lundi 17 juillet 2017

L'HISTOIRE DU BATAILLON GERNIKA JUSQU'EN 1945

Dès 1943, le Gouvernement Basque en exil tente de regrouper tous les Basques luttant dans les maquis, en particulier dans le Sud-Ouest de la France.


Le but est de former une unité militaire intégrant des combattants de la Guerre Civile Espagnole et d'autres jeunes n'ayant pas participé à cette guerre.


Avant de commencer à vous parler du bataillon Gernika, je dédie cet article à un de ses 

combattants : Florencio Virto, hélàs disparu, père d'Edouard, un de mes meilleurs amis...



Dès le début, le Gouvernement Basque décide de confier le commandement de l'unité à Kepa 

Ordoki, valeureux officier de l'armée basque durant la guerre civile.



C'est dans les Landes, à Aire-sur-Adour que Eliodoro de la Torre y Larrinaga, Conseiller des 

Finances du Gouvernement d'Euzkadi explique le plan à Kepa Ordoki.

Celui-ci consistait à regrouper un certain nombre de combattants Basques, à les constituer en 

unité autonome et à continuer la lutter contre les Allemands.




pays basque avant
BATAILLON GERNIKA JANVIER 1945


pays basque avant
ELIODORO DE LA TORRE CONSEILLER  DES FINANCES GOUVERNEMENT D EUZKADI


pays basque autrefois
KEPA ORDOKI COMMANDANT DU BATAILLON GERNIKA

Lors de la libération des départements du Sud de la France, fin août 1944, les tensions entre les 

Espagnols de l'U.N.E. (Union Nationale Espagnole) et Kepa Ordoki s'aggravèrent.

En effet, ce que voulaient les guérilleros de l'U.N.E. (30 000 hommes) , c'était franchir la 

frontière pyrénéenne par la Navarre, traverser en se camouflant toute la Péninsule Ibérique et 

prendre contact avec des combattants Républicains qui se battaient en Andalousie.


Pour le Gouvernement Basque, qui connaissait la situation en Espagne grâce à ses réseaux 

d'information, c'était suicidaire à cause du plan de défense frontalier terriblement efficace mis 

en place par Franco.







Le Bataillon Basque fut d'abord cantonné à Pau, à la caserne Bernadotte, pendant une 

quinzaine de jours, puis une douzaine de jours à la Négresse à Biarritz.

A l'automne 1944, il fut regroupé dans un petit village béarnais, à Carresse, avant de s'établir à 

Sauveterre-de-Béarn.

C'est là que survint la rupture.


Successivement, un haut dirigeant de l'U.N.E. et Kepa Ordoki exposèrent leurs plans. 

Ce dernier insista sur sa fidélité aux ordres du Gouvernement Basque et expliqua que la guerre 

contre les allemands n'était pas terminée et que les conditions pour passer en Espagne n'étaient 

pas favorables.

Sur plus de 200 hommes, 7 seulement ne furent pas convaincus par Ordoki et rejoignirent 

l'U.N.E.


Le Général Caillié, chef militaire de la frontière, entre Hendaye et Portbou, officialisa la 

scission le 14 décembre 1944.

Il convenait alors de transférer le groupe d'Ordoki à Bordeaux avant le 1er janvier 1945, car 

après cette date tous les groupes de guérilleros devaient être dissous.





C'est en train depuis Salies-de-Béarn qu'Ordoki et ses hommes furent transférés dans les 

premiers jours du mois de janvier 1945 vers Bordeaux, pour être cantonnés au Bouscat, au 

Camp d'Ausone.


Fin janvier 1945, alors que des discussions ont lieu à Paris entre le Gouvernement Français et 

le Gouvernement Basque en exil, la situation du groupe d'Ordoki était la suivante :

les hommes étaient payés, ils disposaient de chaussures et d'armement, étaient logés dans des 

baraquements en bois de bonne construction et chauffés; cependant les uniformes manquaient 

toujours et le linge était très insuffisant.

Les jeunes qui n'avaient pas fait la guerre civile représentaient 60% de l'effectif; ils étaient 

bien encadrés par les vétérans, au moral d'acier.




pays basque avant
CARTE D IDENTITE F.F.I. JEAN BARANDIARAN
BATAILLON GERNIKA

La composition politique du groupe était diverse : la majorité appartenait au Parti Nationaliste 

Basque, quelques socialistes, quelques communistes, un ou autre anarchiste et une quinzaine de 

membres de l'Action Nationaliste Basque.

Le Gouvernement Basque était proche de ses combattants : Juan Manuel Epalza fut nommé le 

10 janvier 1945, délégué du Gouvernement d'Euzkadi auprès du Bataillon Basque et à la 

Délégation de Paris, José Antonio de Duranona suivat de près la situation.

Le 3 mars 1945, Eliodoro de la Torre (Conseiller Basque  des Finances et un peu moment de la 

Santé également) rendit visite aux gudaris (combattants en Basque) au Bouscat et les 

encouragea.

pays basque avant
VISITE DU BATAILLON GERNIKA PAR DE LA TORRE ET D EPALZA
 EN AVRIL 1945

Les soldats reçurent du linge, des uniformes et des fusils-mitrailleurs. 

Quelques jours auparavant, le 26 février 1945, ils avaient signé leur "acte d'engagement 

provisoire et volontaire" dans les F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur); sur la fiche de 

renseignements, en face de la rubrique "Nature du contrat sollicité", ils avaient tous écrit : 

"Celui contracté par le Gouvernement d'Euzkadi avec le Gouvernement Français".




Ce fut dans son nouveau de cantonnement de Macau, au Nord de Bordeaux, que le Bataillon 

Gernika reçut le 21 mars 1945, l'ordre de procéder à la relève du 2ème Bataillon du 2ème R.I. 

du Lot. 






Le Bataillon Gernika, sous les ordres du Commandant Kepa Ordoki fut intégré dans le 

Régiment Mixte Marocains et Etrangers (R.M.M.E.) commandé par le chef de bataillon 

Chodzko, authentique descendant des rois de Pologne, titulaire de 40 décorations et célèbre 

baroudeur de la Légion Etrangère.


Le R.M.M.E. créé le 25 mars 1945 était composé de 3 bataillons. Voici la composition du 

premier bataillon :

  • Etat-Major : Chef de Bataillon Rascl, commandant

  • Bataillon Basque Gernika : commandant Kepa Ordoki

  • Bataillon Espagnol Libertad : commandant Santos.


pays basque avant
DANS LE MEDOC AVANT L ATTAQUE
BATAILLON GERNIKA AVRIL 1945


Le bataillon Gernika fut engagé dans les combats de la Pointe-de-Grave, où 4000 soldats 

allemands étaient retranchés dans 110 blockaus et un système défensif impressionnant.

L'assaut devait être donné le 14 avril 1945 à 15 heures 35.

Le matin avant l'assaut, l'abbé Louis Souilly donna la communion à tous ceux qui le désiraient, 

l'aumônier Basque Inaki de Aspiazu n'ayant pu arriver que le lundi 16 avril 1945.

pays basque autrefois
COMMUNION AVANT LE COMBAT 14 AVRIL 1945
POUR LE BATAILLON GERNIKA

Avant d'attaquer, le commandant Ordoki s'adressa à ses hommes :

"L'heure est arrivée de combattre; de vaincre l'ennemi; de faire savoir au peuple de France 

que les Basques savent lutter et mourir pour la Liberté. Vous les vétérans, amenez les jeunes 

jusqu'à la victoire. Vengez les morts d'Euzkadi. Ce sont les mêmes allemands qui causèrent la 

mort à Durango et Gernika; n'oubliez pas que la France sera fière de votre exemple. Gora 

Euzkadi Askatuta!"

Les Basques durent progresser sous le feu ennemi dans une largeur d'environ 500 mètres.

Le bilan humain pour le Bataillon Gernika fut lourd le premier jour avec 35 blessés et 4 morts.

Devant la très forte résistance allemande, l'ordre de stopper l'attaque fut donné par le 

commandement, et une nouvelle attaque eut lieu le lendemain de nouveau.

Montalivet fut pris le 16 avril 1945.

Les combats durèrent 7 jours, avec des pertes côté allié de 400 morts ou disparus et 1000 

blessés, et du côté allemand 600 tués et 80 disparus, et 3320 prisonniers dont 80 officiers.







Au final, le Bataillon Gernika s'acquitta brillamment des tâches qui lui furent confiées :

  • enlever la côte 40, la route de Montalivet et les lisières au nord et à l'est de cette dernière

  • progresser, après avoir pris Montalivet

  • enlever le 19 avril l'important blockaus Y 33



pays basque avant
REPOS SUR LA PLAGE DE SOULAC DE GUDARIS
DU BATAILLON GERNIKA AVRIL 1945

Les 4 gudaris morts au combat furent :

  • Le soldat Antonio Mugica Arrizabalaga, de Saint-Sébastien (Guipuzcoa) célibataire, qui 
n'avait pas encore 20 ans.

  • Le sergent Juan José Jausoro Sasia, de Alonsotegui (Biscaye),célibataire, âgé de 29 ans.

  • Le caporal Antonio Lizarralde Garamendi, de Durango (Biscaye), âgé de 37 ans.

  • Le soldat Prudencio Orbiz Uranga (mort le 2 avril 1945), de Villabona (Guipuzcoa), 
marié, un enfant.



pays basque avant
FIN DES COMBATS A SOULAC AVRIL 1945
POUR LE BATAILLON GERNIKA

Le dimanche 22 avril 1945, le Général de Gaulle passa les troupes en revue et s'arrêtant devant 

le drapeau Basque (Ikurrina), porté par le lieutenant Carlos Iguiniz, il le salua longuement.

Il déclara peu après au chef du Bataillon Gernika, Kepa Ordoki :

"Commandant, la France n'oubliera jamais les efforts et les sacrifices accomplis par les 

Basques pour la libération de notre sol."

Le drapeau Basque reçut la Croix de Guerre.

pays basque autrefois
22 AVRIL 1945 LE GENERAL DE GAULLE SALUE L IKURINA
DU BATAILLON GERNIKA

Le 26 avril 1945, 8 ans jour pour jour après le bombardement de Gernika, la Brigade Carnot 

et son Bataillon Gernika défilèrent triomphalement dans les rues de Bordeaux, l'Ikurrina en 

tête.

pays basque autrefois
BATAILLON GERNIKA A BORDEAUX 26 AVRIL 1945

Quelques jours après, le 1er mai, c'est le Président Antonio Aguirre qui leur rendit visite et qui 

les félicita.

Le commandant Chodzko embrassa sa Croix de Guerre et la remit au Président Aguirre en 

disant :

"Quand nous irons libérer votre pays, vous me la rendrez sous l'arbre de Gernika."



Ensuite, le Bataillon Gernika se rendit à Bayonne et goûta quelques jours de repos au Country-

Club de Chiberta à Anglet.


pays basque avant
LE BATAILLON GERNIKA AVEC LE PRESIDENT AGUIRRE
A ANGLET EN MAI 1945



pays basque avant
BLESSES DU BATAILLON GERNIKA
EN CONVALESCENCE A BIARRITZ 1945

Avant leur démobilisation le 30 septembre 1945, 10 Croix de Guerre vinrent récompenser les 

blessés.

Kepa Ordoki fut cité à l'ordre de la Division, avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile 

d'argent.

Après le 8 mai 1945, le problème de la démobilisation se posa pour toutes les troupes 

combattantes en France , mais pour les Basques, il restait encore un objectif : renverser le 

régime de Franco.

Le 7 juin 1945, le Bataillon Gernika revint en région Bordelaise.

Courant juillet, de nombreux Basques intégrèrent le Bataillon, dont les effectifs s'élevèrent à 

260 hommes, mais la date de la démobilisation générale au 30 septembre 1945 est toujours 

d'actualité.

Malgré l'intervention amicale en faveur des Basques du sénateur Ernest Pezet auprès des 

autorités françaises et d'une ultime tentative du Vice-Président d'Euzakdi , Jésus Maria de 

Leizaola auprès de De Gaulle lui-même, rien n'y fit et le Bataillon Gernika fut démobilisé.




pays basque avant
INAUGURATION EN AVRIL 1962 DU MEMORIAL A
SOULAC AVEC LES ANCIENS GUDARI DU BATAILLON GERNIKA
ET JESUS MARIA DE LEIZAOLA ET JOSEBA ELOSEGI

(Source : le bataillon Gernika aux éditions Bidasoa)


Merci ami lecteur (lectrice) de m'avoir suivi dans cet article.


Plus de cinq cents  autres articles vous attendent dans mon blog :

https://paysbasqueavant.blogspot.fr




N'hésitez pas à vous abonner à mon blog, c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire