lundi 5 mars 2018

LE BASSIN DU CHOLDOCOGAGNA À URRUGNE EN LABOURD AU PAYS BASQUE EN JUIN 1929


LE BASSIN DU CHOLDOCOGAGNA À URRUGNE.

Dès 1925, on pense à l'alimentation en eau de la ville d'Hendaye, en Labourd.

urrugne autrefois
BASSIN DU CHOLDOCOGAGNA URRUGNE - URRUNA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Voici ce que rapporta à ce sujet la Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, dans son 

édition du 25 juin 1929 :

"A Choldocogagana.


C'est au fond de la vallée d'Arola que va se trouver le bassin qui va alimenter Hendaye en eau potable. Un collaborateur de la Petite Gironde nous en parle ainsi : 

Le bassin qui se crée et qu'il s’agit de fermer, contiendra des milliers et des milliers de mètres cubes d’eau au pied des montagnes, à des hauteurs inégales; immense cuvette irrégulière recevant les infiltrations des pluies et par une brèche pratiquée à un point de ses bords, laisse s’échapper un ruisseau, qui descend dans les gorges d’Arola. Ce bassin est situé dans un parfait isolement, sans aucune habitation dans ses alentours, aussi loin que la vue peut les explorer, à l’abri de tous les vents, et, la magnifique profusion de fougères et des herbes qui recouvrent complètement, sans interruption, toutes les surfaces environnantes, toutes les pentes et tous les sommets, ne laissera parvenir aucun débris, aucune poussière pouvant polluer les eaux accumulées. 


Découvrir cet endroit prédestiné est déjà surprenant, mais ce qui pourrait le paraître davantage, c’est le coup d’œil rapide et sûr de l’ingénieur Chabal, calculant les conséquences heureuses de l’entreprise et les difficultés immenses de la mener à bien. Et sur les lieux, en présence des données de ce grand problème, l’on sent bien que celui qui l’a résolu est une puissance et une supériorité. 


urrugne autrefois
BASSIN DU CHOLDOCOGAGNA URRUGNE - URRUNA
PAYS BASQUE D'ANTAN

Nous sommes heureux de faire connaître que M. Lannepouquet, le distingué maire d’Hendaye, fut le premier, qui en 1925, comprit aussitôt l’importance du projet de M. Chabal et lui apporta son encouragement ainsi que le fit la municipalité de sa ville. 

hendaye autrefois
LEON LANNEPOUQUET MAIRE HENDAYE - HENDAIA
PAYS BASQUE D'ANTAN

A Choldocogagna, nous avons eu l'honneur et la grande satisfaction d’y rencontrer le distingué et savant abbé, M. Calot, directeur de l’observatoire d’Abbadia d’Hendaye, accompagné de ses jeunes et sympathiques collaborateurs qui tous pendant quelques heures avaient abandonné leur observatoire, leurs calculs, les régions célestes, pour venir voir de plus près les merveilles terrestres. Nous avons été très sensibles à l’aimable accueil de M. Chabal fils ainsi qu’à l’empressement de M. l'ingénieur Augé qui nous ont fait visiter les travaux en cours et nous en ont expliqué la technique, technique simple, bien que savante faite surtout d’une organisation impeccable dans laquelle on a tenu compte de tous les progrès réalisés. 


Lorsque nous avons vu extraire la pierre par des procédés mécaniques rapides, la concasser aussitôt, la pulvériser ensuite par les mêmes moyens, mélanger ce sable au ciment et cette préparation achevée venir d’elle-même par un ingénieux dispositif se déverser dans des bennes que des cables aériens transportaient à destination; lorsque nous avons vu l’eau s’élever à des hauteurs considérables, l’air comprimé apporter son aide, lorsque nous avons constaté la régularité, l’ordre, l’harmonie de ces moyens puissants et l’efficacité de leurs résultats, nous avons recherché les moteurs qui donnaient la vie à ces mécanismes compliqués à cette entreprise extraordinaire. D'un côté le moteur mécanique : le progrès scientifique, la matière domestiquée, de l’autre, l’intelligence, le génie, pourrait-on dire, la volonté, le savoir de M. Chabal. 


Maintenant, nous nous demandons si cette initiative, ce réservoir d’eau immense dont rien désormais ne pourra modifier la contenance, sauf des cataclysmes, ne dépasse pas par ses conséquences, l’importance d’une entreprise ordinaire, et si de Bayonne à Hendaye, elle ne prendra pas un caractère d’intérêt général? 


Lorsque par leur extension toujours plus grande, leur consommation d’eau toujours plus importante, les villes de la Côte Basque ne pourront plus être alimentées par les minces filets d’eau captés sur les pentes des Pyrénées à de hautes altitudes, les regards se tourneront vers Choldocogagna, sans être déçus, et l’œuvre de M. Chabal apparaîtra alors sous son véritable aspect d’utilité publique."






Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans ce 976ème article.

Plus de deux mille autres articles vous attendent dans mon blog :




https://paysbasqueavant.blogspot.fr

N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à ma page Facebook et à ma chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire