce que nous demandons. Nous ne voulons pas favoriser tel ou tel constructeur. Nous désirons que l’administration installe sur la Côte Basque le téléphone automatique intégral, le seul qui réponde aux besoins de la population qui séjourne dans notre région. Nous connaissons ces besoins beaucoup mieux que l’administration centrale du ministère des P. T. T., parce que nous sommes sur place et que nous vivons au milieu de nos hôtels. Le téléphone est fait pour les usagers. Il n’est pas fait pour les constructeurs. Les administrations doivent s'inspirer des vœux des populations. 


guethary autrefois
POSTES GUETHARY - GETARI
PAYS BASQUE D'ANTAN


Nous demandons très nettement que dans une adjudication, la question de l’automatique régional intégral soit posée, que tous les constructeurs qui sont à même de le fabriquer soient admis. Ce sera utile pour le Trésor, car les prix seront avantageux, ce sera une concurrence et une émulation entre constructeurs dont bénéficieront nos usagers. 



Le problème n’est pas posé seulement chez nous. Il l’est également sur la Riviera Italienne, ainsi que le montre le vœu déposé par M. Grinda, ancien ministre, devant le Conseil général des Alpes Maritimes. 




L’avis du Ministre.


pays basque autrefois
M GUERNIER MINISTRE DES P.T.T.

L'avis du ministre actuel, M. Guernier, est très ferme. 



Le 28 mars 1931, à l'occasion du budget des P. T. T, il déclare à la tribune: 


"Tout sera fait pour arriver à la réalisation de l’automatique intégral qui est un véritable progrès et le seul moyen d’obtenir des transmissions beaucoup plus économiques que celles qu’on a aujourd’hui." 



Pourquoi le ministre qui tient un pareil langage à la tribune n'accepterait-il pas qu’on réalise enfin cet automatique intégral dont il pense et dit tant de bien? 


bayonne autrefois
POSTES BAYONNE - BAIONA
PAYS BASQUE D'ANTAN


C’est le devoir de tous : parlementaires, conseillers généraux, d’arrondissement, municipaux, journalistes, de ne pas permettre d'attendre que de nouveaux essais soient tentés, essais dont on ne connaît pas les résultats pratiques, avant plusieurs années, pour organiser rationnellement l'exploitation téléphonique de notre région. 



J’ai la certitude que je remplis tout mon devoir envers la population, envers mon pays, envers les étrangers qui fréquentent nos stations et qui ont des tendances à juger l’organisation française d’après ce qu’ils constatent par la facilité à obtenir des communications téléphoniques. 


Ed. Forgues, ingénieur, conseiller d’arrondissement et municipal de Biarritz."



Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 1181ème article.


Plus de mille cent quatre-vingt autres articles vous attendent dans mon blog :


https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!