Libellés

mercredi 5 mai 2021

LES KASCAROTS AU PAYS BASQUE AUTREFOIS

LES KASCAROTS AUTREFOIS.


Ces marchandes de poissons, souvent originaires de Ciboure ou de Saint-Jean de-Luz, allaient à pied jusqu'à Bayonne vendre leur marchandise.



pays basque autrefois cascarottes
LES KASCAROTS
PAYS BASQUE D'ANTAN




Voici ce que rapporta à ce sujet le journal Gil Blas, le 23 septembre 1885, sous la plume de René 

Maizeroy :



"III. - Les Cascarottes (Saint-Jean de Luz)



L'aube se lève mais ce n'est pas encore tout à fait le jour. Le ciel où pâlissent les étoiles n'a pas de couleur. Un liséré de rose pâle ourle les masses sombres des Trois-Couronnes et de la Rhune, qui ressemble à une pyramide bâtie au temps des légendes fabuleuses. Les alouettes s'envolent par bandes des chaumes givrés de rosée. 



pays basque autrefois cascarottes
KASCAROTS
PAYS BASQUE D'ANTAN



La grand'route de Bayonne, jalonnée de bornes, est déserte, s'allonge à perte de vue avec ses côtes poussiéreuses. Et comme une draperie bleue, la mer transparaît dans toutes les déchirures du paysage, entre les arbres et les collines. Et voici que, pareilles à des bêtes harcelées par l'aiguillon d'un bouvier, sans s'arrêter, sans alentir leur course rythmique, sans reprendre haleine un instant, les sardinières, — les robustes bohêmes de Ciboure aux belles hanches et au teint cuivré — passent, soulèvent de leurs pieds nus un nuage poudreux. Elles vont, elles vont — leur panier plein de poisson sur la tête, le torse incliné en avant, les jambes découvertes jusqu'à mi-cuisses.



Quelques-unes sont belles comme des prêtresses indiennes et l'on voudrait prendre la brindille de fleur qu'elles mordent de leurs lèvres rouges. Elles vont, enlevant les kilomètres ainsi que des coureuses antiques, bronzées par le soleil, riant de ci, de là, lorsqu'un charretier ou un mendiant leur jette au passage quelque galantise délirante, quelque salut cordial.



pays basque autrefois cascarottes
KASCAROTS
PAYS BASQUE D'ANTAN



Elles ne sentent ni la chaleur, ni la lassitude. Elles sont bien de la race vagabonde qui ne s'est jamais reposée, qui roule aux quatre coins de la terre et ne se connaît d'autre patrie que la carriole où dorment les petits et les vieux, que les lisières de bois, les fossés du chemin où l'on s'accouple librement, où l'on fait l'amour à sa guise, où l'on allume le foyer qu'on renversera le lendemain. 



Hardi donc ! les cascarottes, si la route est longue, les jarrets sont forgés pour la fatigue et tout à l'heure, dans les rues étroites de la ville, elles se disperseront, elles crieront leur appel aigu, les "sardines fraîches", qui attire les cuisinières sur les portes. 



PAYS BASQUE AUTREFOIS CASCAROTTES
KASCAROT
PATS BASQUE D'ANTAN





Hardi ! La bande est passée, ce n'est plus qu'un tourbillon, une tache voilée par la poussière, mais pendant des minutes et des minutes, demeure derrière .elle, comme le sillage d'un bateau de pêche, l'âpre exhalaison des sardines entassées au fond des paniers, et aussi une odeur soûlante de femelles chaudes qui se fige dans l'atmosphère et que le vent du large ne parvient pas à disperser, une odeur si forte que les étalons entravés dans les prairies l'aspirent à pleins naseaux, frissonnent de désir et hennissent en interrogeant l'horizon vide de leurs larges prunelles."



Merci ami(e) lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.

Plus de 3 900 autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.com/


N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, à la page Facebook et à la chaîne Youtube, c'est gratuit !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire